Rublev à sa main

Andrey Rublev n'a pas tremblé. Contrairement à Félix Auger-Aliassime et Karen Khachanov notamment, il ne s'est pas fait piéger pour son premier match sur ocre de l'année. Le quart de finaliste de l'US Open a pris le meilleur sur l'Argentin Facundo Bagnis, 135e mondial mais spécialiste de la surface, en deux manches bien maîtrisées (6-4, 6-4) et 1h38 de jeu mardi à Rome. Le Russe affrontera Hubert Hurkacz, vainqueur de Daniel Evans (6-3, 3-6, 7-5) au 2e tour.

Masters Rome
Une belle entrée en matière pour Humbert
14/09/2020 À 15:29

Il faut souvent quelques semaines pour s'acclimater parfaitement à la terre battue après avoir disputé quelques tournois sur dur. Mais en cette saison 2020 hors norme, c'est un luxe que n'auront pas les joueurs. A peine Flushing Meadows derrière eux, ils doivent enchaîner avec une mini saison sur ocre avec en point d'orgue Roland-Garros dans moins de deux semaines. Dans cette optique, Andrey Rublev peut être satistait de la manière dont il a géré cette transition brutale. Le Russe a démarré sur les chapeaux de roue, puis a bien géré son affaire pour son entrée en lice dans la capitale italienne.

Après avoir fait un double break d'entrée (3-0), Rublev a vu son adversaire revenir quelque peu, mais a conservé un service d'avance pour virer en tête. Intense comme à son habitude à l'échange, il a trouvé à qui parler en fond de court. Mais son niveau moyen, son expérience et sa confiance cette saison lui ont permis de mieux gérer les points importants. A 3 jeux partout dans le deuxième set, il a fait la différence décisive, même s'il a dû écarter 4 balles de de débreak ensuite. Il a su aussi hausser son pourcentage de premières balles pour se mettre à l'abri et décrocher son 20e succès cette saison.

Alex de Minaur à Rome en 2020

Crédit: Getty Images

Transition difficile pour De Minaur

Pour Alex de Minaur en revanche, le retour sur terre a été brutal. Pourtant pas mal parti, il a été renversé par le qualifié allemand Dominik Koepfer (3-6, 6-3, 7-6) en 2h33. Egalement quart de finaliste à l'US Open mais moins à son aise sur ocre, l'Australien menait pourtant d'un set et d'un break, mais il a encaissé 6 jeux consécutifs de 3-6, 1-3 à 3-6, 6-3, 1-0.

Le troisième set a été marqué par de nombreux renversements de situation. De Minaur a servi pour le match à 5-4 mais s'est fait débreaker. Et c'est bien Koepfer, plus audacieux et tombeur de Gilles Simon auparavant en qualifications, qui l'a coiffé au poteau lors du tie-break décisif. L'Australien a payé un nombre de fautes bien trop élevé (44) et inhabituel pour lui, et un pourcentage de 1ères balles trop faible (52 %). L'Allemand, de son côté, retrouvera donc Gaël Monfils au 2e tour.

Denis Shapovalov à Rome en 2020

Crédit: Getty Images

Shapovalov confirme sa forme du moment

Plus tard dans la journée, Denis Shapovalov s'est montré très à son avantage face à Guido Pella. Alors qu'il sort tout juste de son premier quart de finale en Grand Chelem, le Canadien n'a laissé aucune chance à l'Argentin, le balayant en deux sets secs (6-2, 6-3) et 1h25 de jeu. En jambes et toujours aussi percutant, il a rapidement pris la mesure de son adversaire qui vit décidément une reprise compliquée après avoir été exclu du Masters 1000 de Cincinnati (à cause d'un test positif au coronavirus de son préparateur physique) et éliminé au 1er tour de l'US Open.

Shapovalov a fait le spectacle avec quelques revers sautés à une main dont il a le secret. Le gaucher a surtout été très sérieux et régulier en fond de court, et quasiment imprenable sur sa première balle (85 % de réussite derrière). Pour son prochain match, il partira favori face au qualifié espagnol Pedro Martinez, 109e mondial, qui s'est offert le scalp de Sam Querrey (6-3, 7-6).

Cornet : "Paire m'a fait mal au coeur, on voit qu'il n'est pas remis de son histoire"

Raonic solide face à Mannarino

De retour sur les courts après avoir dû observer une quarantaine à New York, Adrian Mannarino a buté d'entrée (6-7, 2-6) sur le Canadien Milos Raonic, la tête de série numéro 13. Le Français (38e mondial) a bien résisté au premier set, sauvant plusieurs balles de break pour pousser le Canadien au tie-break. Milos Raonic, friable jusqu'ici, resserrait son jeu et profitait d'une double-faute de Mannarino pour faire la différence. Breaké rapidement dans le second, le Français de 32 ans n'allait plus revenir dans ce match qui a été interrompu en début de partie par la pluie pendant près d'une heure.

Masters Rome
Imprenable derrière, des montées au filet victorieuses : Nadal a assommé Lajovic
IL Y A 10 HEURES
Masters Rome
Nadal n'a laissé aucune chance à Lajovic
IL Y A 13 HEURES