WIMBLEDON - 2e tour messieurs
. LES FRANÇAIS
Andy Roddick (USA/N.5) bat Michael Llodra (FRA) 4-6, 6-4, 6-1, 7-6 (7/2). Prochain adversaire: Kohlschreiber ou Gabashvili
Wimbledon
Tsonga au rendez-vous
22/06/2010 À 11:02
"Mon objectif, c'est le dernier carré"... Fort de son récent sacre à Eastbourne, de sa nouvelle association avec Amélie Mauresmo, Michael Llodra faisait preuve d'une ambition sans borne au moment d'aborder la troisième levée du Grand Chelem. Une déclaration qui pouvait laisser sourire quand on sait qu'en neuf participations, le Parisiens n'a jamais réussi à dépasser le cap du deuxième tour à Wimbledon. Et pourtant, pendant près de deux sets, le Français a revêtu le costume d'un demi-finaliste en puissance en donnant une véritable leçon à Roddick, triple finaliste à Londres.
Moins puissant que le bombardier US, Llodra a démontré au cours des deux premiers actes que sans maitrise, la puissance n'est rien. Alors que Roddick s'est échiné à sortir l'artillerie lourde en première balle, le Français s'est efforcé de varier au maximum ses frappes de balle au service, d'exercer une pression constante, en n'hésitant pas à se ruer au filet à la moindre opportunité, même derrière ses retours. Une véritable démonstration de jeu sur herbe devant lequel l'ancien numéro un mondial ne pouvait que baisser l'échine. "J'ai manqué deux balles de break au premier jeu de la deuxième manche. Si je m'étais retrouvé 6-4, 1-0 et break, ça aurait pu changer beaucoup de choses car sa confiance était au plus bas", a constaté Llodra à la fin du match.
1 balle de break sur 5 convertie pour Llodra
Sur gazon, dominer n'est cependant pas gagner. Supérieur dans tous les compartiments, avec 76% de retour dans les limites du court contre 39, 92% de points remportés derrière sa première balle pendant un set et demi, Llodra méritait de s'envoler au score. A Londres, le mérite n'entre cependant pas en compte. Il faut savoir avant tout saisir les occasions qui se présentent. Et dans ce domaine, Roddick a donné une véritable leçon. Alors que Llodra a laissé passer deux balles de break consécutives en début de deuxième manche, n'en a converti qu'une sur cinq sur l'ensemble du match, le joueur US a lui réalisé un véritable sans-faute dans ce domaine (3/3).
Cette capacité à bien jouer les points importants est à Wimbledon encore plus qu'ailleurs la marque des meilleurs. Alors qu'il semblait au bord de la rupture, sans solution face à la maestria de Llodra, l'Américain a su dans un premier temps garder la tête de l'eau avant de profiter de la légitime baisse de régime adverse pour inverser la tendance. Frustré par son manque de réalisme, le Français a coulé dans le troisième manche avant de se montrer une nouvelle fois trop fébrile dans le jeu décisif dans la quatrième pour atteindre son objectif. Une demi-finale à Wimbledon n'est pas encore pour cette année, mais plus que son talent, c'est désormais sur le plan mental qu'il doit progresser y parvenir un jour.
Gaël Monfils (FRA/N.21) bat Karol Beck (TCH) 6-4, 6-4, 6-7(4/7), 6-4
Prochain adversaire: Hewitt
Lleyton Hewitt (AUS/N.15) bat Evgeny Korolev (KAZ) 6-4, 6-4, 3-0 abandon
Gaël Monfils aurait pu s'épargner une heure de match en plus. Le Français s'est procuré 3 balles de match sur le service de son adversaire à 5-3, avant de voir Karol Beck lui souffler la 3e manche sous le nez dans le jeu décisif. Résultat, un peu de stress en plus et un mal réveillé sur un genou gauche strapé. Mais au final, une victoire en quatre manches qui démontre que le Parisien tient encore le coup. La preuve avec ses 27 aces distillés en 2h50 de jeu. Au prochain tour, un sacré morceau : Lleyton Hewitt. L'ex-N.1 mondial, vainqueur à Londres en 2002, reste sur une victoire à Halle face à Federer et deux tours relativement bien maîtrisés.
"J'étais un peu plus fatigué et un peu plus lent qu'au premier tour, a souligné Monfils. Le fait de bien servir me demande beaucoup physiquement, comme le fait d'être agressif, de rester un peu plus bas sur les jambes. (Au 4e set) j'ai fait refaire mon strap au genou. Dès qu'il se desserre, j'ai mal. Lleyton Hewitt est un très bon joueur de gazon. J'ai un bon service et je sais qu'il faut que je sois agressif. Plus il y aura des échanges et plus ce sera dur pour moi. Si je passe, ça m'aidera beaucoup à croire en moi sur cette surface. Je vais vraiment me tester."
Arnaud Clément (FRA) bat Peter Luczak (AUS) 6-7, 6-3, 6-3, 6-4
PRochain adversaire: Federer
Roger Federer (SUI/N.1) bat Ilija Bozoljac (SER/Q) 6-3, 6-7 (4/7), 6-4, 7-6 (7/5)
Wimbledon
Nadal, un nouveau cycle
04/07/2010 À 19:47
Wimbledon
Nadal: "C'est fou la vie!"
04/07/2010 À 18:05