Getty Images

Faciles, les Bleus seront au rendez-vous

Faciles, les Bleus seront au rendez-vous

Le 24/09/2019 à 22:30Mis à jour Le 24/09/2019 à 23:29

CHAMPIONNAT D'EUROPE - L’équipe de France de volley-ball est venue à bout, assez facilement, de l’Italie en quart de finale de l’Euro et rejoint ainsi le dernier carré de la compétition (25-16, 27-25, 25-14). Jamais inquiétés, les coéquipiers d’Earvin Ngapeth n’ont laissé aucune chance aux joueurs Italiens. Ils affronteront en demi-finale la Serbie.

Mission accomplie pour les volleyeurs de l'équipe de France. Voilà des mois maintenant qu'ils avaient pour objectif d'obtenir leur ticket pour les demi-finales de "leur" Euro : c'est chose faite après une prestation magistrale face à l'Italie et une victoire en 3 sets (25-16, 27-25, 25-14) et 1h24 de jeu, dans un Hall XXL de Nantes débordant d'enthousiasme. Ces Bleus peuvent continuer de rêver.

Dans l'histoire de la rivalité qui oppose la France aux transalpins, cette soirée restera à coup sûr comme l'un des moments les plus magiques. Impériaux, les Français l'ont été de bout en bout lors de ce quart de finale, portés par un grand Stephen Boyer, leur pointu qui a inscrit pas moins de 25 points ce mardi (record du match). Un beau pied de nez pour celui qui évolue… en Italie à Vérone.

Boyer stratosphérique, Ngapeth monte en puissance

Jamais les Français n'ont paru dépassés par l'enjeu, toujours en place, très solides défensivement et redoutables offensivement. Il faut dire aussi que si le navire italien a tangué, c'est aussi parce que son capitaine Ivan Zaytsev est passé à côté de son match (2 points seulement), où que sa star Osmany Juantorena a traversé la rencontre comme un fantôme (8 points). Très tôt dans la première manche, les Tricolores ont fait le break (6-4), emmenés par un Boyer qui a inscrit 10 points rien que dans ce premier acte, avant de prendre les commandes de la rencontre (25-16).

Tandis qu'Earvin Ngapeth a continué sa montée en puissance (13 points), lui qui effectuait son deuxième match plein seulement après celui contre la Finlande en huitième, Kévin Tillie a symbolisé cette équipe de France infranchissable défensivement. S'il a dû sortir au cœur du deuxième acte après avoir ressenti des douleurs à une cuisse, il a été parfaitement suppléé par Julien Lyneel. Et les Bleus, après avoir compté jusqu'à 5 points d'avance (18-13), ne se sont pas démontés alors que l'Italie est repassée devant dans le money-time (21-22).

Imperturbables, ils ont effacé trois balles de set contre eux pour faire le break (27-25). Puis, dans le troisième acte, ils ont déroulé, notamment grâce à une série de 5 services gagnants de Boyer, pour mener 15-5, et s'envoler vers un 7e succès en autant de rencontre dans cet Euro. Euphoriques, devant une salle remplie et en délire, les Bleus ont pu fêter ce succès comme il se doit, avant de faire leurs valises pour Paris, où ils affronteront la Serbie dans un Bercy qui s'annonce déjà bouillant, vendredi (20h45).

0
0