Getty Images

Et Rafa se fâcha...

Et Rafa se fâcha...

Le 03/09/2019 à 04:03Mis à jour Le 03/09/2019 à 05:38

US OPEN - Marin Cilic a tenté de bousculer Rafael Nadal cette nuit, en huitièmes de finale. Le Croate a cru y parvenir en recollant à un set partout. Mais il a réveillé la bête : l'Espagnol a brusquement haussé le ton pour survoler les deux dernières manches de manière impressionnante. vainqueur 6-3, 3-6, 6-1, 6-2, le numéro 2 mondial affrontera Diego Schwartzman pour une place en demi-finale.

Au lendemain de l'abandon de Novak Djokovic contre Stan Wawrinka, Flushing Meadows a pu envisager, le temps d'un instant, la perte de la deuxième plus grosse tête du tableau masculin. Quand Marin Cilic, en quête de son glorieux passé new-yorkais, lui l'ancien vainqueur du tournoi en 2014, a égalisé à une manche partout face à l'Espagnol, l'hypothèse est apparue, sinon probable, en tout cas de l'ordre de l'éventualité. Mais l'autorité avec laquelle Nadal a éteint ce tout début d'incendie en dit long sur ses intentions. Voilà comment on transforme une potentielle galère en victoire relativement tranquille (6-3, 3-6, 6-1, 6-2).

Peut-être Rafa avait-il besoin de cela. Après une première semaine que l'on osera presque qualifier de routinière, tant il n'y fut jamais testé, le Majorquin savait qu'avec Cilic, il trouverait une opposition plus dense. Certes, le Croate patauge depuis plusieurs mois, mais à Flushing, il retrouve quelques contours du champion qu'il a été, notamment, et surtout ici. Et si Nadal a dominé l'entame de match après un échange de break, Cilic l'a bousculé dans le deuxième acte en sautant sur sa première opportunité pour s'envoler à 4-1. Impérial sur ses jeux de service, il a remis les compteurs à zéro.

Vidéo - Nadal - Cilic : Les temps forts

03:36

Deux derniers sets au galop

Piqué, Nadal a alors augmenté brutalement le curseur de l'intensité. Non qu'il eût été amorphe, ce n'est pas son genre, mais disons que, selon ses standards stratosphériques, il donnait parfois l'impression de ronronner dans cette première heure et demie de match. Mais à secouer la bête quand elle somnole, on s'expose à quelques petits soucis. A partir de là, c'est une vraie tempête qui a emporté Cilic. Le jeu du break à 1-1 dans le troisième set, avec deux points qui ont mis le feu au Ashe (un smash de revers et une défense de mutant) l'ont définitivement lancé.

La furia nadalienne a déferlé sur le court et le pauvre Marin Cilic, qui ne livrait pourtant pas un mauvais match, a été totalement dépassé. Il n'a plus jamais été en paix sur ses jeux de service, concédant deux breaks dans chacune des deux dernières manches. Nadal s'est même permis de faire le show, comme sur ce coup droit en bout de course où il a fait passer la balle à côté du filet, presque au ras du sol. Le tout pour s'offrir une balle de match, qu'il a d'ailleurs conclu sur le point suivant d'un dernier coup droit gagnant.

Il y a un an, Rafael Nadal quittait l'US Open sur abandon aux portes de la finale. On ne l'avait plus revu de la saison. Cette fois, il n'est pas encore dans le dernier carré, mais une chose apparait nettement : il pète le feu. Ce n'est jamais une bonne nouvelle pour la concurrence.

Vidéo - Le fantastique passing à côté du filet de Nadal pour s'offrir la balle de match

00:51
Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0