Voilà, le moment est arrivé. Dès le tirage au sort, tous les yeux s'étaient tournés vers ce haut du tableau complètement dingue. Le sommet, au moins sur le papier, de ce Roland-Garros 2022 s'est dessiné très nettement : Rafael Nadal contre Novak Djokovic en quart de finale. On y est. Si les deux hommes ont connu des scénarios bien différents dimanche pour rallier les quarts, ils n'attendent désormais qu'une chose : savoir quand il aura lieu.
La première option est la plus classique : un duel épique au milieu de l'après-midi diffusé sur le service public, histoire de toucher le plus grand nombre de téléspectateurs. La seconde option serait une petite révolution : une night session de rêve sur Prime Vidéo, détenteur exclusif des droits nocturnes sur le Central. Voilà le choix cornélien qui s'offre à Amélie Mauresmo, nouvelle directrice du tournoi. Il risque de faire parler, quelle qu'il soit. "Je pense même que cette décision sera un marqueur essentiel de la première année d'Amélie Mauresmo en tant que directrice du tournoi", a d'ailleurs estimé Nicolas Mahut auprès de L'Equipe.
Laver Cup
Déchaîné, Auger-Aliassime essore Djokovic
IL Y A 14 HEURES

Nadal et Djoko, préférences opposées

Du côté des joueurs, les choix diffèrent. En conférence de presse, Rafael Nadal a rappelé la ligne de conduite qui est la sienne depuis l'instauration des night-sessions à Roland-Garros l'an passé. "Je préfère jouer en journée, a-t-il expliqué en espagnol. Je connais Roland-Garros surtout en journée. Mais je suis conscient que tout peut arriver. A chaque fois que je joue ici, je suis conscient que ça peut être mon dernier match à Roland-Garros. Je n'espère pas que cela soit le cas. Mais c'est aussi pour ça que j'aimerais le jouer de jour".
Un argument sentimental qui cache également des raisonnements bien plus tennistiques. "Je n’aime pas les sessions de nuit sur terre battue, avait-il asséné de manière plus directe après son 3e tour. Je l’ai déjà dit. Je suis très clair là-dessus. Je n’aime pas jouer sur terre battue la nuit, car l’humidité est plus élevée, la balle est plus lente et les conditions peuvent être très lourdes, surtout quand il fait froid. Je pense que cela fait une grande différence sur la façon de jouer au tennis sur terre battue".

Rafael Nadal contre Novak Djokovic : le quart de finale sera-t-il de jour ou de nuit ?

Crédit: Marko Popovic

Cette différence, justement, c'est tout ce que Novak Djokovic espère. Car, pour lui, affronter Nadal avec un lift diminué par les conditions ressemble à une aubaine. "Tout ce que je peux dire, c’est que Rafa et moi ferions des demandes différentes", avait-il souri vendredi sur le plateau de France Télévisions lorsque Michaël Llodra lui avait posé la question. Depuis, le Serbe a tenu à rappeler les dessous d'une telle décision qui dépasse finalement les joueurs.

Niveau équité, ils sont à égalité

"Les meilleurs joueurs comme nous avons le droit de faire des demandes mais celles-ci ne sont pas toujours acceptées, a-t-il détaillé en conférence de presse. Mais, à la fin, ce sont les directeurs de tournoi et les diffuseurs TV qui décident. Ce sont eux qui réclament votre match en journée ou en soirée. Vous devez juste vous adapter à ça".
Dans les critères retenus, l'équité du temps passé en night session doit primer. De ce point de vue-là, Novak Djokovic et Rafael Nadal ont tous les deux eu les honneurs d'une soirée sur le Chatrier, au premier tour pour le Serbe face à Nishioka, au deuxième tour pour l'Espagnol face à Corentin Moutet. Et puisque Carlos Alcaraz, l'autre attraction médiatique du tableau, a déjà eu le droit à deux matches de nuit, peu probable que son quart se déroule encore dans ces conditions.
Alors, les options semblent limitées, à moins d'un choix du tableau féminin, parent pauvre de la programmation nocturne (1 seul match sur 8 programmés jusqu'à présent). Mais Martina Trévisan contre Leylah Fernandez ou Coco Gauff contre Sloane Stephens sont-elles des affiches suffisantes pour le créneau de nuit ?

FAA à la hauteur de l'événement: "Nadal a tellement bien joué à la fin qu'il n'y avait rien à faire"

"On parle aussi du match le plus attendu du tournoi"

Côté médias, chacun défend sa paroisse. Selon L'Equipe, Prime Vidéo, sans que cela soit une règle écrite, dispose du choix du meilleur match. De son côté, France Télévisions met en avant sa capacité à toucher le public le plus large possible pour le match le plus attendu de la quinzaine.
"Roland, c'est le patrimoine du sport français, au même titre que le Tour du France. Est-ce qu'on imagine l'étape de l'Alpe d'Huez diffusée sur une chaîne payante et donc inaccessible à la grande majorité des téléspectateurs ? Là on parle aussi du match le plus attendu du tournoi. Et je pense au gamin fou de tennis dont les parents n'ont ni les moyens de l'amener à Roland ni ceux de s'offrir les abonnements TV. Ne pas leur proposer ce match-là, qui fait la promotion du tennis et du tournoi, c'est une grande responsabilité quand même", a ainsi plaidé Nicolas Mahut.
En coulisses, les bruits ont été nombreux ce dimanche. Normalement prévu lundi à 10h, le point presse de mi-tournoi d'Amélie Mauresmo a été reporté à mercredi. Sans doute pas un hasard. La décision finale ne devrait pas tomber avant lundi après-midi, créneau habituel de la révélation de la programmation du lendemain. En somme, il faudra attendre encore un peu avant d'avoir le fin mot de l'histoire. Sans que cela soit le dernier tant cette décision fera parler.

Moment de grâce : l'émotion de Tsonga sur la chanson hommage d'Alexandre Prévert

Laver Cup
Djokovic, l'hommage poignant à Federer : "L'un des plus beaux moments de ma vie"
HIER À 21:37
Laver Cup
La leçon de Djokovic
HIER À 19:32