Getty Images

Au bout du suspense, les Bleus sont passés tout près d'un exploit renversant contre le Brésil

Si près d'un exploit renversant...

Le 13/09/2018 à 22:08Mis à jour Le 13/09/2018 à 23:14

MONDIAL 2018 - L'équipe de France a failli créer une nouvelle sensation face au Brésil, jeudi soir pour son deuxième match du championnat du monde. Menés deux sets à zéro, les Bleus sont revenus à hauteur et se sont finalement inclinés au tie-break dans ce choc du 1er tour contre les champions olympiques (25-20, 25-20, 21-25, 23-25, 15-12). Prochain rendez-vous vendredi contre l'Egypte.

Le Brésil a tremblé mais, cette fois, il a eu le dernier mot face aux Bleus. Battus lors de leurs deux derniers face-à-face, les champions olympiques en titre se sont imposés contre l'équipe de France, jeudi soir à Roussé (Bulgarie), lors du choc de la poule B. Une défaite au bout du suspense, en cinq manches (25-20, 25-20, 21-25, 23-25, 15-12), pour des Bleus qui auront montré deux visages bien distincts dans cette rencontre.

D'abord timide dans les deux premiers sets, concédés sans vraiment lutter. Puis conquérant ensuite, pour renverser la vapeur, revenir dans le match et faire trembler les Brésiliens jusqu'au bout d'un tie-break de haute volée. Les joueurs de Laurent Tillie devront surfer sur cette seconde partie de rencontre de très haut niveau pour se relancer dès vendredi face à l'Egypte dans ce Mondial 2018 où ils comptent désormais une victoire (contre la Chine en ouverture mercredi) pour une défaite.

Le coaching de Tillie, la vista de Ngapeth

Deux mois après un succès au couteau - là aussi au bout du tie-break - contre les triples champions du monde en phase finale de la Ligue des nations (ex-Ligue mondiale) et un peu plus d'un an après sa retentissante victoire en finale de la Ligue mondiale en terre brésilienne, la France a cette fois cédé contre l'ogre auriverde. Mais elle a sans doute marqué les esprits en passant à quelques points de renverser les Brésiliens dans une rencontre que ces derniers avaient pourtant bien en main.

Malmenés, dépassés et dominés dans tous les secteurs du jeu, on ne donnait en effet pas cher de la peau des Bleus après la perte de deux premiers sets à sens unique (25-20, 25-20). Le Brésil jouait facile et la France n'avait aucune réponse tactique et physique à lui opposer. Mais les joueurs de Laurent Tillie, qui a procédé à plusieurs remplacements payants (Antoine Brizard à la passe, Jean Patry en pointe et Thibault Rossard à l'attaque), ont enfin réussi à se libérer grâce à une bonne séquence en début de 3e set qui a permis aux Bleus de faire le break.

Plus agressifs en attaque, mieux organisés en défense, avec notamment une plus grande présence au bloc, ils sont parvenus à sortir le grand jeu pour revenir dans la partie. D'abord en enlevant tranquillement une troisième manche dans laquelle ils ont compté jusqu'à six points d'avance (25-21). Puis en arrachant une quatrième manche très serrée (25-23) grâce à une fin de set parfaitement maitrisée derrière un Earvin Ngapeth déchaîné et qui a montré qu'il avait retrouvé la pleine mesure de son immense talent au meilleur des moments (20 points marqués sur l'ensemble du match).

Les Bleus avaient pourtant la main dans le tie-break...

Tout devait alors se jouer au tie-break. A égalité jusqu'à 6-6, les Bleus ont basculé en tête pour compter jusqu'à trois points d'avance (10-7). Mais le Brésil a finalement trouvé les ressources nécessaires, au service comme au contre, pour enlever huit des dix derniers points (15-12) - avec notamment trois blocs sur Ngapeth - et s'imposer au finish dans ce premier choc du Mondial.

De quoi nourrir des regrets pour la France, évidemment. Mais celle-ci se consolera. D'abord avec le point inscrit au classement, qui pourrait être précieux à l'heure de faire les comptes. Et puis les Bleus pourront se dire qu'une nouvelle fois, ils ont regardé le champion olympique dans le blanc des yeux en s'affirmant plus que jamais comme un sérieux prétendant au podium.

0
0