AFP

Impuissant et loin de son meilleur niveau, Nadal n'aura passé qu'un petit tour à Wimbledon

Impuissant et loin de son meilleur niveau, Nadal n'aura passé qu'un petit tour à Wimbledon

Le 02/07/2015 à 17:55Mis à jour Le 02/07/2015 à 22:38

WIMBLEDON - Rafael Nadal, double vainqueur londonien, s'est fait sortir par l'Allemand Dustin Brown, au deuxième tour de Wimbledon. Solide au service, le 102e mondial a éliminé l'Espagnol en quatre manches, 7-5, 3-6, 6-4, 6-4.

Deux petits tours et puis s'en va. Comme en 2012, Rafael Nadal quitte Wimbledon dès le deuxième tour, éliminé par un Dustin Brown  aimanté par le filet qui ne lui a pas laissé la moindre chance (7-5, 3-6, 6-4, 6-4). L'Allemand d'origine jamaïcaine, révélé comme un spécialiste de l'herbe justement à Wimbledon il y a deux ans, a serré un étau beaucoup trop dur pour que Nadal puisse d'en sortir. A base de service-volée, l'essence même de cette surface londonienne, Brown a assommé Nadal durant les 2h37 de match. 88 montées à la volée pour le trentenaire, qui élimine le Majorquin sans trembler.

Le serveur-volleyeur allemand lui avait déjà fait le coup, l'an passé à Halle

Si Brown a réussi l'exploit majeur de sa carrière, Nadal manque une nouvelle occasion de briller en Grand chelem, après avoir perdu la possession de son tournoi parisien en mai. Loin de son meilleur niveau, le double vainqueur (2008-2010) n'a jamais été en mesure d'inquiéter Brown. Son service n'a pas été assez bon pour gêner son adversaire, son coup droit n'a jamais fait reculer l'Allemand, alors que son physique ne lui a pas servi à grand-chose face au finisseur germanico-jamaicain, se montrant même amorphe devant la fatalité.

13 aces, 58 coups gagnants, des volées bien senties, le joueur classé 102e à l'ATP n'a pas pris Nadal par surprise, puisqu'il avait déjà remporté la première confrontation entre les deux joueurs, déjà en gazon, à Halle l'an passé. Mais cette fois-ci, l'Espagnol ne sortait pas d'un neuvième titre à Paris, obtenu 72 heures auparavant. Son entraîneur et oncle disait même de lui qu'il "entamait Wimbledon sans pépins physiques pour la première fois depuis longtemps". Son premier tour contre Bellucci pouvait rassurer. D'autant plus qu'il avait remporté, il y a trois semaines, le nouveau tournoi de Stuttgart sur gazon. Mais c'est face à un spécialiste sur herbe que le Majorquin a rendu les armes ce jeudi. Il a bien tenté de sauver deux balles de matches sur son service à 5-3 dans le quatrième set. Dernier orgueil du champion qui ne veut pas mourir. Mais Brown avait suffisamment bien fait le travail de sape pour craquer dans la dernière ligne droite sur son service. 

Certes, ce n'est pas la première fois que Rafael Nadal quitte très trop le gazon londonien. En 2012 (Rosol, deuxième tour) et en 2013 (Darcis, premier tour), il avait déjà connu la même mésaventure, dans des situations différences. C'est le service dévastateur du Tchèque qui a causé sa perte en 2012, alors qu'il était trop limité physiquement en 2013 pour gêner le Belge Darcis. Cette année, c'est bien Brown qui a décroché son billet pour le troisième tour, et non Nadal qui a manqué son objectif.

L'Allemand fera son retour dans le Top 100, et pourrait même viser mieux s'il domine un autre revenant, Victor Troiki, samedi. Au moment du tirage au sort vendredi, Wimbledon rêvait d'un Nadal-Ferrer en huitième de finale. Le Valencian a dû déclarer forfait avant le début du tournoi, et le Majorquin a trouvé Brown sur sa route. Et il est bien placé pour savoir que des surprises peuvent exister.

0
0