WIMBLEDON - DEMI-FINALES DAMES
Serena Williams (EU, 2) bat Elena Dementieva (RUS, 4) : 6-7(4), 7-5, 8-6
Prochaine adversaire : Venus Williams (EU, 3)
Parfois, une place en finale d'un tournoi du Grand Chelem ne se joue qu'à quelques millimètres. Une accélération de coup droit jugée bonne par le hawk-eye sur une balle de break à 3-4 dans la deuxième manche après avoir concédé la première, une volée de revers qui heurte la bande du filet avant de tomber du bon côté sur une balle match à 4-5 dans la troisième manche... Serena Williams a senti à plusieurs reprises le vent de la défaite lui souffler dans le dos, mais en ne lâchant jamais rien, l'Américaine a réussi à rester en vie et à composter son billet pour une deuxième finale consécutive à Wimbledon.
Wimbledon
Wimbledon, vive la crise !
20/04/2010 À 10:44
Dementieva supérieure
Malgré un parcours quasi-parfait jusqu'en demi-finale, seulement 4 jeux concédés en moyenne par match, la cote d'Elena Dementieva ne pesait pas lourd au moment de défier la cadette des soeurs Williams. Dominée en terme de puissance, souvent proche du ridicule au service dans le passé (33 double-fautes depuis le début de la quinzaine), la Russe donnait l'impression ne pas avoir les armes pour espérer déjouer les pronostics. Pourtant, tout au long du match, la Moscovite a fait jeu égal, maitrisant sans difficulté la force de frappe adverse.
"Si je veux avoir ma chance, il faudra que je serve très bien, pour l'empêcher de m'agresser".... Consciente de ses lacunes, la Dementieva 2009 a démontré qu'elle n'avait plus rien à voir avec la la version 2004, finaliste à Roland-Garros et à l'US Open, si fébrile au service. Enfin plus solide sur ses mises en jeu (seulement 8 doubles-fautes en 19 jeux, 65% des points gagnés sur son engagement comme Serena), la Russe a fait la preuve qu'elle n'avait rien à envier à sa prestigieuse adversaire, se montrant supérieure dans tous les compartiments du jeu. Plus mobile, impressionnante en retour, elle a fait étalage de ses immenses qualités en contre et en relance, en restant campée sur sa ligne de fond de court sans jamais reculer. Alors que Serena Williams montrait de plus en plus de signes de frustration, commettait une ribambelle de fautes directes en coup droit et faisait les frais d'un manque de mobilité chronique en se faisant régulièrement prendre à contre pied, la Russe récitait un tennis sans-faute. Seule sa fébrilité mentale sur les points importants l'a empêché de valider son billet.
Pression, un mot que Serena ne connait pas
Serena Williams est une championne hors-norme. Alors que la plupart des joueuses de premier plan ne peuvent dissimuler une certaine nervosité en fin de chaque set, l'Américaine n'est jamais aussi forte que dans le money-time. Souvent au bord de la rupture, l'ancienne numéro un n'a jamais cessé de prendre tous les risques, n'hésitant pas à se ruer au filet, à mettre encore plus d'intensité dans ses frappes de balle sur les points importants (7 balles de break effacées sur 10 dont une balle de match) pour renverser une tendance largement compromise et décrocher au courage une quatorzième qualification en finale d'un tournoi du Grand Chelem.
Venus Williams (EU, 3) bat Dinara Safina (RUS, 1) : 6-1, 6-0
A 29 ans, Venus Williams a montré qu'à Wimbledon, c'était elle qui faisait la loi. L'Américaine, tête de série N.3, n'a laissé aucune chance ni aucun répit à la numéro un mondiale, Dinara Safina.
Dès l'entame du match, Venus donne le ton et assomme la numéro un mondiale de coups. Trop lente dans ses déplacements, Safina est complètement dépassée. Stressée par l'évènement ou simplement sans solution face à la puissance Américaine, Dinara commet de nombreuses fautes (16 fautes directes, sur le match) face à une Venus quasi parfaite (80% de points gagnés sur sa première balle, 67% de points remportés sur l'engagement adverse, et 16 coups gagnants en treize jeux pour une seule faute directe). Le cauchemar de la Russe n'aura pas duré une heure. En 51 minutes, Venus Williams composte son billet pour sa huitième finale à Wimbledon. "Elle est trop forte sur gazon. Ce n'est pas ma meilleure surface, c'est la sienne. Elle m'a donné une bonne leçon. Elle vous met sous pression dès le premier coup. Sur les autres surfaces, je construis les points, ici c'est impossible", a déclaré la Moscovite.
La supériorité de l'Américaine sur le gazon détonne d'autant plus que Safina prouve encore une fois qu'elle est pétrifiée lorsque l'enjeu devient trop grand. La N.3 mondial n'a toujours pas perdu un set sur le gazon londonien et en est désormais 35 consécutifs. Elle enchaîne sa 64e victoire en 71 matches au All England Club. "Je ne sais pas si la perfection existe pour un athlète, mais je suis contente de ce que j'ai fait" a confié Venus. "Le score montre mon niveau de jeu. Je dictais tous les points". Pour la quatrième fois, les deux Williams en découdront en finale de Wimbledon.
Wimbledon
"Apothéose now" pour Federer ?
07/07/2009 À 09:00
Wimbledon
Roddick: "J'essayais de survivre"
06/07/2009 À 16:30