Dodin a rivalisé un set

Elle était la première Tricolore en lice ce lundi mais Océane Dodin n'a pu lancer la journée sur de meilleures bases que la veille. En 1h29, la 84e joueuse mondiale a cédé en deux sets face Andrea Petkovic. Tout s'est joué dans une première manche accrochée et longue (55 minutes), où la Française a payé son démarrage laborieux. Breakée d'entrée, elle a été menée rapidement 3-0.
Roland-Garros
Debru, invité spécial de DiP Impact : "Je ne veux pas recopier d'autres joueurs"
14/06/2022 À 19:27
Alors que Petkovic servait pour le set à 5-3, les deux joueuses ont livré un combat acharné. Dodin a écarté trois balles de set avant de débreaker à sa quatrième opportunité. Malheureusement, dans le jeu suivant, la Française a perdu à nouveau son engagement, au pire moment, avec au passage une double faute coûteuse à 30-15. Une fois ce set perdu, Océane Dodin ne s'est jamais relevée de ce coup de massue. En sept participations, c'est la 6e fois qu'elle est éliminée dès le premier tour.

"Swiatek, c'est du niveau de domination de Serena, Graf ou Seles"

L’exploit de Parry

Parry crispée, Parry martyrisée, puis Parry liberée ! D’abord en difficulté, la Française de 19 ans s’est offert le luxe de sortir la tenante du titre, Barbora Krejcikova, numéro 2 mondiale et tenante du titre ici à la porte d’Auteuil, en trois sets (1-6, 6-2, 6-3). Une performance monumentale, pleine d’abnégation de la part de la 97e joueuse au classement WTA, dont c’est seulement la deuxième victoire à Roland Garros, pour sa 4e participation. Après le match, elle n'a pu masquer son émotion.

Guinard, la marche était trop haute

C’était l’une des belles histoires de ce début de quinzaine. Manuel Guinard, celui qui, après avoir passé toute son adolescence loin des meilleurs espoirs français, s'est accroché à son rêve de passer professionnel pour enfin réussir, à 26 ans, à gratter sa première apparition en Grand Chelem, n’a pas pu créer la surprise face à la tête de série numéro 10, Cameron Norrie. Le Britannique a livré un match très sérieux pour se débarrasser du Tricolore, 158e mondial, en trois sets (7-5, 6-2, 6-0).
Le Breton est loin d’avoir démérité, mais il était trop juste pour pouvoir espérer renverser le vainqueur d’Indian Wells en 2021. Ainsi, dans le premier set, alors qu’il avait été rapidement breaké, Guinard a réussi à revenir à 4 partout, avant de craquer une nouvelle fois pour se retrouver mené 6-5, avant de lâcher prise. Le début de deuxième manche a été très accroché, les breaks se succédant, mais c’est encore Norrie qui est ressorti devant, glanant 4 jeux de suite pour mener 5-1.
Auteur de 51 fautes directes, Guinard a lâché trop de points à son adversaire. Et lorsqu'il se montrait agressif et adroit, Norrie s’est fait un malin plaisir de lui glisser quelques passings bien sentis. Si le Français, poussé par le public, a sauvé trois balles de deuxième set, il n’a pu que s’incliner sur la 4e occasion du Britannique, qui a ensuite livré un troisième set à sens unique. Il retrouvera le qualifié australien Kubler au prochain tour.

Moutet s’offre Wawrinka

Comme Hugo Gaston l’avait fait en 2020, Corentin Moutet a réussi à dominer Stan Wawrinka, lauréat de l’édition 2015, à la porte d’Auteuil. Certes, "Stanimal" n’est plus cet homme capable de briser la domination sans partage du Big 4, mais le Suisse reste une référence et le premier set, où il a servi le feu et commis très peu d’erreurs, l’a rappelé.
Sauf que Moutet, déjà vainqueur de l’homme aux 3 Grands Chelems en 2020 à Doha pour le première confrontation, a beaucoup plus de caisse que Wawrinka, et avec ses variations ainsi que sa couverture du terrain impeccable, il a finalement réussi à dominer l’ex-numéro 3 mondial après 2h51 de jeu (2-6, 6-3, 7-6, 6-3).

Wawrinka : "Je ne suis pas encore au niveau pour me sentir bien"

Jacquemot au rendez-vous

Comme son amie Diane Parry un peu plus tôt, la vainqueure du tournoi junior en 2020 n’a pas déçu pour son entrée en lice, et a enfin débloqué son compteur dans le grand tableau à la porte d’Auteuil. Elsa Jacquemot s’est débarrassée en deux sets de la Britannique Heater Watson, 103e mondiale (6-3, 6-3).
Malgré un bandage qui recouvrait l’ensemble de sa cuisse gauche, la championne du monde junior, qui souffre d’une lésion à l’adducteur, a dicté le rythme dans ce match, où elle a décoché 5 aces et mis une pression constante à son adversaire derrière sa deuxième balle de service (seulement 31% de points remportés par Watson). Menant rapidement 3-0 dans la partie, Jacquemot, a ensuite eu plus de répondant en face, perdant un de ses deux breaks d’avance.
Mais cela ne l’a pas empêché de remporter le premier acte sur sa première opportunité. Mieux, alors qu’elle a perdu son service d’entrée de deuxième manche, la Française a trouvé les ressources pour revenir, avant d’arracher un jeu extrêmement disputé pour mener 5-3. Avant de conclure, un grand sourire aux lèvres, sur sa mise en jeu. Elle tentera de faire aussi bonne figure au second tour, face à une triple vainqueure de Grand Chelem, l’Allemande Angélique Kerber.

Jeanjean, première victorieuse

Grande espoir du tennis tricolore il y a de nombreuses années, Leolia Jeanjean a dû prendre des chemins de traverse pour parvenir, enfin, à 26 ans, à intégrer le grand tableau d’un tournoi du Grand Chelem. Mais pour sa première dans cette catégorie de tournoi, la wild-card n’a pas flanché, et s’est imposée en deux sets (6-4, 6-3) face à l’Espagnole Nuria Parrizas-Diaz, 45e au classement WTA.
Sur le court numéro 6, la Tricolore, solide derrière sa première balle de service (81% de points remportés), a pourtant mal démarré, menée 2-0 d’entrée. Mais elle s’est rapidement libérée pour faire vivre un calvaire à son adversaire, qui a notamment encaissé les 4 derniers jeux de la première manche.
Le break obtenu tôt ensuite dans le deuxième acte a suffi à la native de Montpellier, qui a conclu le match en 1h30. Son deuxième tour s’annoncé nettement plus compliqué : à moins que sa compatriote Tessah Andrianjafitrimo ne réalise l’exploit, elle retrouvera la tête de série numéro 8 Karolina Pliskova.

"Les résultats sont logiques pour les Français, seul Barrère a tiré son épingle du jeu"

Blancaneaux, la belle histoire s’arrête déjà

Seul Français rescapé des qualifications, Geoffrey Blancaneaux n’aura pas réussi à prolonger sa bonne passe à la porte d’Auteuil. Opposé au 57e mondial, Marton Fucsovics, le vainqueur du tournoi junior en 2016 a dû déposer les armes en trois sets (6-2, 6-4, 6-4). Sa deuxième apparition en Grand Chelem (US Open 2017, également sorti au premier tour) aura donc été de courte durée.
S’il s’est accroché quelques instants, on a vite senti que le Français aurait du mal à résister aux frappes du Hongrois (32 coups gagnants), plus solide que le 191e joueur au classement ATP (17 fautes directes contre 35 pour Blancaneaux). Malgré un public qui, jusqu’au bout, aura été bouillant sur le court numéro 7, il a perdu les cinq derniers jeux du premier acte pour laisser Fucsovics prendre les devants.
Après avoir perdu son service à deux reprises dans le deuxième acte, il est allé chercher un débreak finalement insuffisant. Puis, le match s’est emballé dans la troisième manche. Avec pas moins de 5 breaks, les deux hommes se sont rendus coup pour coup. Blancaneaux, qui menait 3-1 avant d’être rattrapé, a été héroïque pour sauver 5 balles de match. Avant finalement de s’incliner sur la 6e opportunité de son adversaire, qui affrontera Marin Cilic au prochain tour.

Paire, Gasquet et Rinderknech interrompus par la pluie

Alors qu’ils entraient en piste en derniers ce lundi, Richard Gasquet, opposé à Lloyd Harris, Benoit Paire, qui affrontait Ilya Ivashka, ainsi qu’Arthur Rinderknech, en souffrance face à Alexander Bublik, ont vu leurs rencontres du premier tour stoppées en raison de la pluie qui n’a pas lâché les acteurs à la porte d’Auteuil en ce 2e jour des Internationaux de France.
Premier des 3 Mousquetaires en lice dans cette édition de Roland-Garros, Gasquet dominait nettement le Sud-Africain (6-1, 5-2) avant d’être arrêté dans sa bonne passe. Benoit Paire, lui, était en mauvaise posture face au Biélorusse, après avoir perdu le premier acte (6-3), même s’il menait 2-1 dans la deuxième manche. En revanche, pour Rinderknech, mené d’un set et d’un break (6-4, 4-2), la pause est arrivée à point nommé.
Les trois Tricolores reprendront leur rencontre du premier tour mardi. Gasquet sera en deuxième rotation sur le court Suzanne-Lenglen, tandis que Paire jouera le deuxième match du jour sur le court Simonne-Mathieu. Rinderknech, lui, reprendra du service après le match entre Bronzetti et Ostapenko sur le court numéro 14.
Roland-Garros
Il n'a pas traîné : Nadal a reçu son premier traitement au pied
08/06/2022 À 07:54
Roland-Garros
Le court Philippe-Chatrier rebaptisé Rafael Nadal ? Le coach de Federer milite pour
06/06/2022 À 14:41