"Le Hawk-eye fait parfois des fautes. J'en suis sûr", a dit l'Espagnol samedi après sa demi-finale gagnée par abandon contre le Serbe Novak Djokovic. Déjà intrigué par certaines appréciations de la machine, Nadal a été définitivement convaincu samedi lors du troisième jeu de la deuxième manche, lorsque son adversaire a demandé une vérification.
"Le Hawk-eye a dit que la balle avait touché (la ligne), mais à mon avis elle était dehors", a-t-il assuré. Mais le Majorquin n'est pas pour autant opposé au système. "Ca n'a pas d'importance parce que je sais que c'est mieux pour le spectacle et que ça joue de la même manière des deux côtés", a-t-il dit. Le "Hawk-eye" reconstitue électroniquement les trajectoires des balles. Les joueurs ont le droit de demander la vérification d'une décision des juges de ligne trois fois par set. Le système, censé couper court à toute contestation, est utilisé dans trois des quatre tournois du Grand Chelem (Open d'Australie, Wimbledon, US Open).
Wimbledon
Clément-Llodra, les nouveaux Mousquetaires
09/07/2007 À 08:07
Wimbledon
5/5, Federer rejoint Borg
09/07/2007 À 07:00
Wimbledon
Venus règne encore
09/07/2007 À 06:08