Getty Images

Pour Berrettini, gare au bizutage Nadal

Pour Berrettini, gare au bizutage Nadal

Le 06/09/2019 à 23:12

US OPEN – Rafael Nadal et Matteo Berrettini ont rendez-vous vendredi en "night session" avec en jeu une place en finale à Flushing Meadows. L’Espagnol est l’immense favori de ce match qui constitue la première demi-finale en Grand Chelem de l’Italien à 23 ans.

Le contexte

La voie est libre, ne reste plus qu’à s’y engager. Ce n’est sûrement pas l’état d’esprit du moment de Rafael Nadal, jamais pris en flagrant délit de dénigrement de son futur adversaire, quel qu’il soit. Il n’empêche que, débarrassé de ses deux rivaux historiques Roger Federer et Novak Djokovic, tous les deux trahis par leur corps, le Majorquin semble avoir toutes les cartes en main pour aller chercher un 4e titre à l’US Open après 2010, 2013 et 2017, et surtout un 19e en Grand Chelem, ce qui lui permettrait de talonner son meilleur ennemi suisse.

Mais il le sait, il lui faut gagner encore deux matches. Pas du genre à se laisser distraire lorsqu’il s’est fixé un objectif, le numéro 2 mondial peut aborder sereinement la dernière ligne droite. Il n’a plus perdu depuis son échec en demi-finale de Wimbledon contre Federer, soit une série en cours de 8 victoires sur dur (auxquelles il faut ajouter les forfaits de Gaël Monfils en demi-finale à Montréal et de Thanasi Kokkinakis au 2e tour à New York). Et si l’on prend un peu plus de recul, il est même sorti vainqueur de 25 de ses 26 derniers matches cette saison depuis son triomphe sur la terre battue romaine.

Vidéo - Nadal - Schwartzman : Les temps forts

03:02

Nadal ne manque donc pas de confiance avant cette demi-finale et la marge dont il bénéficie sur ses adversaires semble d’autant plus grande qu’il n’a pas eu affaire au moindre top 20 sur son parcours. Mais le classement n’est qu’une donnée momentanée et ne rend pas forcément compte de la qualité ou du potentiel d’un joueur. Actuellement 25e joueur mondial, Matteo Berrettini a d’ailleurs déjà fait partie des 20 meilleurs du monde après avoir conquis son deuxième titre de la saison (le troisième de sa carrière) sur le gazon de Stuttgart en juin dernier.

Grâce à ce superbe parcours à Flushing Meadows, l’Italien est d’ailleurs assuré de réintégrer cette élite et d’améliorer son meilleur classement en carrière : il sera au pire 14e lundi prochain. En pleine progression, il a découvert la deuxième semaine en Grand Chelem face à Roger Federer en huitième de finale de Wimbledon voici à peine deux mois, avec une petite correction à la clé (6-1, 6-2, 6-2 en 1h14 de jeu). A 23 ans, Berrettini a explosé au plus haut niveau cette saison, il apprend donc très vite et va se retrouver face à un autre monument du jeu sur la scène géante du court Arthur-Ashe. De quoi emmagasiner une bonne dose d’expérience.

Leur parcours

Rafael Nadal

1er tour : bat John Millman (6-3, 6-2, 6-2)
2e tour : bat Thanasi Kokkinakis par forfait
3e tour : bat Hyeon Chung (6-3, 6-4, 6-2)
1/8e de finale : bat Marin Cilic [22] (6-3, 6-4, 6-2)
1/4 de finale : bat Diego Schwartzman [20] (6-4, 7-5, 6-2)

Matteo Berrettini

1er tour : bat Richard Gasquet (6-4, 6-3, 2-6, 6-2)
2e tour : bat Jordan Thompson (7-5, 7-6(5), 4-6, 6-1)
3e tour : bat Alexei Popyrin (6-4, 6-4, 6-7(3), 7-6(2))
1/8e de finale : bat Andrey Rublev (6-1, 6-4, 7-6(6))
1/4 de finale : bat Gaël Monfils [13] (3-6, 6-3, 6-2, 3-6, 7-6(5))

Vidéo - Perfection, trou noir et final haletant : Monfils-Berrettini, thriller américain

03:04

Face-à-face

Il s’agira du premier affrontement entre les deux joueurs sur le circuit, et ce en demi-finale de Grand Chelem. On a connu pire scène pour inaugurer un duel. Rafael Nadal et Matteo Berrettini partiront donc quelque peu dans l’inconnu, même s’ils disposent évidemment d’informations et de vidéos sur leurs jeux respectifs.

Trois stats à avoir en tête

2. Rafael Nadal est parvenu à atteindre au moins les demi-finales dans les quatre tournois du Grand Chelem pour la deuxième fois de sa carrière, onze ans après l’avoir fait en 2008. Roger Federer détient le record en la matière : il s’est qualifié pour le dernier carré de chaque Majeur entre 2005 et 2009, soit pendant cinq saisons consécutives (23 demi-finales d’affilée en tout de Wimbledon 2004 à l’Open d’Australie 2010).

42. Matteo Berrettini est le premier Italien à se qualifier pour les demi-finales de l’US Open depuis Corrado Barazzutti en 1977, voici 42 ans. A l’époque, ce dernier s’était incliné contre Jimmy Connors en trois sets (7-5, 6-3, 7-5). Le défi sera au moins aussi grand pour Berrettini cette année.

340. C’est le nombre de minutes passées en plus sur le court par Matteo Berrettini par rapport à Rafael Nadal depuis le début du tournoi, soit 5h40. L’Espagnol, qui a joué un match de moins que l’Italien en raison du forfait de Thanasi Kokkinakis au 2e tour, a mis en moyenne un peu plus de 2h25 à gagner ses 4 rencontres (pour un set perdu), contre un peu plus de 3h04 (sur 5 rencontres et 5 sets perdus) pour son futur adversaire.

Vidéo - US Open - Berrettini explique comment il est venu à bout de Monfils

00:36

Ils ont dit

Rafael Nadal : "Berrettini est en demi-finale, il fait une grande saison. A ce stade, vous ne pouvez pas vous attendre à affronter un adversaire facile ou à un match facile. Il sert fort, a un grand coup droit, se déplace bien et il est en grande confiance."

Matteo Berrettini : "Je connais vraiment bien Rafa. Je veux dire que j’ai vu une centaine de ses matches. Qui sur le circuit ne le connaît pas ? Je pense que c’est le plus grand combattant de l’histoire de ce sport. Ce qu’il fait est incroyable, je l’admire. Son attitude sur le court est proche de la perfection."

Le facteur X : Comment Berrettini va-t-il gérer l’événement ?

Comme Stefanos Tsitsipas et Lucas Pouille en Australie, ainsi que Roberto Bautista Agut à Wimbledon, Matteo Berrettini va découvrir le dernier carré d’un Grand Chelem. Et si les trois néophytes qui l’ont précédé ont tous perdu à ce stade soit face à Rafael Nadal, soit face à Novak Djokovic, seul Bautista Agut a semblé donner sa pleine mesure parvenant à prendre un set au Serbe. L’approche mentale d’un tel match est capitale et l’Italien avait d’ailleurs très mal débuté son quart de finale face à Gaël Monfils, avant de renverser la dynamique, bien aidé par le Français.

S’il aborde cette demi-finale dans le même état de tension, il aura peu de chances de s’en relever face au « Taureau de Manacor ». Pour installer un combat sur le court, Berrettini devra se convaincre qu’il peut y arriver, qu’il est capable de faire mal à Nadal. Or, l’Italien a une réputation de « gentil » sur le court. Pour sa grande première en deuxième semaine d’un Grand Chelem contre Roger Federer à Wimbledon, il était totalement passé à côté, probablement trop stressé et trop respectueux de son adversaire, son idole d’enfance. Ne nous méprenons pas, il ne s’agit pas de dire qu’il aurait battu le Suisse avec un autre état d’esprit, mais il aurait peut-être pu le titiller davantage.
Sur le plan mental, l’équation sera sensiblement la même contre l’Espagnol, l’autre danger consistant à vouloir trop en faire. Trouver l’équilibre ne sera assurément pas chose aisée.

Vidéo - Fiorentina, LeBron et sourire ravageur : voici Matteo Berrettini

01:37

Notre avis

Nous aimerions vous vendre une demi-finale indécise, pleine de suspense, un combat de titans. Dans son jeu, Matteo Berrettini a assurément des armes pour embêter Rafael Nadal avec sa grande première balle et sa puissance du fond du court. Mais trop de facteurs jouent en défaveur de l’Italien : son manque d’expérience à ce stade de la compétition devrait d’abord peser lourd. Si son bras tremble, comme en début de quart de finale, l’addition pourrait même être très salée. Il a par ailleurs montré des failles quand Monfils a mis du volume dans ses frappes et a varié ses trajectoires de balle à l’échange, un domaine dans lequel excelle le numéro 2 mondial.

Même s’il n’a que 23 ans et qu’il récupère vite, Berrettini pourrait bien manquer d’énergie et de fraîcheur pour aborder un tel rendez-vous. Il a passé bien plus de temps que Nadal sur le court, et ce dernier exige de ses adversaires un engagement physique total pour soutenir son rythme infernal. Si l’Italien manque de vitesse et de précision dans ses ajustements, s’il a un temps de retard, il risque de visiter les quatre coins de l’impressionnant court Arthur-Ashe. Son premier défi sera de s’adapter à la qualité de la balle de son adversaire, dont la lourdeur et la rotation ont de quoi impressionner, surtout quand on n’y est pas habitué. La tâche risque donc d’être bien ardue. Sa seule chance ? Se lancer corps et âme dans la partie sans arrière-pensée, car dans ce match, il n’a pas grand-chose à perdre. Mais sauf pépin physique, difficile de voir autre chose qu’une victoire espagnole.

Notre pronostic : Nadal en trois sets

Rafael Nadal

Rafael NadalGetty Images

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0