Eurosport

L'Italie lance le Mondial de volley avec un match en plein air contre le Japon

L'ambitieuse Italie lance son Mondial dans un cadre extraordinaire
Par AFP

Le 08/09/2018 à 17:03Mis à jour Le 08/09/2018 à 17:27

MONDIAL 2018 - Co-organisatrice avec la Bulgarie, l'Italie donnera le coup d'envoi de la compétition dimanche lors d'un match face au Japon au milieu de l'exceptionnel Foro Italico de Rome. La France, elle, entrera en lice mercredi face à la Chine.

L'Italie lance dimanche son Mondial de volley messieurs dans un cadre original, le prestigieux Foro Italico de Rome, où elle affrontera le Japon en plein air (19h30), alors que les Français ne commenceront leur tournoi que mercredi face à la Chine.

Les Bleus joueront à Roussé (13h00), en Bulgarie, coorganisatrice du tournoi, dans l'environnement plus habituel d'un palais des sports, qui n'est pas pour leur déplaire. "En plein air, ça ne me tente pas trop. Ca doit être particulier au niveau des lumières, des sensations, le ballon peut flotter un peu", avoue l'attaquant Julien Lyneel.

L'Italie avait déjà disputé des matchs de Ligue mondiale au Foro Italico, normalement dévolu au tennis sur terre battue, en 2014 contre la Pologne et en 2015 face au Brésil. Après avoir craint des orages, les organisateurs ont finalement maintenu l'événement, qui sera unique, toutes les autres rencontres ayant lieu en salle.

La Nazionale, triple championne du monde dans les années 1990 et médaillée d'argent aux Jeux de Rio, est l'une des candidates au podium dans cette compétition à la formule longue et plutôt alambiquée. Il y aura trois phases de poule (la première à six, la deuxième à quatre et la troisième à trois) avant les demi-finales et la finale prévues à Turin (le 30 septembre). Les deux premières phases se dérouleront pour moitié en Bulgarie, l'équipe locale jouant dès dimanche à Sofia contre la Finlande.

Les Russes au-dessus du lot

Les autres postulants aux médailles seront classiquement le Brésil, champion olympique en 2016, la Pologne, tenante du titre, mais qui ne sera peut-être pas aussi redoutable qu'il y a quatre ans sans l'appui de son public, les Etats-Unis et bien sûr la France.

Après leur échec à l'Euro-2017, les Bleus se sont remis dans la bonne direction en finissant deuxièmes de la Ligue des nations (l'ex-Ligue mondiale), début juillet à Lille. Champions d'Europe en 2015, ils visent une première médaille mondiale depuis le bronze de 2002.

Pour l'or, tous s'accordent à dire que les Russes, leurs bourreaux en finale de la Ligue des nations (3-0), seront difficiles à battre. Les héritiers de l'école soviétique ont renoué avec leur glorieux passé en gagnant les jeux Olympiques en 2012 et l'Euro l'an passé, mais il leur manque encore le titre mondial.

" Difficile de trouver la faille"

"Ils sont très impressionnants physiquement, et en plus ils se sont mis à réceptionner et à défendre. C'est difficile de trouver la faille", assure Earvin Ngapeth. La star du volley français devrait tenir sa place malgré une blessure aux abdominaux qui l'a obligée à interrompre sa préparation pendant environ une semaine.

Un premier choc attend les Bleus dès jeudi face au Brésil. Dans cette formule où les résultats sont conservés pour le tour suivant, ils ne pourront pas se permettre de lâcher des points en route contre leurs autres adversaires, l'Égypte, les Pays-Bas et le Canada, s'ils veulent voir le dernier carré.

0
0