"J'ai joué un excellent tennis cette semaine, Singapour restera très longtemps dans mon cœur". Elina Svitolina a dit au public de Singapour, qui n'accueillera plus le Masters à compter de la saison prochaine (remplacé par Shenzen), ce qu'il voulait. Mais, de son point de vue, on ne doute pas un instant que cette semaine asiatique restera comme un moment charnière dans sa carrière. "Ce tournoi va m'apporter beaucoup de confiance. Je suis ravie de cette performance", a-t-elle assuré après sa victoire sur Sloane Stephens.

Le Masters avant les Grands Chelems

Open d'Australie
"Le plus beau cadeau ? Son amour" : l'interview Saint-Valentin de Monfils et Svitolina
14/02/2021 À 14:00
Si le Masters n'est pas tout à fait un Grand Chelem, il est ce qui s'en rapproche le plus. Et Si Svitolina est tellement ravie d'avoir remporté ce tournoi, c'est que l'Ukrainienne n'a jamais brillé dans les plus grands tournois du monde. Ses meilleurs résultats ? Trois quarts de finale (Roland-Garros 2015 et 2017 et Australie 2018). Un blocage qui l'a sans doute fait douter de sa crédibilité parmi les meilleures joueuses du monde. "Je n'ai plus rien à prouver à personne", a-t-elle fièrement expliqué après la rencontre. Comprenez, oui je fais partie du gotha mondial.
"Les cinq derniers mois, j'ai énormément travaillé…, a soufflé celle qui sera 4e mondiale lundi en conférence de presse. Les résultats n'étaient pas ceux que j'attendais et ça m'a rendue triste". En effet, après un début de saison réussi (titre à Dubaï et Rome), l'Ukrainienne a enchaîné les déceptions : un 3e tour à Roland, un 1er tour à Wimbledon et un huitième de finale seulement à l'US Open pour ne parler que des Grands Chelems. C'est pourquoi Svitolina s'est réfugiée dans le travail : "Je savais clairement ce que je devais faire sur le court, j'ai travaillé très dur pour ça. Même si mes résultats étaient mauvais depuis Wimbledon, j'ai travaillé très dur en enchaînant les tournois et les entraînements". Un état d'esprit qui l'a conduite au plus grand titre de sa carrière après une finale magnifique contre Sloane Stephens.

Un entraîneur pour briller en 2019 ?

Alors qu'elle avait pris le meilleur départ, l'Américaine a subi le réveil d'une Svitolina injouable en finale depuis deux ans. L'Ukrainienne n'en a plus perdu depuis le 1er novembre 2016 et a désormais triomphé sur ses neuf derniers matches pour un titre. "Pour moi, le plus important c'est que le troisième set a montré à quel point j'étais dur mentalement. C'est ce qui a fait la différence", pense Svitolina qui doit désormais se tourner vers 2019 et surtout prendre une décision importante, celle de s'adjoindre ou non les services d'un entraîneur permanent. "Je vais discuter avec Andy (Andrew Bettles, son manager) et voir quelles sont les meilleures options, quels coachs sont disponibles, explique-t-elle. […] Je dois bien réfléchir, je ne veux pas prendre quelqu'un puis m'en séparer deux mois plus tard". D'autant plus dans une saison où elle visera forcément son premier gros résultat en Grand Chelem.
WTA Ostrava
Svitolina sortie d'entrée par Sakkari
21/10/2020 À 19:34
Roland-Garros
Garcia, la reconstruction
03/10/2020 À 12:12