AFP

La France s'incline d'entrée contre l'Italie (3-0)

Faux départ pour les Bleus, corrigés par l'Italie

Le 07/08/2016 à 15:56Mis à jour Le 07/08/2016 à 16:33

JO RIO 2016 - Grosse déconvenue pour l'équipe de France de volley, dimanche. Pour leur entrée dans la compétition, les Français ont chuté contre l'Italie trois sets à zero (25-20, 25-20, 25-15). Les coéquipiers d'Earvin Ngapeth débutent au plus mal ces JO et devront se rattraper dès mardi contre le Mexique.

Quelle surprise au Maracanazinho ! Les Français d'Earvin Ngapeth se sont inclinés trois sets à zéro face aux Italiens, menés par un excellent Zaytsev, dimanche. Les Bleus n'ont brillé que sur de trop rares séquences pour espérer quoi que ce soit face à une équipe qu'ils avaient battu le mois dernier pour la Ligue mondiale.

Les Bleus n'auront même pas fait illusion. Dès le début de la rencontre, un 11-1 encaissé à mis un sérieux coup sur la tête des hommes de Laurent Tillie. La Team Yavbou n'a jamais réussi à trouver les décalages nécessaires en attaque pour performer le mur italien qui n'a jamais rien laissé passer. Une légère embelle au cours du premier set a laissé penser que les Bleus allaient réagir mais un dernier coup d'accélérateur de Zaytsev a permis à l'Italie de remporter le premier set (25-20).

La suite n'a jamais laissé espérer un retour tricolore. Les avants transalpins ont bien défendu, souvent à trois, sur Ngapeth et la France n'avait toujours pas mené une seule fois à la perte du deuxième set, après avoir sauvé trois balles décisives (25-20, 25-20). Dès lors, le match était plié.

Rossard aura été l'une des rares satisfactions

Les sourires ont disparu d'un seul coup, comme si la défaite était déjà certaine. Envolées les certitudes nées de leur dernière confrontation face à l'Italie remportée le mois dernier, envolés les souvenirs de la victoire en cinq sets après avoir été mené 0-2 il y a neuf mois, à Turin. Face aux coups de boutoir de l'équipe italienne et aux contres ravageurs de Osmany Juantorema, véritable bourreau des Tricolores, la France a totalement lâché. Thibault Rossard aura été l'une des rares satisfactions françaises, il a amené du dynamisme dans les décalages à la place d'un Antonin Rouzier hors-sujet.

Les Bleus n'auront pris des points que sur des fautes italiennes, mené que d'un seul point au début du troisième set et pas fait rêver leurs supporters dans cette fin de match (25-15). Ils sont sans doute déjà passés à leur match de mardi face au Mexique, l'adversaire supposé le plus faible du groupe A. Mais cette fois, Laurent Tillie à ses hommes n'auront pas droit à l'erreur.

0
0