Günter Bresnik n'est pas du genre à se chercher des excuses ou à manier la langue de bois. Alors quand il s'exprime sur son nouveau poulain, Gaël Monfils, on ne peut pas vraiment le suspecter de complaisance. Dans un entretien accordé à nos confrères de L'Equipe, l'Autrichien est revenu sur la période difficile traversée par le joueur français de 34 ans qui a encore perdu d'un rien d'entrée à Belgrade cette semaine contre Roberto Carballes Baena (6-1, 3-6, 7-6). Et il l'assure : "La Monf'" travaille d'arrache-pied pour retrouver la confiance.
Performant aux entraînements, le Parisien n'arrive pas encore pleinement à s'exprimer en match, ce qui crée chez lui une frustration. Mais comment expliquer un tel décalage et ce nouvel échec en Serbie ? "On s'est parlé mercredi soir pendant une heure. Il a analysé le match mieux que tous les coaches que je connais ! Il n'y avait pas d'émotion dans ce qu'il disait. Il savait exactement quel coup était bon, et ce qui n'allait pas techniquement sur d'autres... Et c'était pareil après les matches contre Sonego (à Rome, NDLR) ou Nishioka (à Lyon). Peut-être qu'il réfléchit trop. Tout doit partir de l'estomac, et pas de la tête", a constaté Bresnik.
Roland-Garros
Même Nadal et Tsitsipas n'ont pas tenu : Comment Djokovic a tué physiquement la concurrence
15/06/2021 À 14:11
Gaël a beaucoup d'options dans son jeu. C'est du luxe mais aussi un problème
Et de développer : "Gaël a beaucoup d'options dans son jeu. C'est du luxe, mais aussi un problème. Un joueur qui n'a qu'une manière de jouer, c'est facile. Lui sur les cinq options possibles, il faut qu'il choisisse la bonne." Avec une victoire seulement (à Lyon contre le Brésilien Thiago Seyboth Wild) avant d'entrer en lice à Roland-Garros, Monfils n'a pas effectué la préparation qu'il espérait, c'est le moins qu'on puisse dire. Mais en passant du temps sur le court, il s'est rassuré physiquement malgré la déception du manque de résultats.
Assez pour espérer un déclic du côté de la Porte d'Auteuil ? Bresnik ne l'écarte pas. "Il lui faut plus d'une victoire, il en faut deux, trois. Il a besoin d'être encouragé. (...) Il y a eu ces blessures stupides, ce forfait à Monaco, le fait qu'il ne joue pas à Barcelone. Ça manque, maintenant. Il est presque là, mais avec une étape en retard. Mais c'est comme ça. Espérons qu'avec l'atmosphère spéciale de Paris, le facteur X sera là."
Roland-Garros
"Voir des Français avec un an d'avance en finale junior de Roland, c'est très bon signe"
15/06/2021 À 14:10
Roland-Garros
Un set (ou deux) de retard ? Pour Djokovic, même pas peur !
14/06/2021 À 14:06