From Official Website

Morvan garde son titre

Morvan garde son titre
Par Eurosport

Le 24/08/2009 à 13:00Mis à jour

Déjà sacré en 2000 et 2008, Gildas Morvan (Cercle vert) a enlevé son 3e titre de champion de France de Course au large en solitaire.

Le rideau est tombé sur la Solitaire du Figaro que vous avez terminé en 7è position et vous voilà à nouveau sacré Champion de France de Course au Large 2009. C'est une belle satisfaction ?

Gildas Morvan : Je suis surtout très fier de rejoindre Jean Le Cam qui comptabilise trois victoires sur ce championnat qui départage les skippers sur une saison entière (rires) ! Plus sérieusement, cette année, j'ai remporté la Transat BPE (coefficient 4), je termine 11è de la Solo Quiberon (coefficient 2), je me classe 7ème de la Solitaire (coefficient 6), et décroche à nouveau le titre. Cela prouve que le classement sur le circuit se joue dans la durée et la régularité sur les 6300 (11340 km, ndlr) milles parcourus lors de ces trois courses. En revanche, difficile de ne pas souligner que le titre s'est vraiment joué à peu de choses avec Erwan Tabarly avec lequel je suis arrivé à égalité de points. Je l'emporte sur le fil du fait de mon meilleur classement sur la BPE comme sur la Solitaire.

Comment expliquez-vous que sur le circuit Figaro, seule la Solitaire du Figaro manque encore à votre palmarès ?

G.M. : C'est difficile à expliquer et Je ne pense pas qu'elle me résiste.Je ne suis d'ailleurs absolument pas fâché avec cette épreuve sur laquelle j'ai connu déjà de nombreux succès avec quatre victoires d'étape et quatre podiums. Disons plutôt que je manque un peu de réussite, comme cette année où j'aurai pu finir dans les quatre-cinq premiers, si les derniers n'étaient pas passés en tête quelques milles avant la fin de la dernière étape quand une bascule de vent imprévisible a changé les règles du jeu. Cela se passe souvent comme ça sur cette course et comme toujours, il n'empêche que je m'y suis régalé. Qui plus est, à l'inverse, certains vainqueurs de la Solitaire, comme Charles Caudrelier-Bénac ou P ascal Bidégorry, n'ont jamais décroché le titre de Champion de France de Course au Large. À chacun ses spécialités et surtout je crois que sur une telle course, il ne faut jamais dire jamais, personne n'est à l'abri de bénéficier de son petit brin de réussite qui peut faire la différence…

Votre titre accompagne votre première éclatante victoire sur une grande course en solitaire. 2009 reste donc l'année du succès ?

G.M. : Ma victoire sur la Transat BPE que j'ai dû défendre à quelques minutes près face à Erwan Tabarly, cela reste un souvenir fabuleux et peut-être le meilleur de toute ma carrière. Je suis arrivé dans la nuit noire à Marie Galante, accueilli par des odeurs et une douceur typiquement antillaise avec le feu du monotype d'Erwan Tabarly qui me suivait comme mon ombre. Quand j'ai coupé la ligne, j'ai vécu une vraie libération au point d'aller presque m'échouer ! Et surtout un immense bonheur. Je suis très heureux que ce nouveau titre de Champion de France de Course au Large vienne valoriser cette victoire sur un championnat, qui comme son nom le suggère fortement, est tourné vers les courses offshore.

Justement quelles évolutions remarquez-vous sur ce championnat qui fêtera ses 20 ans l'année prochaine ?

G.M. : Il a certainement pris une dimension plus hauturière que par le passé et c'est bien un niveau de compétition au grand large en solitaire et à armes égales qui est valorisé à travers son classement. Et ce niveau ne cesse aussi d'augmenter, comme en témoignent aussi bien les arrivées ultra-serrées après une traversée océanique que celles vécues à l'issue des quatre étapes de la dernière Solitaire. À chaque fois, les honneurs de la ligne se jouent à quelques minutes, voire quelques secondes, après une lutte acharnée et une régate de folie.

Quels sont vos prochains projets ?

G.M. : Ils arrivent vite, très vite même puisque dès la fin de la semaine prochaine, je rejoins Istanbul pour embarquer à bord de Veolia avec Roland Jourdain. J'ai la chance en effet de venir gonfler les rangs de son équipage pour le Tour de l'Europe en 60 pieds Open, l'Istanbul Europa Race. Cette course s'annonce superbe avec un départ du Bosphore le samedi 29 août et des escales à Nice, Barcelone et Brest… Pas le temps de souffler donc, mais un peu d'équipage à bord d'un de ces fabuleux coursiers océaniques, cela ne peut pas faire de mal à un navigateur solitaire et une saison en monotype !

LES CHAMPIONS DE FRANCE DE COURSE AU LARGE EN SOLITAIRE

Figaro Bénéteau 1

1991 : Yves PARLIER

1992 : Dominic VITTET

1993 : Jean LE CAM

1994 : Jean LE CAM

1995 : Jean LE CAM

1996 : Michel DESJOYEAUX

1997 : Franck CAMMAS

1998 : Michel DESJOYEAUX

1999 : Eric DROUGLAZET

2000 : Gildas MORVAN

2001 : Eric DROUGLAZET

2002 : Jérémie BEYOU

Figaro Bénéteau 2

2003 : Armel Le CLEAC'H

2004 : Yann ELIES

2005 : Jérémie BEYOU

2006 : Yann ELIES

2007 : Nicolas TROUSSEL

2008 : Gildas MORVAN

2009 : Gildas MORVAN

0
0