Goran Ivanisevic n'est pas un adepte de la langue de bois. Quand il a quelque chose à dire, l'ex-champion croate et désormais coach de Novak Djokovic ne se prive pas. Parfois à ses dépens, comme lorsqu'il avait fait de son poulain le favori de l'édition 2020 de Roland-Garros en raison des conditions de jeu.
Dans un entretien publié par L'Equipe ce mercredi, il a donc donné son avis sur le tournoi parisien qui se profile à nouveau et sur les chances de son joueur de rafler la mise cette fois. Moins catégorique qu'il y a quelques mois, il en a profité pour évoquer le rapport de forces entre le Serbe et l'Espagnol.
Pour 69,99 euros, abonnez-vous à Eurosport et suivez notamment une année complète de tennis (ATP, Open d'Australie et US Open) en direct, à la demande et sans pub !
Roland-Garros
Même Nadal et Tsitsipas n'ont pas tenu : Comment Djokovic a tué physiquement la concurrence
15/06/2021 À 14:11
Comme tous les passionnés de tennis, Ivanisevic attend avec impatience le tirage au sort du tableau du simple messieurs qui aura lieu jeudi. Et contrairement aux attentes, il ne verrait pas d'un mauvais oeil que Djokovic hérite de Nadal dans sa partie de tableau. "Nadal est le favori et il n'y en a qu'un qui peut le battre selon moi : Novak. Et c'est peut-être une folie de dire ça, mais j'aimerais qu'ils soient dans la même partie de tableau. Novak performerait mieux, à mon avis, contre lui en demie, oui. Et Rafa performerait mieux contre Novak en finale. C'est psychologique", a-t-il considéré.
Avec Novak, arriver en finale ne suffit jamais
A chaque fois que Nadal a atteint la finale à Roland-Garros, il l'a emporté. Cette statistique impressionnante (c'est arrivé à 13 reprises) pourrait expliquer le souhait du Croate, si elle n'était pas aussi vérifiée... en demi-finale. Si Nadal se qualifie pour le dernier carré, il va aussi systématiquement au bout du tournoi. Mais en 2013, Djokovic était passé à un cheveu de le battre lors d'une demi-finale marathon (6-4, 3-6, 6-1, 6-7, 9-7). Peut-être que le Serbe serait en effet plus à l'aise dans ce contexte.
Une chose est sûre, il s'agirait pour Ivanisevic d'une finale avant la lettre si cette demie avait lieu. Encore très élogieux à l'égard de son joueur dans cet entretien, le Croate a également expliqué le défi que représentait le fait d'être le coach du numéro 1 mondial. "Ce n'est pas facile. Beaucoup de stress, beaucoup de pression. Arriver en finale ne suffit jamais. Un jour quelqu'un m'a dit : 'Tu as un boulot facile.' Je lui ai répondu : 'Essaie. Une semaine. Et tu verras.'" Travailler avec un tel perfectionniste, un métier passionnant, mais éreintant en somme.
Roland-Garros
"Voir des Français avec un an d'avance en finale junior de Roland, c'est très bon signe"
15/06/2021 À 14:10
Roland-Garros
Un set (ou deux) de retard ? Pour Djokovic, même pas peur !
14/06/2021 À 14:06