US OPEN - TABLEAU MESSIEURS 3e tour
. Jo-Wilfried Tsonga (FRA, 7) bat Julien Benneteau 7-6(7/4), 6-2, 6-4. Prochain adversaire: Gonzalez
Fernando Gonzalez (CHI, 11) bat Tomas Berdych (TCH, 17) 7-5, 6-4, 6-4
Les tours passent et se ressemblent pour Jo-Wilfried Tsonga. Arrivé à New-York avec dans le rétroviseur une défaite peu glorieuse au premier tour du Masters 1000 de Cincinnati face à l'Américain Guccione, le numéro un tricolore démontre au fil des tours à l'US Open que ce revers, indigne de son talent en terme de comportement, n'est déjà plus qu'un lointain souvenir. "Je suis prêt à relever le défi de Jo, à l'agresser, à faire un match plein ", avait prévenu Julien Benneteau, mais le Bressan n'a pas vraiment eu l'opportunité de mettre en pratique ses ambitions tant le protégé d'Eric Winogradsky s'est montré supérieur au 3e tour de l'US Open. Cette victoire lui permet de devenir l'un des rares Tricolores à atteindre le stade des huitièmes de finale dans chacun des trounois du Grand Chelem.
US Open
Simon rattrapé par la douleur
06/09/2009 À 18:00
Nullement affecté par le fait d'affronter un compatriote, le Manceau a imprimé un rythme d'enfer du premier au dernier échange, ne laissant pas une seule seconde de répit à son adversaire. Porté par un service toujours aussi dévastateur (10 aces, 81% des points remportés derrière sa première balle), Jo a su imposer son jeu ultra offensif, démontrant également au fil des jeux qu'il n'était pas qu'un simple bombardier. "Cela fait longtemps que je n'ai pas été aussi bien. Je dirais même que je n'ai jamais été aussi bien depuis que je suis sur le circuit"... Au vu de son match, on veut bien croire Tsonga. Certes, son coup droit et sa première balle ont une nouvelle fois fait des ravages, mais il a également fait la preuve que son arsenal ne se réduisait pas à une puissance de feu hors-norme.
Très solide au filet, avec 26 montées victorieuses sur 34, très à l'aise dans ses déplacements malgré son gabarit, Jo a impressionné. "En face, c'était très dur, il était très solide dans tous les compartiments du jeu. Son service/coup droit était très fort et comme d'habitude il couvrait très bien le terrain, il était très bien en jambe. Et un moment donné, ça devient compliqué, sa puissance fait du dégât... Il n'avait jamais joué comme ça contre moi dans les matchs précédents ", ne pouvait que saluer Benneteau. De bon augure avant de s'attaquer au Chilien Gonzalez en huitièmes de finale. "Contre Fernando, il ne faudra pas que je donne la balle sinon je risque d'aller chercher des pâquerettes à chaque coin du court. Il a les mêmes qualités que moi, il est athlétique, il frappe fort, ça va être un combat de frappeur. il a un coup droit terrible mais c'est à moi de lui montrer que je sais aussi taper dans la balle. Il aime bien être le patron sur le court et moi aussi, il y aura du défi dans l'air !". Ça promet !
. Gaël Monfils (FRA, 13) bat Jose Acasuso (ARG) 6-3, 6-4, 1-0 ab.
Prochain adversaire: Nadal
Rafael Nadal (ESP, 3) bat Nicolas Almagro (ESP) 7-5, 6-4, 6-4
Si ce n'est pas une victoire conclue sur une balle de match, cette rencontre en prenait sereinement l'issue. Gaël Monfils, toujours aussi en jambes, a démontré que ses problèmes de tendinites aux genoux du printemps étaient une frustration passée en domptant Jose Acasuso au 3e tour de l'US Open. Un Argentin lui aussi vivace dans cette partie, puis dégouté de la tournure de la rencontre qui a définitivement basculé du côté du Français en fin de 2e set. Alors que les deux hommes se rendaient coup sur coup, le Français a commis moins de fautes que son adversaire, mis à mal par les passings adverses. Si le premier set est logiquement remporté par le Français (6-3), il en fallut d'un rien pour que l'Argentin n'égalise. Mais la seule balle de break d'Acasuso, procurée à 4-3 dans le 2e set, a été effacée par un ace de Monfils (10 servis sur le match). Le jeu suivant, l'Argentin cédait sa mise en jeu sur une double faute. Pour revenir dépité sur sa chaise.
Le break d'entrée de troisième terminait de dégouter ses velléités de poursuivre la rencontre. Il fit appel à un kiné qui examina son genou gauche quelques minutes, avant de mentionner à l'arbitre son intention d'interrompre la partie. Un dénouement inattendu dans ce match alors qu'Acasuso n'avait donné aucun signe de douleur tangible avant ce dernier changement de côté. En ne jouant que deux sets, Monfils s'est en tout cas épargné une débauche d'énergie supplémentaire avant de rallier les huitièmes de finale pour la 2e année de suite. Où un certain Rafael Nadal l'attend...
L'Espagnol a dominé son compatriote Nicolas Almagro en trois manches un peu plus tôt, non sans donner quelques signes de faiblesse physique. Le N.3 s'est fait soigner les abdominaux pendant quelques minutes, avant de conclure la partie, strap apparent sur le ventre. Même si des rumeurs de forfait de Nadal flottent à New York depuis le début de la quinzaine, ce nouveau bobo, traîné depuis son retour à la compétition début août, n'est certainement pas la raison qui lui fera manquer une 3e opposition cette saison face au 13e mondial. Après une victoire chacun à Dubai (6-4, 6-4 pour le Français) puis à Rotterdam (6-4, 6-4 pour l'Espagnol), cette belle ne portera sans doute jamais aussi bien son nom...
. Juan Martin Del Potro (ARG, 6) bat Daniel Koellerer (AUT) 6-1, 3-6, 6-3, 6-3
Prochain adversaire : Ferrero
Juan Carlos Ferrero (ESP, 24) bat Gilles Simon (FRA, 9) 1-6, 6-4, 7-6, 1-0 ab.
. Andy Murray (ECO, 2) bat Taylor Dent (USA) 6-3,6-2,6-2
Prochain adversaire : Cilic
Marin Cilic (CRO, 16) bat Denis Istomin (OUZ) 6-1,6-4,6-3