A 36 ans, Charline Picon, sacrée en 2016 à Rio, se présente aux JO de Tokyo à partir de dimanche dans la combinaison de favorite pour réaliser un doublé inédit en planche à voile RS:X. L'objectif à Tokyo? "Décrocher une deuxième médaille de la même couleur", confie la Charentaise, kiné de profession et déjà présente aux JO de Londres-2012 (8e place).
Suivez les Jeux Olympiques de Tokyo en intégralité sur Eurosport !
Depuis son retour à la compétition au printemps 2018 après sa pause maternité et la naissance de Lou, Picon est montée sur le podium de trois des quatre derniers Championnats du monde : 2e en 2018, 2e en 2020 et 3e en 2021. "Les JO, on y prend goût", reconnaît-elle. A Rio, au pied du Pain de Sucre, la jeune femme, déjà favorite, avait dû se battre jusqu'au bout pour rejoindre au palmarès la seule autre Française sacrée dans la discipline, Faustine Merret, titrée en 2004 à Athènes.
Tokyo 2020
Lecointre : "on ne sait pas, on ne saura jamais"
04/08/2021 À 16:50
Chez les hommes, Franck David était lui aussi devenu champion olympique en planche en 1992 à Barcelone. Julien Bontemps, qui conseille désormais Charline, avait décroché l'argent en 2008 à Pékin. Un seul véliplanchiste a réussi à conserver son titre depuis l'arrivée de la discipline aux JO en 1984 à Los Angeles, le Néerlandais Dorian van Rijsselberghe, vainqueur en 2012 et 2016.

Picon : "A Rio, le premier jour, j’avais les jambes qui tremblaient !"

Je vais avoir la hargne
"Je ne suis plus la même personne qu'il y a quatre ans", admet la jeune femme. Le fait d'être maman, "parfois je le vois comme une charge mentale, mais mon préparateur mental me l'a présenté comme une compétence, donc je pense vraiment que ça fait partie de mon parcours et de mes forces aujourd'hui".
Pour son entraîneur Cédric Leroy, déjà présent à ses côtés en 2016, "elle est bien plus armée qu'avant Rio, elle est vraiment complète dans toutes les forces de vent, c'est un atout majeur, et sa plus belle arme, c'est sa maturité".

Nadal ou Federer ? Entraînement ou détente ? Charline Picon répond aux questions de Cali

En bronze aux Mondiaux fin avril à Cadix (Espagne), la jeune maman estime que ce résultat est un mal pour un bien. "Bronze amer... La meilleure chose qui pouvait m'arriver avant les Jeux de Tokyo ! Je vais avoir la hargne", avait réagi la native de Royan, championne du monde 2014 et qui avait décroché six semaines plus tôt au Portugal son cinquième titre de championne d'Europe.
L'une de ses principales rivales sera la Chinoise Yunxiu Lu, qui s'était imposée lors d'une Coupe du monde à Enoshima en 2019, avant de disparaître. "On avait à coeur de voir ou en était cette Chinoise qu'on n'a pas vue depuis 2019. Ce qu'on peut dire c'est qu'elle n'est pas intouchable", s'est rassurée vendredi la Française, lors d'une ultime conférence de presse au Japon, à deux jours du début des courses dimanche.

Picon : "Il n'y a pas d'exception pour les sportifs de haut niveau comme nous"

Typhon en vue, larme espérée

En raison de la pandémie de Covid-19, elle n'a pu se rendre que deux fois à Enoshima (en 2018 et 2019) pour y prendre des marques importantes, sur un plan d'eau aux conditions qui peuvent être très changeantes, entre vent de mer et vent de terre, favorisant les marins polyvalents. Les conditions pourraient même être musclées à partir de lundi ou mardi (vent entre 15 et 17 noeuds et houle et clapot) en raison d'une dépression orageuse qui pourrait se transformer en typhon.
"Le typhon, on sait que c'est quelque chose qui peut arriver. Ça va amener de la houle, ça peut être sport", confiait-elle, ajoutant faire "partie de ceux qui s'adaptent bien aux conditions techniques". Alors que la Fédération française de voile espère faire au moins aussi bien qu'à Rio (3 médailles dont un titre), son président nouvellement élu, Jean-Luc Denéchau espère lui de nouveau verser sa larme. "A Rio, j'ai pleuré quand j'ai vu Charline gagner et j'ai pleuré pendant la Marseillaise, confiait-il récemment. A Tokyo, j'espère encore pleurer".
Tokyo 2020
Retornaz : "On a eu le sentiment de se faire léser"
04/08/2021 À 09:56
Tokyo 2020
Ola, chants : Lecointre et Retornaz célébrées après avoir décroché le bronze
04/08/2021 À 07:55