AFP

Marion Bartoli a réalisé le match parfait face à Kirsten Flipkens

Enfin le match parfait
Par Eurosport

Le 04/07/2013 à 16:43Mis à jour Le 04/07/2013 à 17:21

L'analyse statistique de la demi-finale montre que Marion Bartoli a été intraitable face à Flipkens au meilleur moment pour retrouver la finale de Wimbledon.

On peut s'attendre à ce qu'une demi-finale soit tout sauf une balade de santé. Marion Bartoli a tordu le cou à cette idée reçue en pulvérisant Kirsten Flipkens qui jouait sa première demi-finale en tournoi majeur. Aussi tétanisée par l'événement que touchée physiquement, la Belge n'est jamais entrée de son match et est repartie du court en ayant inscrit que trois jeux face à la quinzième mondiale. En difficultés tout au long de la quinzaine, la vainqueur du jour n'avait pas connu de match aussi expéditif à Wimbledon depuis son premier tour en 2011 face à la Tchèque qualifiée Kristyna Pliskova, 229e mondiale (battue 6-2, 6-0).

Ce jeudi, c'est une Marion Bartoli complètement libérée qui s'est présentée sur le court central. Que ce soit au filet (11 points pris sur 11 joués) ou en fond de court (23 coups gagnants pour 11 fautes directes), la Française n'a été que rarement inquiétée à l'échange. La Française a eu deux alertes à gérer dans ce match : une balle de break, sauvée dans le troisième jeu du match. Et une deuxième, cette fois-ci perdue, alors que Bartoli avait déjà deux breaks d'avance dans la seconde manche. D'habitude à l'aise à la volée, la Belge de 27 ans n'a eu que 38% de réussite sur ce coup (8 points inscrits sur 21 joués). Et sur ses mises en jeu, elle a été agressée autant sur premières que sur secondes balles. Même s'il est vrai que son genou droit, visiblement douloureux depuis quelques jours, ne l'a pas aidée...

Pas là pour faire des sentiments, Bartoli a parfaitement joué le coup. En tout cas beaucoup mieux qu'en quart de finale, où elle n'avait pas réussi à être solide (6 coups gagnants/12 fautes directes face à Sloane Stephens), surtout au service où elle avait concédé quatre fois sa mise en jeu. La Française a surtout étonné sur son efficacité derrière sa seconde balle avec 59% de réussite, un taux qu'elle n'avait plus retrouvé depuis son premier tour face à Elina Svitolina (6-3, 7-5). Sur certains matches, elle était pourtant descendue à 35% de réussite face à Karin Knapp en huitièmes de finale ou encore Christina McHale au deuxième tour. Mais son pourcentage de premières balles à chaque fois lui a permis de sauver les meubles... et de ne pas concéder un set en six matches. Une première pour Marion en Grand Chelem.

0
0