Times Square a l'habitude des éclairages puissants. Mais ce lundi, c'est un gamin solaire qui a pris toute la lumière au moment de se poster sur la place la plus célère du monde avec son trophée de l'US Open sous le bras. Tradition oblige, Carlos Alcaraz a posé pour la photo avant d'accorder des entretiens à de nombreux médias au lendemain de son premier titre Majeur et de l'acquisition de sa place de numéro un mondial. "Honnêtement, je ne peux pas croire que je suis n°1 mondial, que j'ai un trophée du Grand Chelem posé près de moi. Quand je me suis réveillé, je n'y croyais pas", explique-t-il pourtant à L'Equipe.
Mais comme l'espérait Juan Carlos Ferrero après sa victoire, ce sacre américain doit représenter le début d'une histoire, pas l'accomplissement d'une carrière. A 19 ans, Carlos Alcaraz a la vie devant lui et des ambitions en pagaille. Fidèle aux réponses qu'il donnait jusqu'ici avant de rentrer dans le cercle des vainqueurs de Majeur, l'Espagnol n'a pas cherché à chiffrer ses objectifs. "Je ne veux pas me fixer de limites. Je veux rester n°1 mondial pour de longues semaines, des années j'espère. Je veux jouer pour gagner les tournois. J'espère juste que l'US Open est le premier et que beaucoup vont suivre", a-t-il encore glissé au quotidien français.
US Open
Alcaraz, la synthèse de Nadal, Djokovic et Federer ?
13/09/2022 À 18:15

Pour battre Ruud, Alcaraz a lutté contre lui-même : Les temps forts d'une finale historique

"Je crois que j'ai peu de chances de jouer contre Federer"

Des ambitions donc mais aussi des rêves. Dont l'un qu'il espère pouvoir accomplir d'ici peu : "Mon plus grand rêve à présent ? Jouer contre Roger Federer, a-t-il expliqué à Sport. Mais je crois que, maintenant, j'ai peu de chances de jouer contre lui même si cela serait quelque chose qui me plairait". D'ailleurs, si Alcaraz a ouvert son compteur Majeur, il a un objectif avoué pour 2023 : le faire avec encore plus de panache, en écartant notamment un membre du Big Three sur sa route. "Un autre rêve serait de battre l'un des trois en Grand Chelem, poursuit-il. J'ai toujours dit que pour être le meilleur, il faut battre les meilleurs". Une perspective alléchante qui ne doit pas masquer cependant son immense admiration pour Nadal.
Interrogé sur le fait de savoir s'il espérait que son compatriote reste bloqué à 23 Majeurs pour espérer un jour le rattraper, Alcaraz a écarté cette option : "Non, non, surtout pas. Je serai toujours fier de voir Rafa gagner des Grands Chelems. Donc, évidemment, si d'aventure je perds dans un Grand Chelem, vous savez que je serai le premier supporter pour qu'il gagne. Je serai toujours aux côtés d'un Espagnol si tel est le cas. Mais sincèrement, je viens de gagner un Grand Chelem, je ne me sens pas plus proche du record de Nadal. Pour l'instant, je vais penser à un deuxième titre, ce que peu de joueurs ont réussi à atteindre. Pour l'heure, c'est le seul objectif que j'ai".
Celui qui s'est motivé en regardant 300 ou Gladiator la veille de ses matches marathons de la deuxième semaine entre désormais dans une nouvelle dimension. Numéro un mondial, il sait que les attentes le concernant seront désormais différentes. Mais, promis, il veut garder une idée en tête : "Je n'ai jamais joué encore dans la peau du n°1 mondial, rappelle-t-il. Je ne sais pas quelle pression je vais ressentir, si ce sera lourd ou simple à gérer. Mais je ne veux rien changer à la façon dont j'ai joué ce tournoi et dont je joue au tennis depuis tout petit. Avec le sourire et du plaisir sur le court. Je vais essayer de garder ça et évacuer la pression".

Alcaraz homme pressé, Swiatek femme fatale : les stats qui ont fait Flushing 2022

US Open
Garcia sur son renouveau : "En mars, je n'aurais jamais pu y croire"
13/09/2022 À 10:34
US Open
Un titre majeur... et des points magiques : le top 5 de la quinzaine d'Alcaraz
12/09/2022 À 14:42