A croire que Carlos Alcaraz aime ça. Nous, en tout cas, on adore. Trois marathons consécutifs. Trois combats épiques. Et trois victoires en cinq sets. Car à la fin, c'est lui qui gagne. Après Marin Cilic en huitièmes et Jannik Sinner en quarts, il a résisté vendredi soir à la fougue, au panache et au courage d'un formidable Frances Tiafoe, digne de ce qu'il avait montré depuis le début de la quinzaine.
Mais ça n'a pas suffi. En 4h19, Alcaraz a encore eu le dernier mot (6-7, 6-3, 6-1, 6-7, 6-3) pour se hisser en finale, où il retrouvera Casper Ruud. Les deux hommes viseront tout à la fois un premier titre majeur et la place de numéro un mondial. Autant dire qu'il y aura sur la table de l'enjeu à ne plus savoir quoi en faire. Le protégé de Juan Carlos Ferrero aura-t-il encore assez d'essence pour ce dernier voyage ? Malgré sa délirante seconde semaine, on a presque envie de répondre oui. Parce qu'il est Carlos Alcaraz.
US Open
Alcaraz, la synthèse de Nadal, Djokovic et Federer ?
13/09/2022 À 18:15

Alerte échange de folie : Alcaraz et Tiafoe ont encore sorti des coups de raquettes magiques

Admirable Tiafoe

Il a encore été magistral sur un court Arthur-Ashe évidemment acquis à la cause de Frances Tiafoe, mais jamais hostile envers ce sacré bout de champion venu d'Espagne. Comme s'ils l'avaient déjà adopté. Pour Carlos Alcaraz, cette demi-finale fut longtemps le contrepoint de son match face à Sinner. Contre l'Italien, il avait empoché le premier set, perdu les deux suivants puis sauvé une balle de match dans le quatrième. Cette fois, il a cédé le premier acte, au jeu décisif, avant de prendre nettement le dessus sur l'Américain pour mener deux manches à une et break au début du quatrième. En réalité, de 7-6 2-2 à 7-6, 3-6, 1-6, 0-2, le héros local a même franchement bu la tasse.
La logique incitait à penser que l'affaire était pliée. En l'état, le match avait été fort sympathique, mais sans le souffle épique qui caractérise les batailles sur la durée. Tiafoe avait cédé trop tôt et trop brutalement pour cela. Puis, soudain, le tombeur de Rafael Nadal est redevenu magnifique, peut-être plus encore qu'il ne l'avait été contre l'homme aux 22 titres du Grand Chelem.
Avec une volonté et une audace folles, il a refusé de mourir. Il a effacé un premier break dans le quatrième set pour revenir à 2-2, puis un deuxième pour recoller à 3-3. Mais le plus beau restait à venir. A 5-4 en sa faveur, Carlos Alcaraz a obtenu une balle de finale. Il ne l'a pas mal jouée, mais Tiafoe l'a sauvée d'une façon extraordinaire avant, dans la foulée, d'arracher le tie-break. Son huitième jeu décisif remporté dans ce tournoi. Huit sur huit. Du jamais vu à l'US Open dans une même quinzaine.

Il avait pourtant fait des miracles : la fantastique balle de match sauvée par Tiafoe

Faire comme Nadal...

Pour Alcaraz, tout ceci avait donc un sentiment de déjà vu à fronts renversés. Mais la comparaison avec son duel contre Jannik Sinner allait s'arrêter là. A la fin, c'est lui qui gagne. Quelle force de caractère chez ce gamin, qui est reparti à la baston comme si de rien n'était. Comme dans le quatrième set, il a breaké d'entrée. Frances Tiafoe est revenu à nouveau pour mieux reperdre sa mise en jeu à 2-2. Le break de trop. Totalement lâché par sa première balle (seulement 31% dans ce dernier acte), l'Américain n'a pu produire un dernier miracle.
Minuit s'apprêtait à sonner quand une dernière agression en retour a poussé Tiafoe à la faute. Carlos Alcaraz pouvait s'écrouler au sol. Où va-t-il chercher tout ça ? Nulle part, c'est déjà en lui. Dimanche, il disputera donc sa première finale majuscule et il est assez raisonnable de penser que ce ne sera pas la dernière.
Mais il ne s'agit plus de parler de promesses et d'avenir radieux pour le précoce murcien. C'est le présent qui peut d'ores et déjà lui appartenir. Le voilà à une victoire de devenir le deuxième homme en plus de trois décennies à remporter un Grand Chelem à moins de vingt ans. Ce serait une façon magistrale de s'inscrire dans la légende près de Rafael Nadal, sacré lui aussi à 19 ans en 2005 à Roland-Garros. L'histoire est en marche. Elle galope, même.

Alcaraz est venu à bout de Tiafoe après 5 sets intenses : la balle de match qui l'envoie en finale

US Open
Garcia sur son renouveau : "En mars, je n'aurais jamais pu y croire"
13/09/2022 À 10:34
US Open
Alcaraz : "Je veux gagner en Grand Chelem contre Federer, Djokovic ou Nadal"
13/09/2022 À 08:22