Jo-Wilfried Tsonga - Casper Ruud

1er tour, simple messieurs
Cette liste ne pouvait pas débuter autrement. Jo-Wilfried Tsonga va faire ses adieux au tennis professionnel à Roland-Garros, un événement doux-amer à ne pas rater. Et vu ce que le tirage au sort a réservé au Manceau, il y a une probabilité certaine pour que ce 1er tour soit effectivement son dernier match. Il lui faudra ainsi défier un membre du Top 10, qui plus est spécialiste de la terre battue, Casper Ruud.
Roland-Garros
Debru, invité spécial de DiP Impact : "Je ne veux pas recopier d'autres joueurs"
14/06/2022 À 19:27
Numéro 8 mondial, le Norvégien monte d'ailleurs en puissance ces dernières semaines avec une demi-finale à Rome et au moins la même chose à Genève où il est encore en lice. La question ne sera vraisemblablement pas de savoir si Tsonga a une chance de l'emporter, mais s'il pourra faire vibrer par séquences le public parisien. L'émotion sera en tout cas au rendez-vous avec selon toute vraisemblance une belle cérémonie pour rendre hommage au champion français.

Henin : "Tsonga partira peut-être avec des regrets, mais surtout avec la tête haute"

Naomi Osaka - Amanda Anisimova

1er tour, simple dames
Après son retrait de l'an dernier, Naomi Osaka est très attendue. Peut-être d'ailleurs autant sur le court que derrière les micros. Mais sur terre battue, une surface qu'elle a du mal à apprivoiser, l'ex-numéro 1 mondiale aura déjà fort à faire pour passer le premier tour. Car de l'autre côté du filet, se dressera Amanda Anisimova, tête de série 27 et surtout demi-finaliste à Roland-Garros voici trois ans.
Le choc s'annonce explosif sur le papier et si l'on s'intéresse à la préparation des deux joueuses sur terre, il serait même tentant de donner un avantage à l'Américaine. Anisimova joue ainsi plutôt bien en ce moment et reste sur deux quarts de finale en WTA 1000 à Madrid et Rome. De son côté, Osaka n'a gagné qu'un petit match sur ocre dans la Caja Magica malgré sa volonté affichée de progresser sur la surface. A elle de se sublimer comme elle sait le faire sur les grandes scènes.

Stefanos Tsitsipas - Lorenzo Musetti

1er tour, simple messieurs
Voilà une délicieuse entrée en matière pour les puristes. Si Stefanos Tsitsipas peut s'estimer plutôt heureux de figurer dans une partie basse du tableau a priori beaucoup moins dense, il devra être très vigilant pour ses débuts face à Lorenzo Musetti. Le talentueux Italien s'était ainsi révélé l'an dernier aux yeux du grand public sur cette même terre parisienne qui l'avait vu mener deux sets à rien contre le numéro 1 mondial et futur vainqueur Novak Djokovic.
Méfiance donc pour le Grec qui pourra toutefois se rassurer en constatant que Musetti est un peu rentré dans le rang malgré un printemps correct (3 huitièmes notamment à Monte-Carlo, Barcelone et Madrid). Le Transalpin revient d'une blessure à la cuisse qui plus est, et a perdu ses deux duels précédents contre Tsitsipas. Mais ce duel est l'assurance d'un festival de revers à une main et de jeu offensif. A savourer.

Une bulle à part pour Djokovic, le plafond de verre de Tsitsipas

Denis Shapovalov - Holger Rune

1er tour, simple messieurs
Amateurs de spectacle, cette affiche a de quoi éveiller votre curiosité. Comme nous l'avions évoqué dans un article précédent, Holger Rune faisait partie des joueurs à éviter pour les têtes de série. Vainqueur de son premier titre à Munich en terrassant au passage Alexander Zverev, le Danois de 19 ans ne cesse de progresser. C'est donc Denis Shapovalov qui en a hérité, bien malgré lui mais pour le plus grand plaisir des amateurs de tennis.
Avec son jeu explosif et offensif, le gaucher canadien, tombeur de Nadal à Rome, constitue à lui seul un argument vendeur. Marié à la maîtrise des amorties et aux changements de rythme de Rune, c'est vraisemblablement l'assurance d'un délice pour les yeux. Seule interrogation et d'importance : le Danois aura-t-il récupéré de sa semaine à Lyon où il est toujours en lice après avoir souffert de crampes ? Sa jeunesse pourrait l'aider.

Shapovalov n’a rien lâché et Nadal a été rattrapé par la douleur

Bianca Andreescu - Belinda Bencic

2e tour, simple dames
Nous entrons désormais dans le domaine de l'hypothèse et de la projection. Mais si la logique est respectée et qu'elles se débarrassent toutes deux de qualifiées d'entrée, Bianca Andreescu et Belinda Bencic vont croiser le fer dès le 2e tour, une perspective alléchante. Comment cela est-il possible ? Tout simplement parce que la Canadienne, absente pendant de nombreux mois, est redescendue à la 74e place mondiale, ce qui l'expose naturellement aux têtes de série.
Ce match serait ainsi le "remake" sur terre battue de la belle demi-finale de l'US Open 2019 qui les avaient opposées, un argument-massue de promotion. D'autant qu'Andreescu, malgré ses fragilités physiques, est le genre de joueuse à retrouver très vite son niveau. Elle l'a prouvé à Rome en accrochant sérieusement Iga Swiatek pendant un set en quart de finale. Quant à Bencic, quand elle est bien lunée, son timing est un régal.

Belinda Bencic et Bianca Andreescu lors de l'US Open 2019

Crédit: Getty Images

Rafael Nadal - Stan Wawrinka

2e tour, simple messieurs
Il y a quelques années, deux finales de Grand Chelem (Open d'Australie 2014 et Roland-Garros 2017) les ont opposés. La perspective de voir Stan Wawrinka défier Rafael Nadal était alors la promesse d'un choc brutal entre le bison suisse et le "Taureau de Manacor". Deux monstres de puissance aux appuis solidement ancrés au sol qui chancellent désormais un peu plus. S'ils se recroisent cette année, ce sera donc dès le 2e tour car le Vaudois revient de (très) loin.
A Rome, Wawrinka a gagné ses deux premiers matches sur le circuit en 15 mois. Le champion de l'édition 2015 ne semble pas en mesure physiquement de jouer un rôle majeur, surtout au meilleur des cinq sets. Passer Corentin Moutet au 1er tour pourrait même être problématique. Si Nadal est à 100 %, il sera bien sûr ultra-favori. Mais son pied gauche pourrait s'en mêler. Pour le simple plaisir "vintage" de les retrouver, on espère qu'ils seront au rendez-vous.

Rafael Nadal, impitoyable avec Wawrinka comme avec les autres.

Crédit: Getty Images

Simona Halep - Jelena Ostapenko

3e tour, simple dames
A ce stade, rien n'est assuré. Passer deux tours en Grand Chelem n'a rien d'anodin surtout dans un circuit féminin si dense et ouvert… derrière l'invincible du moment : Iga Swiatek. Mais si elles assument leur rang, Simona Halep et Jelena Ostapenko devraient alors croiser le fer au 3e tour. A l'instar d'un éventuel 2e tour Nadal-Wawrinka côté messieurs, les deux protagonistes de la finale dames de l'édition 2017 se retrouveraient.
Cinq ans après, ce serait l'occasion pour la Roumaine de prendre sa revanche sur la Lettonne qui l'avait battue à la surprise générale à l'époque. Ce match mettrait aussi une opposition de styles savoureuse entre une Ostapenko qui cogne sur tout ce qui bouge et une Halep qui semble retrouver ses qualités de contreuse hors pair sous la houlette de Patrick Mouratoglou. Du grabuge en perspective.

Simona Halep et Jelena Ostapenko

Crédit: Getty Images

Emma Raducanu - Angelique Kerber

3e tour, simple dames
Vu le début de saison délicat traversé par Emma Raducanu, la voir au 3e tour de Roland-Garros relève du pari. A 19 ans, pour sa première année complète sur le circuit, la championne et sensation du dernier US Open est toujours en phase d'apprentissage. Il n'en reste pas moins que si elle parvient à se défaire d'une qualifiée puis peut-être d'Aliaksandra Sasnovich, elle pourrait jouer sa place en seconde semaine contre une certaine Angelique Kerber.
Sur le papier, l'affiche a de quoi séduire : un véritable choc de générations entre deux championnes en Grand Chelem et un contraste entre l'agressivité de Raducanu et la défense de Kerber. Pour sa découverte de la terre et des glissades, la Britannique a montré des choses intéressantes à Stuttgart où elle a défié Swiatek et à Madrid. Si elle n'est pas gênée par son dos, un duel face à son aînée allemande vaudrait le coup d'œil.

Emma Raducanu à l'entraînement à Roland-Garros en 2022

Crédit: Getty Images

Alexander Zverev - Alejandro Davidovich Fokina

3e tour, simple messieurs
Alexander Zverev est donc celui qui a hérité de Carlos Alcaraz dans son quart de tableau. Et il ne s'en réjouit pas le moins du monde selon toute vraisemblance. Mais le tirage au sort lui a réservé d'autres douceurs préalables. Dès le 2e tour, le numéro 3 mondial devra ainsi se méfier d'un terrien confirmé (Dusan Lajovic ou Sebastian Baez), et au 3e, les choses pourraient se corser encore bien davantage face à Alejandro Davidovich Fokina, finaliste à Monte-Carlo en avril.
D'autant que l'Espagnol n'est pas du genre à faire des complexes. Sa fougue et ses services à la cuillère avaient conquis le public de Roland l'an dernier lors d'un 3e tour en cinq sets d'anthologie contre Casper Ruud. Avant de buter à bout de forces en quart sur… Zverev. Il pourrait donc y avoir de la revanche et de l'électricité dans l'air. Potentiellement une vraie menace pour l'Allemand, parfois fébrile ces derniers mois.

Alexander Zverev et Alejandro Davidovich Fokina à Roland-Garros en 2021

Crédit: Getty Images

Carlos Alcaraz - Sebastian Korda

3e tour, simple messieurs
S'il y a un joueur attendu du côté de la porte d'Auteuil cette année, c'est bien lui. A tel point que beaucoup se demandent s'il pourrait imiter l'exploit de son glorieux aîné Rafael Nadal en 2005 : s'adjuger la Coupe des Mousquetaires à seulement 19 ans. Mais le Murcien n'est pas du genre à mettre la charrue avant les bœufs. S'il se défait d'un qualifié puis éventuellement de Thanasi Kokkinakis, un premier test d'envergure pourrait l'attendre dès le 3e tour contre Sebastian Korda.
L'Américain a une caractéristique particulière cette saison : il est le seul à avoir battu Alcaraz sur ocre à Monte-Carlo. Certes, le prodige espagnol revenait alors tout juste d'un triomphe à Miami sur dur et n'avait pas eu le temps de s'adapter comme il l'aurait souhaité. Ce serait donc l'occasion de démontrer que ce n'était qu'un accident de parcours. Korda, qui a déjà atteint la seconde semaine à Roland en 2020, pourra-t-il tenir l'éventuel bras de fer des jeunes loups ? On en salive d'avance.
Roland-Garros
Il n'a pas traîné : Nadal a reçu son premier traitement au pied
08/06/2022 À 07:54
Roland-Garros
Le court Philippe-Chatrier rebaptisé Rafael Nadal ? Le coach de Federer milite pour
06/06/2022 À 14:41