Getty Images

Nadal, Del Potro, Nishikori, Djokovic : Voici le Big Four de Big Apple

Le Big Four de Big Apple
Par Eurosport

Le 06/09/2018 à 22:33Mis à jour Le 07/09/2018 à 15:54

US OPEN 2018 - Ils sont encore quatre à pouvoir prétendre au titre à New York. Trois anciens vainqueurs et un ancien finaliste. Rafael Nadal, tenant du titre et numéro un mondial, face à Juan Martin Del Potro, l'Argentin qui aime tant Flushing, et les deux revenants que sont Kei Nishikori et Novak Djokovic. Gros plan sur le Big Four du dernier carré américain.

Rafael Nadal

Espagne
N.1 mondial
Meilleur résultat : Vainqueur en 2010, 2013, 2017
Résultat 2017 : Vainqueur

Son US Open : Un vrai parcours du combattant, à l'exact opposé de son US Open 2017, qui fut presque un long fleuve tranquille. Rafa en a bavé. Les torts sont partagés entre performance remarquable de certains de ses adversaires et ses propres difficultés. Ce ne fut pas toujours du très grand Nadal pour l'instant. Dans chacun de ces matches, il a connu des moments pénibles, voire des absences. L'entame contre Dominic Thiem, à d'autres moments contre Karen Khachanov et Nikoloz Basilashvili. Est-il diminué par son genou droit qui a semblé grincer ? Difficile à dire avec certitude, mais c'est possible. En tout cas, il en bave dans ce tournoi...

La stat : 29. Rafael Nadal va disputer vendredi la 29e demi-finale de Grand Chelem de sa carrière. Grâce à sa victoire face à Thiem, l'Espagnol laisse derrière lui Ivan Lendl (28) pour se hisser à la 4e place dans la hiérarchie historique dans ce domaine. Seuls Roger Federer (43 demi-finales), Novak Djokovic (33) et Jimmy Connors (31) restent devant lui.

Pourquoi il peut y croire : On sait deux choses : Nadal devra être plus fort que ce qu'il a montré jusqu'ici pour aller au bout. Mais pour l'empêcher d'y aller, il faudra aussi être sacrément costaud. En d'autres termes, Nadal reste Nadal, même si on l'a déjà connu plus impressionnant. Il a aussi l'avantage d'avoir stoppé Del Potro à trois reprises au cours des quatre derniers Majeurs (US Open 2017, Roland-Garros et Wimbledon 2018). Possible que cela trotte un moment ou un autre dans la tête de l'Argentin. Et si Nadal retourne en finale, là aussi, il faudra sortir le grand jeu pour le priver du titre. Nadal ne passe pas à côté d'une finale...

La question : Va-t-il payer l'addition physiquement ?

S'il veut décrocher dimanche son quatrième US Open, Rafael Nadal va devoir passer sur le corps de Juan Martin Del Potro. Avant, peut-être, de retrouver Novak Djokovic. Si tel devait être le cas, ce sont à coup sûr deux énormes batailles physiques qui attendent le Majorquin. Or il a déjà beaucoup donné. Dans cette quinzaine et, plus globalement, depuis début avril, avec 43 matches disputés. A Flushing, il a passé 12h31 sur le court au cours de ses trois derniers matches. C'est un quart d'heure de plus que Del Potro sur l'ensemble du tournoi. Il a beau être un roc physique, cela pourrait tout de même finir par jouer contre lui.

Nadal - US OPEN 2018

Nadal - US OPEN 2018Getty Images

Juan Martin Del Potro

Argentine
N.3 mondial
Meilleur résultat : Vainqueur en 2009
Résultat 2017 : Demi-finaliste

Son US Open : Des quatre demi-finalistes, il a peut-être été le plus constant sur l'ensemble de la quinzaine. Impérial pendant la première semaine, l'Argentin de Tandil n'a perdu son premier (et unique) set du tournoi qu'en quarts de finale face à John Isner. Auparavant, il avait expédié Young, Kudla, Verdasco et Coric en trois manches, même si le combat contre l'Espagnol avait été âpre. Un seul de ces cinq matches a dépassé les trois heures de jeu, ce qui n'est pas une mauvaise chose compte tenu des conditions climatiques très difficiles. Delpo semble savoir où il va.

La stat : 83%. Le pourcentage de points gagnés par Juan Martin Del Potro derrière sa première balle depuis le début du tournoi. Des quatre demi-finalistes c'est, de loin, le meilleur total.

Pourquoi il peut y croire : Par rapport à l'an dernier, son capital fraicheur est sans doute plus important. Comme tout le monde, il a tiré sur la corde dans l'étouffante chaleur new-yorkaise. Mais il a passé un minimum de temps sur le court (2h20 en moyenne sur ses cinq matches). En 2017, il était arrivé face à Nadal, en demi-finales, sans essence dans le réservoir et après un quart en night session contre Federer le mercredi soir. Cette fois, il a disputé son quart le mardi après-midi et ne semble pas aussi entamé. Il aborde le choc avec Nadal dans de meilleures conditions.

La question : Va-t-il enfin franchir le cap ?

Juan Martin Del Potro et les demi-finales en Grand Chelem, ce n'est pas exactement une grande histoire d'amour. Depuis son titre à New York en 2009, l'Argentin a buté par trois fois aux portes d'une finale majeure. Dont deux fois ces douze derniers mois, à chaque fois contre Rafael Nadal, l'homme qui se dresse encore sur son chemin ce vendredi. Mais au vu du contexte, c'est peut-être sa meilleure opportunité depuis très longtemps. A lui de la saisir.

Juan Martin Del Potro

Juan Martin Del PotroEurosport

Kei Nishikori

Japon
N.19 mondial
Meilleur résultat : Finaliste en 2014
Résultat 2017 : Absent

Son US Open : C'est plutôt costaud. Hormis lors de son quart de finale très décousu face à Marin Cilic, le Japonais a joué un tennis dans l'ensemble régulier, tout en économisant son énergie. Son tableau de chasse a de la carrure : Maximilian Marterer, Gaël Monfils (sur abandon), Diego Schwartzman, Philipp Kohlschreiber et Marin Cilic. Que des coupeurs de têtes et un membre confirmé du Top 10. Physiquement ça a l'air d'aller. Et c'est peut-être la meilleure nouvelle pour lui. Les blessures et l'humidité l'ont laissé tranquille.

La stat : 3. Révélé aux yeux du monde entier lors de l'édition 2008, le Japonais a joué ses deux seules demies en Majeurs à New York (2014 où il va en finale, puis 2016). La troisième confirme que l'US Open est "son" Grand Chelem.

Pourquoi il peut y croire : Parce qu'il aime vraiment le ciment de Flushing. Toujours rattrapé par le jour sans ou son physique en Grand Chelem, le protégé de Michael Chang, 28 ans au compteur, a toujours tourné autour de LA grande performance de sa carrière sans parvenir à ses fins. Ce déclic majuscule aurait dû intervenir il y a quatre ans lors de sa seule finale disputée en Majeur… à l'US Open. Une finale qu'il avait complètement ratée, la faute à l'enjeu et à un Marin Cilic droit dans ses bottes. Formé en Floride depuis ses 8 ans, il maîtrise le jeu sur dur comme personne.

La question : Peut-il gagner un Grand Chelem avec son service ?

La réponse est non. Principale faiblesse de son jeu, son service est le plus faible en termes de puissance parmi les quatre demi-finalistes. Sa blessure au poignet droit, qui l'a mis sur la touche pendant six mois fin 2017, a d'ailleurs impacté la régularité de sa première balle et rendu ses secondes plus exploitables. Mais à défaut de force brute, il lui reste la précision.

Kei Nishikori

Kei NishikoriGetty Images

Novak Djokovic

Serbie
N.6 mondial
Meilleur résultat : Vainqueur en 2011 et 2015
Résultat 2017 : Absent

Son US Open : Jusqu'ici, serein. Ses seuls coups de chaud, Novak Djokovic les a connus en raison de la température ambiante et du "sauna" - selon ses dires - du Arthur-Ashe. Pour le reste, le vainqueur de Wimbledon traverse l'US Open comme on se promènerait sur l'Hudson. A savoir tranquillement. S'il a laissé filer un set face à Fucsovics et Sandgren lors des deux premiers tours, Djoko est monté en gamme depuis. Gasquet, Sousa et Millman peuvent en témoigner.

La stat : 11. Comme son nombre de demi-finales à New York. Qui dit mieux ? Jimmy Connors (14) et c'est tout. Surtout, le Serbe a atteint le dernier carré à chaque fois qu'il a pris part au tournoi, depuis 2007 et sa première finale perdue face à Roger Federer. Seule son absence l'an dernier avait stoppé la série.

Pourquoi il peut y croire ? Novak Djokovic est redevenu une machine. Si elle ne semble plus aussi implacable qu'avant, elle est de nouveau parfaitement huilée. Son été ne dit pas le contraire. De Wimbledon à New York, en passant par Cincinnati, le numéro 6 mondial n'a pas manqué grand-chose. Djoko est lancé, il faudra se lever tôt pour l'arrêter.

La question : La touffeur new yorkaise peut-elle jouer un mauvais tour à Djoko ?

Il ne faut pas avoir la mémoire courte. Jamais. Et quiconque a vu Djokovic évoluer face à Fucsovics (1er tour) a pu avoir un gros doute quant à son parcours new-yorkais. Exténué, le Serbe avait dû faire appel au médecin. Il a fini par retrouver ses esprits et tracé sa route jusqu'au dernier carré. Mais, mercredi, il s'est une nouvelle fois plaint des conditions climatiques. Au cœur du court Arthur-Ashe, qu'il ne quittera plus jusqu'à la fin du tournoi, l'ancien numéro 1 mondial a vécu un enfer. Comme Roger Federer précédemment. Peut-il être terrassé par la touffeur de NY ? A priori, la température devrait baisser ce week-end…

Novak Djokovic

Novak DjokovicImago

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0