Reuters

Nadal éblouissant

Nadal éblouissant
Par Eurosport

Le 12/05/2007 à 13:02Mis à jour

Rafael Nadal, tenant du titre à Rome, s'est qualifié pour la finale en arrachant la victoire à Nikolay Davydenko. Le Russe a réussi son match de l'année mais cela n'a pas suffi. La belle histoire romaine de Filippo Volandri s'est achevée samedi face à Fer

MS ROME - Demi-finales
Revivez le film des demi-finales

Fernando Gonzalez (CHI/N.6) bat Fernando Volandri (ITA, WC) 6-1, 6-2

Rafael Nadal (ESP/N.2) bat Nikolay Davydenko (RUS/N.4) 7-6 (7-3), 6-7 (8/10), 6-4

Nikolay Davydenko a réussi un exploit. Le Russe a pris un set à Rafael Nadal, le premier perdu cette saison sur terre battue... Plus sérieusement, la 76e victoire de Rafael Nadal sur cette surface restera certainement comme l'une des plus belles. A la fin d'une rencontre haletante et indécise, jouée avec une intensité rare cette semaine, le N.2 mondial ses mis à genoux, célébrant sa victoire comme un titre. Une joie à la hauteur de la qualité de la rencontre.

Pour faire un beau match, il faut être deux. Il faut insister sur la performance de Davydenko ce samedi. Loin de son meilleur niveau depuis le début de la saison, le Russe a retrouvé son tennis pour ce qui restera comme un moment fort de la saison.

Dès les premiers jeux de la partie, Nikolay a rendu coup pour coup à l'Espagnol.

Trois breaks pour Nadal, trois débreaks pour Davydenko. Le match s'équilibre entre le coup droit du Russe, qu'il place souvent dans la diagonale en alternant la longueur, et la capacité de l'Espagnol à contrer la moindre offensive.

On attend la première défaillance du N.4 mondial, mais ce dernier ne lâche rien. A 6-5 pour Davydenko, Nadal mène 40/0 sur son service. Les retours s'allongent et Nadal doit sauver une balle de set. Fausse alerte. Lors du premier jeu décisif, Davydenko perd le fil du match et le rythme de ses frappes.

Cependant, il n'abdique pas. Dans un style aussi froid et sobre que celui de Nadal est bouillant et expressif, Davydenko reprend le jeu en main dans la seconde manche. L'intensité de la rencontre est totale.

A son tour de vouloir creuser l'écart. En vain. Nadal est vigilant. Son adversaire distribue le jeu, mais le Majorquin ramène tout sur le court. Premier break pour Nikolay (1-0) et débreak immédiat. Second break pour l'Espagnol à 5-3 et débreak immédiat. Aucun des deux joueurs ne flanche physiquement. A peine peut-on percevoir le Russe puiser un peu plus dans ses réserves. Le deuxième jeu décisif est exceptionnel.

Davydenko doit attendre sa sixième balle de set pour arracher la manche

Plus patient, régulier mais aussi plus surprenant que Youzhny ou Djokovic cette semaine, Nikolay se montre sous son plus beau jour. Ce pragmatique au visage fermé doit faire de tels efforts qu'il en grimace. Il monte au filet, place des coups gagnants qui laisse Nadal sur place. Il fait tout simplement un des plus beaux matches de sa carrière, un peu comme Roger Federer en finale l'année dernière à Rome. Et le scénario reste le même: plus les jeux passent, plus Nadal se montre féroce.

From Official Website

Davydenko débreake une fois (1-1). Il doit réussir dix coups exceptionnels pour remporter un point. A 4-4, la géométrie du court lui échappe. Nadal prend le large. Autoritaire devant un très bon Djokovic, il a prouvé qu'il était actuellement au sommet du tennis mondial en étouffant un excellent Davydenko.

L'émotion est forte pour le Majorquin. Son visage se libère et traduit toute la tension d'une rencontre disputée pendant 3h39 au plus haut niveau possible. Même Davydenko en quitte le court avec un sourire fier aux lèvres.

>Le tennis continue sur le blog : ACE 2007

0
0