Elle a eu le bras qui s'est tendu sur la fin. Logique à l'heure d'entrer de plein pied dans le dernier carré d'un Grand Chelem pour la première fois. Mais Daria Kasatkina était trop forte, trop précise pour laisser échapper sa proie. La Russe s'est ainsi qualifiée en demi-finale aux dépens de sa compatriote Veronika Kudermetova (6-4, 7-6) après un quart de finale maîtrisé presque de bout en bout, malgré un dernier tie-break très tendu.
La tête de série numéro 20 attend désormais son adversaire : ça sera Iga Swiatek, épouvantail du tableau, ou Jessica Pegula, qui se défient dans la foulée sur le court Philippe-Chatrier.
WTA San Jose
La douche froide après Wimbledon : Rybakina manque sa rentrée
02/08/2022 À 09:28

Kasatkina n'a toujours pas perdu un set

Terminer le boulot a été difficile pour Kasatkina. Engagée dans un jeu décisif après une deuxième manche bien inégale, avec six breaks au total, la joueuse de 25 ans a déroulé dans celui-ci pour mener 5-0, puis 6-1, avec cinq balles de match. C'est là que les soucis ont commencé. Kudermetova y a mis du sien aussi. Un service gagnant, un rallye conclu avec un magnifique revers gagnant, deux coups de pression en relance qui ont conduit Kasatkina à faire deux cadeaux : la joueuse de Kazan a semé le doute chez sa compatriote. Des cinq balles de match, il n'en restait plus qu'une. Mais la bonne. Avec une magnifique amortie de revers, la Russe s'est libérée.
Déjà quart de finaliste en 2018, l'année de son explosion, vainqueur de Roland-Garros juniors en 2014, Kasatkina a logiquement obtenu son billet pour le dernier carré. Plus tacticienne, plus complète, avec un jeu plus propice à la terre battue, la Russe a fait le quart de finale qu'il fallait, même si son match a été imparfait. La faute notamment à sa faiblesse au service. Avec des secondes balles lancées en moyenne à 100km/h, un peu n'importe comment, la droitière dispose ici d'un énorme handicap, bien exploité par Kudermetova. Elle a eu pour elle d'avoir une première balle solide dans l'ensemble lors de ce premier quart.
La native de Kazan frappe beaucoup et fort. Et c'est là son problème. Elle a arrosé le court Philippe-Chatrier de coups gagnants (38), mais aussi de fautes directes (50). Cinquante fautes directes, c'était évidemment beaucoup trop pour espérer mieux et c'était deux fois plus que Kasatkina. La science du jeu l'a emporté. Kasatkina n'a toujours pas perdu un set dans ce Roland-Garros. C'est un détail à ne pas négliger.
Roland-Garros
Swiatek comme un ouragan
02/06/2022 À 14:20
WTA Dubai
La revoilà : Ostapenko s'offre le 5e titre de sa carrière à Dubaï
19/02/2022 À 18:01