Plus les jours et les heures passaient, plus cela semblait inévitable. Mais la nouvelle, officialisée ce mercredi après une réunion d’urgence du All England Club, fait tout de même l’effet d’une bombe : il n’y aura pas de tennis sur le gazon anglais du 29 juin au 12 juillet prochains. En raison de la pandémie de coronavirus, il a donc été décidé d’annuler un tournoi du Grand Chelem pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, et c’est Wimbledon qui en fait les frais. La situation sanitaire était trop préoccupante et son évolution trop imprévisible pour qu’il en soit autrement.

"Ce n'est pas une décision que nous avons prise à la légère", a indiqué dans un communiqué Ian Hewitt, le nouveau président du All England Club, qui aurait sûrement souhaité débuter son mandat d'une autre manière. "Nous l'avons fait avec pour préoccupation majeure la préservation de la santé publique et de toutes celles et tous ceux qui permettent à Wimbledon d'exister. Nous avons conscience que le tournoi n'avait été annulé précédemment que lors des deux guerres mondiales, mais nous pensons qu'il est désormais de notre devoir d'utiliser nos ressources pour aider les communautés locales face à cette crise globale", a-t-il notamment ajouté.

Wimbledon
"Plus belle finale de l'histoire", "Roger était le meilleur" : Djokovic-Federer, un an après
14/07/2020 À 09:36

Dès la semaine dernière, l'organisation du tournoi du Grand Chelem britannique avait expliqué travailler sur "tous les scénarios" possibles, du maintien à l'annulation, en passant par un éventuel report. Seul le huis-clos avait été officiellement d'ores et déjà écarté. Mais en raison de la surface, le gazon, et de ses difficultés d'entretien, il était inenvisageable d'imaginer l'édition 2020 se tenir à l'automne. Glissante et plus humide, l'herbe aurait été alors dangereuse pour les joueuses et les joueurs et la baisse plus rapide de la luminosité n'aurait rien arrangé.

Wimbledon s'engage dans la lutte contre l'épidémie

Seul un décalage de quelques semaines, au coeur de l'été à la place des Jeux Olympiques, aurait donc pu être décidé, mais la situation sanitaire actuelle a eu raison de cette ultime possibilité. Les préparatifs de la 134e édition du plus ancien des tournois du Grand Chelem de tennis - sa première édition a eu lieu en 1877 - auraient dû débuter en ce mois d'avril. Or, comme le reste de l'Europe, le Royaume-Uni est actuellement durement frappé par la pandémie de coronavirus et personne ne peut prédire, pour le moment, quand celle-ci sera jugulée. Il était donc impossible d'organiser sereinement la compétition. Le prochain Wimbledon se jouera ainsi du 28 juin au 11 juillet 2021.

A l'image de ce qu'ont fait l'USTA (fédération américaine organisatrice de l'US Open) et la Fédération française de tennis, le All England Club va mettre à disposition des autorités sanitaires londoniennes et anglaises ses structures pour faire face à la crise du Covid-19. L'organisation de Wimbledon a aussi fourni du matériel médical et s'est engagée dans la distribution de nourriture. La fondation du tournoi soutient également financièrement des organisations comme la Croix-Rouge britannique.

Considéré comme le "Temple du tennis", Wimbledon n'avait connu dans l'ère Open qu'une autre crise d'envergure en 1973 lorsqu'une grève des joueurs avait affaibli le tournoi, sans pour autant remettre en cause sa tenue. La nouvelle de son annulation a donc créé une onde de choc, Roger Federer, son octuple vainqueur (un record), s'est rapidement dit "dévasté". Et les questions quant à la suite de cette saison 2020, déjà si abîmée, ne vont pas manquer de se poser.

Le sac et les raquettes de Roger Federer à Wimbledon en 2019

Crédit: Getty Images

Wimbledon
Edberg : "40-15, deux balles de match, personne ne pensait que Roger allait perdre..."
13/07/2020 À 17:38
Wimbledon
"Si tu veux gagner face à Novak, remporte le premier set Roger"
13/07/2020 À 17:34