Est-ce compliqué de descendre du nuage sur lequel vous êtes après le titre olympique et basculer à nouveau en mode compétition pour cet Euro ?
Benjamin Toniutti : On sait que ce que l'on a fait, c'est exceptionnel. Mais on a eu du temps pour fêter et célébrer un petit peu cette victoire avec nos familles et nos amis. On a eu deux semaines, c'est ce qu'il fallait pour fêter et pour un peu préparer l'Euro, parce qu'on ne peut pas arriver sans préparation. Elle sera courte avec une dizaine de jours. Il faut se remettre dedans physiquement, parce qu'on n'a pas touché de ballon et on va essayer d'être le plus prêt possible pour l'Euro. Et puis là, on a un nouvel objectif

Défense héroïque de Ngapeth puis bloc parfait : le point de fou des Bleus

Championnat d'Europe
L'Italie sacrée championne d'Europe, son premier titre depuis 2005
19/09/2021 À 23:31
Dans quel état d'esprit se trouve l'équipe au moment d'aborder cet Euro ?
B.T : Il y a forcément un peu de fatigue mentale, parce que ça fait onze semaines depuis le début de l'été que l'on est en bulle sanitaire. C'est dur mentalement, mais il y a un nouveau staff, ça donne beaucoup d'envie, de venir, d'apprendre à se connaître, de travailler et de voir d'autres choses. C'est un nouvel élan, une nouvelle aventure que l'on va écrire ensemble. Ça va se faire petit à petit. On ne va pas tout révolutionner en deux semaines, parce que l'on n'a pas le temps. On va s'appuyer sur les bases de l'équipe, sur ce que l'on sait faire depuis des années, et petit à petit, on va apprendre à connaître le staff et peaufiner quelques détails, mais ça ne va pas se faire du jour au lendemain. Cet Euro, c'est un premier pas même si clairement il n'arrive pas au bon moment, mais c'est comme ça. Maintenant on y est, on est dedans et on va faire du mieux possible pour arriver au meilleur résultat
Vous allez découvrir un nouveau sélectionneur. Que pouvez-vous nous dire sur lui ?
B.T : Ce qui me frappe, c'est que pendant les entraînements, il est animé de la même façon qu'en match. Il met la même intensité, ça pousse à se donner à fond, à faire du mieux possible. Après, il a un staff autour de lui avec Rubinho avec qui il a travaillé en sélection brésilienne, Mauricio Paes qui est franco-brésilien et qui connait parfaitement le volley français. Quand il a du mal à se faire comprendre, Mauricio l'aide. On verra au fur et à mesure de l'évolution.

Hand, basket, volley, il y avait des Bleus partout samedi à Tokyo : le film du jour

Championnat d'Europe
Une finale inattendue entre la Slovénie et l'Italie à l'Euro
18/09/2021 À 22:03
Championnat d'Europe
"Gifle", "pas d'excuse", "retour à la réalité" : les Bleus accusent le coup
13/09/2021 À 21:15