Il en fallait un, c'est tombé sur Andy Roddick. Depuis le début du tournoi masculin, aucune des 16 premières têtes de série n'avait encore été éliminée. Il en manque désormais une à l'appel, puisque l'Américain a été victime de son compatriote John Isner au 3e tour de l'US Open. Au terme d'un combat qui aura duré 3h51, le 55e joueur mondial au gabarit impressionnant (2,06 m) est venu à bout de la tête de série n°5. Ironie du sort, le joueur de 24 ans a signé une victoire "à la Roddick", claquant 38 aces sur l'ensemble de la partie dont huit sur ses trois premiers jeux de service, et remportant deux tie-breaks, un exercice pourtant réputé comme une spécialité du vainqueur de l'US Open 2003. Qualifié pour les 8es de finale, une première pour lui, Isner jouera l'Espagnol Fernando Verdasco pour une place en quart de finale.
Avant cela, le géant américain prendra soin de savourer le plus beau succès de sa carrière pro, démarrée en 2007. Vainqueur du premier set au tie-break (7-3), après avoir sauvé trois balles de break au 8e jeu, Isner a remporté le deuxième 6-3 grâce à un break réalisé sur le sixième jeu. Poussé par le public du court Arthur-Ashe, Roddick a enfin réussi à prendre le service de son adversaire dans le troisième set, qu'il a remporté 6-3, avant de revenir à deux manches partout grâce à un très beau jeu de retour à la fin du quatrième. "J'ai senti que ça pouvait tourner à ce moment-là. Quand on revient de deux manches à rien à deux sets partout, on sent que les choses tournent en notre faveur", confiait Roddick au terme de la rencontre. Mais Isner, au terme d'un cinquième set où les deux joueurs ont fait tour à tour parler la qualité de leur service, a finalement eu le dessus sur son compatriote dans le tie-break (7-5). Après avoir vu le chouchou du public sauver deux premières balles de match grâce à deux aces consécutifs, Isner n'a pas craqué sur la troisième pour conclure le match.
US Open
Résumé messieurs: Jour 6
06/09/2009 À 06:13
Une rencontre qui restera à jamais gravée dans la mémoire du jeune Américain. "C'est de loin le plus beau succès de ma carrière. J'avais un peu les cheveux qui se dressaient sur la tête par moment, mais je n'ai jamais paniqué, je savais que j'avais ma chance", a-t-il reconnu avec un sens particulier de la rhétorique au terme de la rencontre, non sans rendre un hommage appuyé à sa victime du jour, ou plutôt du soir, qu'il considère comme un modèle. "En général, Andy motive n'importe quel joueur américain. C'est le joueur auquel on veut ressembler" , a-t-il confié. Avec l'élimination de Roddick, les Etats-Unis ont perdu leur tête de série la plus haute du tableau masculin. Mais avec Isner, ils ont peut-être trouvé un joueur capable de bousculer la hiérarchie établie depuis le début du tournoi. Il l'a prouvé face à A-Rod, il tentera de le confirmer face à Verdasco.
US Open
Federer assure sans briller
05/09/2009 À 16:45
US Open
Monfils: "Je suis plus mature"
05/09/2009 À 11:45