Ne cherchez plus la joueuse référence en Grand Chelem cette saison. Demi-finaliste des trois premiers tournois du Grand Chelem, Eugenie Bouchard est plus que la révélation de cette année. Pour cette Canadienne de 20 ans, qui n'avait jamais été plus loin qu'un troisième tour en Grand Chelem l'année dernière, c'est une sacrée percée. 147e mondiale en janvier 2013, la voici prête à faire son entrée dans le Top 10 la semaine prochaine. Grâce à sa victoire en quart de finale mercredi face à Angelique Kerber, elle pointera au huitième rang, égalant la référence du tennis féminin canadien, Carling Bassett-Seguso qui n'a jamais été plus haut.

Si elle domine Simona Halep jeudi, elle sera la première Canadienne à jouer une finale majeure et à atteindre la septième place mondiale, autre sucrerie qui lui sera promise en cas de succès. De quoi être encore un peu gourmande. "Je suis enthousiaste, mais je ne suis jamais satisfaite non plus, et maintenant je veux aller plus loin que les demi-finales", dit-elle avec appétit. Il est vrai que si elle est la première à aligner trois demi-finales majeures de suite depuis Dinara Safina en 2009, elle n'a pas oublié non plus que deux défaites dans le dernier carré sont venues la contrarier dans sa progression en Grand Chelem : une première face à Na Li à Melbourne (6-2, 6-4) et une autre face à Maria Sharapova à Paris (4-6, 7-5, 6-2), deux joueuses qui ont gagné le titre dans la foulée.

Open d'Australie
Williams montre les muscles
16/02/2021 À 09:39

Tweet Bouchard dans l'histoire

Je crois réellement que je mérite ce qui m'arrive

La prochaine marche sera tout aussi difficile à franchir. Bouchard ne fera pas face à une ancienne vainqueur en Grand Chelem, mais à l'autre valeur montante du tennis mondial : Simona Halep. La Roumaine de 22 ans est troisième mondiale, vient de jouer sa première finale de Grand Chelem à Roland-Garros et n'attend plus qu'une victoire majeure pour viser la première place mondiale d'ici peu. Eugenie a déjà croisé à Indian Wells cette saison la nouvelle protégée de Wim Fissette, ancien coach de Kim Clijsters. Cette première rencontre avait tourné à l'avantage de la Roumaine après un match accroché (6-2, 1-6, 6-4).

Avant son adversaire, c'est la pression que la Canadienne va devoir gérer pour cette troisième demi-finale majeure en six mois. Sa horde de fans présente partout où la Canadienne joue est là pour lui rappeler que tout un pays compte sur elle, autant que sur Milos Raonic demi-finaliste lui aussi à Wimbledon, pour porter haut les couleurs de leur patrie. "Je ne me rends pas bien compte de ce qui se passe au Canada parce que je suis dans ma bulle, de l'autre côté de l'océan, estime Bouchard. J'espère simplement qu'ils sont fiers de moi. Je joue depuis quinze ans maintenant, alors j'avais dans un coin de ma tête tous ces résultats qui arrivent. Je crois réellement que je mérite ce qui m'arrive. Avec Simona, on avait produit un bon match à Indian Wells. Je pense que j'étais proche d'elle, que j'ai eu ma chance. J'ai appris depuis." Sans le savoir encore, nous aurons peut-être sur le court central l'un des futurs classiques du circuit WTA.

tweet Canada

Open d'Australie
Halep avait un compte à régler avant de retrouver Serena
14/02/2021 À 10:12
WTA Rome
Un 3e titre d'affilée et la place de numéro 1 : Halep fait coup double à Rome
21/09/2020 À 13:20