Cinq petits matches. Avant de se lancer à l'assaut de Roland-Garros, jamais Rafael Nadal n'avait été aussi peu préparé sur terre battue à une exception près : lors de son dernier titre en 2020 quand le tournoi avait été décalé à l'automne. A l'époque, il avait cédé en quart de finale à Rome (jouant trois matches donc) avant de dérouler à Paris. Mais tous les joueurs avaient alors vu leur programme tronqué. Or, le calendrier est revenu à la normale cette saison et c'est bien le corps du Majorquin qui l'a empêché de faire plus. Jeudi soir, ce satané pied gauche l'a ainsi clairement diminué contre Denis Shapovalov en Italie.
Plus qu'une simple défaite en huitième de finale, la souffrance dévoilée malgré lui par Nadal interroge quant à sa capacité même à se présenter du côté de la Porte d'Auteuil. Mais l'Espagnol est un battant, il a affirmé qu'il bénéficierait de l'aide de son médecin et ferait tout pour croire jusqu'au bout en son rêve de décrocher un 14e titre à Roland. En attendant, une chose est certaine : cette défaite précoce à Rome lui coûtera plus de 900 points au classement - il avait gagné le tournoi l'an dernier - et le fera reculer d'une place.
Roland-Garros
Tsonga : "Ce que je vais retenir, finalement, ce sont les relations humaines"
IL Y A 4 HEURES

Le précédent 2015, un bien mauvais souvenir pour Nadal

Lundi, il sera 5e à l'ATP derrière Stefanos Tsitsipas et par conséquent tête de série 5 dans le Majeur parisien. Cette rétrogradation l'exposera davantage, et ce potentiellement dès les quarts de finale. S'il parvient à ce stade de la compétition à Roland, il y affrontera l'une des quatre joueurs qui le devancent, et potentiellement donc Novak Djokovic (qui sera tête de série 1 ou 2 suivant son résultat romain). Ce choc précoce pourrait ainsi compliquer encore son éventuel parcours vers le titre, même si à l'heure où nous écrivons ces lignes tout cela semble bien hypothétique.
Un "Djokodal" à Paris dès les quarts ne serait toutefois pas inédit. C'était déjà arrivé en 2015, et le souvenir n'est pas des plus heureux pour Nadal qui s'était largement incliné (7-5, 6-3, 6-1). A l'époque, le Majorquin traversait une crise de confiance et avait su rebondir pour reconquérir son royaume terrien deux ans plus tard. A presque 36 printemps, l'équation n'est toutefois plus la même pour l'intéressé qui doit composer avec un corps de plus en plus meurtri.
Roland-Garros
Swiatek, une série folle pour une domination sans partage
IL Y A 5 HEURES
Roland-Garros
Osaka, les 365 jours d'une reconstruction : "J'étais inquiète en revenant ici"
IL Y A 5 HEURES