La rumeur bruissait ces derniers jours. Elle a été confirmée par Roger Federer lui-même. Le Suisse a dévoilé sur les réseaux sociaux son calendrier sur terre battue dimanche et la nouvelle enchantera sûrement ses admirateurs français : il jouera bien Roland-Garros (30 mai-13 juin). Et avant le Grand Chelem parisien, il a choisi d'innover puisqu'il ne disputera qu'un tournoi de préparation, l'ATP 250 de Genève (16-22 mai). Il a donc décidé de faire l'impasse sur les Masters 1000 de Madrid (où il était pourtant inscrit) et de Rome.
Depuis son grand retour à la compétition voici un mois à Doha, il s'était fait discret. Et s'il avait assuré qu'il jouerait bien sur terre battue afin d'engranger des matches et de retrouver le rythme de la compétition avant le gazon, il avait maintenu le suspense. Mais ce dimanche, Roger Federer y a mis fin. "Bonjour tout le monde ! Heureux de vous faire savoir que je jouerai à Genève et à Paris. D'ici là, j'utiliserai le temps qu'il me reste pour m'entraîner. Je suis impatient de jouer en Suisse à nouveau !", a-t-il tweeté.
Roland-Garros
Même Nadal et Tsitsipas n'ont pas tenu : Comment Djokovic a tué physiquement la concurrence
15/06/2021 À 14:11

Le report de Roland décisif dans le choix de Genève

Ce choix a été rendu possible par le léger report de Roland-Garros qui a laissé une semaine vacante entre le Geneva Open et le coup d'envoi du Majeur parisien. Traditionnellement, pour se préserver et prendre le temps de s'acclimater aux conditions de jeu d'un tournoi du Grand Chelem, Federer, comme la plupart des cadors du circuit, ne joue jamais en compétition les jours précédant l'épreuve. Les circonstances exceptionnelles liées au coronavirus lui ont permis de s'aligner dans un tournoi moins exigeant qui pourrait lui permettre d'enchaîner les tours.
Conscient de ses lacunes physiques à Doha après 13 mois sans jouer, Federer a aussi décidé d'allonger son bloc d'entraînement pour aborder l'été dans les meilleures conditions possibles. Le Suisse de 39 ans espère être revenu à son meilleur niveau pour Wimbledon (28 juin-11 juillet) et utilisera vraisemblablement Genève et Roland-Garros comme tremplin pour atteindre son pic de forme au moment désiré.
Roland-Garros
"Voir des Français avec un an d'avance en finale junior de Roland, c'est très bon signe"
15/06/2021 À 14:10
Roland-Garros
Un set (ou deux) de retard ? Pour Djokovic, même pas peur !
14/06/2021 À 14:06