Getty Images

Federer adorerait retrouver Nadal (plus que le contraire)

Federer adorerait retrouver Nadal (plus que le contraire)

Le 27/08/2017 à 18:04Mis à jour Le 27/08/2017 à 19:09

US OPEN - Rafael Nadal et Roger Federer ont livré des batailles mémorables à peu près partout sur le circuit, et dans tous les tournois du Grand Chelem. Sauf à l'US Open. Cette exception new yorkaise va-t-elle prendre fin cette année, alors que le tirage au sort programme une demi-finale entre les deux champions ?

Eurosport Player:

Voir sur Eurosport

New York ou l'exception culturelle de la longue histoire commune entre Roger Federer et Rafael Nadal. Les deux géants se sont affrontés douze fois en Grand Chelem, à quatre reprises à Melbourne, cinq à Roland-Garros et trois fois en finale à Wimbledon. Mais à Flushing, jamais. Rien. Nada.

Federer s'y est imposé cinq fois, Nadal deux. Ils auraient pu se croiser en finale, en demies, mais non. Ils se sont parfois ratés de peu, comme en 2008 et 2009, quand l'Espagnol a calé aux portes de la finale, où l'attendait le Suisse, et plus encore en 2011, dans la situation inverse : Federer avait bénéficié de deux balles de match contre Djokovic pour rejoindre son meilleur ennemi en finale.

Depuis 2012, les opportunités se sont raréfiées. A eux deux, ils ont manqué trois des cinq dernières éditions. Mais en cette année de retour de flamme commun, où ils sont les derniers tauliers à se tenir à distance de l'infirmerie, la conclusion presque logique d'une saison où rien ne l'a été, c'est peut-être qu'ils s'offrent et offrent enfin ce duel new yorkais. Pourrait-il avoir une saveur différente de leurs 37 précédents matches ? "Je n'en sais rien, vu qu'on n'a jamais joué l'un contre l'autre ici, je ne peux pas vous dire", plaisante Nadal.

" Je sais que vous voudriez entendre que j'adorerais affronter Roger..."

Placés dans la même moitié de tableau, ils ont théoriquement rendez-vous en demi-finales. La perspective n'est pas pour leur déplaire. Enfin, surtout Federer. "On ne s'est jamais rencontrés ici à New York, ce serait super pour tout le monde et j'adorerais affronter Rafa à Flushing", a lancé le Bâlois samedi lors de sa conférence de presse d'avant-tournoi.

Et Nadal ? En toute franchise, le numéro un mondial avoue que s'il pouvait avoir le tableau le plus simple possible, ce ne serait pas plus mal. "Si je vais en demi-finales, je préfère jouer quelqu'un d'autre, explique-t-il. C'est évident. C'est une affiche qui sonne bien mais j'aime autant me retrouver contre un autre joueur, un match si possible plus facile". Et Nadal de sourire : "Je comprends que ce serait grand pour notre histoire et je sais que vous voudriez entendre le contraire, que j'adorerais affronter Roger, mais désolé…"

" Si ce match doit avoir lieu, j'espère que ce sera en night session, avec une ambiance formidable"

Ils sont en revanche d'accord sur un point : cette demi-finale est aujourd'hui purement hypothétique. Une prudence de circonstance, un discours habituel, mais renforcé ici par le fait qu'ils n'ont encore jamais réussi à se rendre ensemble au rendez-vous fixé. "Il y a plus de 60 types dans notre moitié de tableau qui n'ont pas envie de nous laisser nous affronter en demi-finale", rappelle Federer. "Il y a cinq matches à gagner, pour lui, pour moi, renchérit Nadal. Beaucoup de jeux, beaucoup de points à gagner. Alors ce n'est vraiment pas le moment de penser à ça. Là, moi, je pense à Lajovic. C'est mon seul objectif."

Ils ont raison. Rien ne garantit leurs retrouvailles. Leur absence de passé commun à New York, donc, mais aussi la densité de leur tableau (Kyrgios en huitièmes pour Federer, Dimitrov en quarts pour Nadal), le manque de références de Rafa sur dur depuis plusieurs années dans les grands tournois, le dos de Federer, etc. Tout ceci limite l'évidence d'une future confrontation. Mais si cela devait arriver, sans nul doute, ce serait là le point culminant d'une quinzaine pour l'heure orpheline de la plupart de ses récents héros. "Si ce match doit avoir lieu, souffle Federer, j'espère que ce sera en night session, avec une ambiance formidable, et un grand match, comme en Australie." Difficile de ne pas saliver, non ?

Roger Federer et Rafael Nadal lors de la finale à Indian Wells en 2017

Roger Federer et Rafael Nadal lors de la finale à Indian Wells en 2017AFP

0
0