Getty Images

Serena, c’était la cata : la preuve en 5 stats

Serena, c’était la cata : la preuve en 5 stats
Par Eurosport

Le 08/09/2019 à 01:08Mis à jour Le 08/09/2019 à 01:25

US OPEN - Serena Williams est complètement passée à côté de sa finale face à Bianca Andreescu (6-3, 7-5). L’Américaine, tendue et amorphe, a réalisé une partition indigne de son statut, dans la lignée de ses trois dernières finales de Majeurs. La preuve en 5 stats.

44 %

Dans cette finale, Serena Williams a été lâchée par une de ses armes principales : sa première balle. L’Américaine, qui enquille habituellement une kyrielle de points gratuits sur son service, l’a mise en jeu moins d’une fois sur deux (44 %). Déjà en difficulté dans le premier set (50 %), elle a complètement sombré dans le second (37 %), donnant à son adversaire de multiples occasions d’engager l’échange et d’allonger les points.

30 %

Privée de points gratuits à cause de sa première balle en berne, l’Américaine a été constamment mise sous pression sur son second service. Elle n’a ainsi remporté que 30 % des points derrière celui-ci, torturée par la longueur et la précision des retours de Bianca Andreescu. Sur les talons pour débuter l’échange, elle a accumulé les erreurs ou a été forcée de raccourcir, ce qui a permis à son adversaire de rentrer dans le court et de l’agresser régulièrement.

Vidéo - Une dernière gifle en coup droit et Andreescu a pu savourer son premier titre majeur

02:48

8

Signe d’une tension folle, Serena a réalisé 8 doubles fautes sur ce match. Souvent au pire moment. Pour donner le break d’entrée dans la première manche à sa rivale d’abord. Puis sur la balle de set. En tout, elle a donc offert deux "jeux blancs" à sa cadette. Andreescu n’en demandait pas tant.

13

La conséquence de ses multiples défaillances au service est évidente : l’Américaine a ouvert la porte du break en grand à Andreescu. La Canadienne ne s'est pas privée de s'engouffrer dans la brèche puisqu’elle a obtenu 13 balles de break lors de ce match pour finalement en convertir 6 ! Si elle avait réussi un carton plein, le score aurait pu être bien plus sévère…

0

Comme le nombre de set remporté par l’Américaine sur ses quatre dernière finales de Grand Chelem. Mentalement, la cadette des sœurs Williams semble clairement touchée par ses échecs passés et a du mal à se libérer lors de ses débuts de finale. Le scénario entrevu samedi n’est que le prolongement de ses échecs face à Angelique Kerber lors de Wimbledon 2018 (6-3, 6-3), Naomi Osaka à New York la saison dernière (6-2, 6-4) et Simona Halep à Londres cette année (6-2, 6-2).

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0