Yvan Bourgnon cherche un nouvel équipier

Tour du monde en cata de sport - Yvan Bourgnon cherche un nouvel équipier
Par AFP

Le 08/11/2013 à 21:52Mis à jour

Le Suisse Yvan Bourgnon, lancé dans un tour du monde en catamaran de sport, a perdu son équipier français Vincent Beauvarlet, qui a jeté l'éponge aux Canaries où les deux hommes sont arrivés lundi après 36 heures de mer depuis Agadir (Maroc), a-t-on appris vendredi soir.

Bourgnon, 42 ans, et Beauvarlet, 39 ans, avaient quitté Les Sables d'Olonne (Vendée) le 5 octobre pour ce tour du monde avec escales, une aventure à hauts risques de quelque 50.000 km via Panama et Suez qui n'a encore jamais été tentée.

Le retour en France est prévu en septembre 2014, après une vingtaine d'escales.

Partis sur un catamaran long de 6,3 m et large de 4 m, les deux navigateurs ont fait escale à La Corogne (nord-ouest de l'Espagne) et à Agadir avant de repartir pour Gran Canaria, aux Canaries.

"Aujourd'hui (vendredi), et à la veille du départ pour la traversée de l'Atlantique, après décision des skippers et d'un commun accord, Vincent Beauvarlet quitte l'aventure", a indiqué leur équipe dans un communiqué, sans autre précision.

"Yvan Bourgnon se donne quelques jours de réflexion afin d'envisager la suite à donner à ce défi. Il étudie la possibilité de repartir avec l'un de ses équipiers de réserve dès la semaine prochaine".

Dans un entretien téléphonique avec l'AFP, Bourgnon s'est déclaré "plus décidé que jamais" à poursuivre ce tour du monde.

"Lundi ou mardi au plus tard, on dira avec qui je continue et quand, a-t-il affirmé. C'est une belle aventure et j'ai déjà plein de choses à raconter".

Interrogé sur les conditions de navigation depuis son départ des Sables d'Olonne, le marin suisse a raconté qu'ils avaient été "un peu malmenés" au départ de La Corogne, dans une tempête avec des vents de 80 km/heure de face, puis en quittant Agadir (où il dit avoir connu quelques problèmes administratifs), avec une mer très creuse (vagues de 5 à 6 mètres).

Il s'est néanmoins déclaré "rassuré par le bateau, qui est très marin et se comporte bien même sous-toilé".

A bord, Bourgnon et Beauvarlet ont pêché "quelques petites bonites et deux ou trois dorades" qui sont venues enrichir un quotidien surtout fait de plats lyophilisés.

Dès qu'il aura récupéré un nouvel équipier, Bourgnon prévoit de traverser l'Atlantique en "deux ou trois semaines" jusqu'à La Guadeloupe.

heg/jgu

0
0