"Ils étaient sous pression et ils ont très vite réagi." C'est par ces mots que Stéphane Houdet a salué le rétropédalage de l'US Open et de la Fédération américaine de tennis (USTA) sur l'annulation de la compétition de tennis en fauteuil. Vendredi, le Français, numéro 6 mondial de la discipline, a participé avec 19 autres joueuses et joueurs à une réunion par visio-conférence sollicitée par Stacey Allaster, nouvelle directrice du tournoi, Mike Dowse, président de l'USTA, et Joanne Wallen responsable de l'organisation de la compétition de tennis en fauteuil. Les dirigeants américains ont présenté leurs excuses à leurs interlocuteurs avant de revenir sur leur décision initiale.

Accusés de discrimination ces derniers jours, l'US Open et l'USTA ont expliqué leur erreur par un manque de communication. "Quand ils ont fait la demande auprès du gouvernement et du ministère de la Santé américains, ils ont considéré la globalité du tournoi pour faire voyager tout le monde dans des charters à partir du 15 août. Et ils ont décidé de tout cela sans en parler avec les joueurs. Ils ont statué sur un nombre maximum que le gouvernement autorisait. Ils ont donc coupé sans nous le dire", résume ainsi Houdet, à la sortie de la réunion.

US Open
Highlights | Taro Daniel - Andrey Kuznetsov
HIER À 07:02

3 scénarios proposés pour rectifier le tir

Mais il était absurde de supprimer des compétitions qui ne comptaient en tout que 20 engagés : 8 dans le tableau féminin, 8 dans le tableau masculin et 4 dans la catégorie "quad" pour les tétraplégiques. D'autant que les intéressés n'entrent en lice qu'en seconde semaine des tournois de simples, ce qui rend le problème de la distanciation sociale caduque : à ce moment-là du tournoi, les joueuses et les joueurs, dans leur majorité éliminés, auront quitté Flushing Meadows. "Quand j'ai constaté l'annulation, j'ai pensé au facteur économique dans un premier temps avec les coupes budgétaires qui affectent l’USTA. Mais le nombre, ça ne tenait pas", souligne encore avec lucidité l'ex-numéro 1 mondial du tennis en fauteuil.

En conséquence, les dirigeants du tennis américain ont fait trois propositions pour rectifier le tir : s'en tenir à l'annulation du tournoi mais la compenser en versant 7500 dollars à chacun des engagés (soit un peu plus de 6700 euros), reporter les compétitions au mois d'octobre à Orlando en Floride, ou jouer comme prévu à New York avec 95 % de la dotation initiale - baisse aussi appliquée aux tournois de simples dames et messieurs - soit 325 000 dollars en tout (environ 290 000 euros).

Roland-Garros organisera bien les tournois de tennis en fauteuil

Satisfaits de la réactivité de Stacey Allaster, Mike Dowse et Joanne Wallen, les joueuses et joueurs de tennis en fauteuil vont désormais faire leur choix par un vote. "Avant de nous décider, nous attendons la feuille de route complète et notamment les protocoles sanitaires, les règles de transport, d'hébergement, d'entraînements et les éventuels tournois de préparation", indique encore Stéphane Houdet. Une issue devrait être trouvée la semaine prochaine.

A noter que Bernard Giudicelli, président de la Fédération française de tennis, a d'ores et déjà confirmé la tenue des tournois de tennis en fauteuil lors du prochain Roland-Garros. Un engagement important quand on sait que 80 % des gains d'un des meilleurs spécialistes comme Stéphane Houdet sont issus des Majeurs. L'ITF n'a en revanche pas encore précisé l'éventuel calendrier de fin de saison. Par ces temps de crise, la survie de la discipline est clairement en jeu.

US Open
Medvedev protégé par l'US Open ? Une joueuse belge relance la polémique
16/09/2020 À 09:51
US Open
"De la tension et un niveau de jeu chancelant, c'est ça aussi que l'on veut voir dans le tennis"
16/09/2020 À 09:00