Getty Images

"Une âme s'est créée, ça nous a permis de marcher sur l'eau"

"Une âme s'est créée, ça nous a permis de marcher sur l'eau"
Par AFP

Le 10/01/2020 à 23:40

TQO - L'équipe de France s'est qualifiée pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 grâce à son succès sur l'Allemagne en finale ce vendredi soir. L'aboutissement d'une semaine de dingue qui a permis à un groupe plus soudé que jamais de déplacer de nouvelles montagnes.

Comme dans un rêve: les volleyeurs français ont surclassé l'Allemagne vendredi soir à Berlin, validant la qualification pour les JO-2020 de Tokyo (24 juillet-9 août), la deuxième participation olympique pour la plus belle génération du volley français après Rio-2016. Malgré les renoncements pour "raisons personnelles" (Stephen Boyer), malgré les absences sur blessures (Thibault Rossard, Trevor Clevenot), malgré les bobos (Julien Lyneel, Kévin Le Roux) qui ont limité la rotation, les hommes de Laurent Tillie ont surmonté tous les obstacles sur leur chemin vers le Japon.

"Il y avait des absents, ça nous a soudés encore plus", a lâché Jean Patry, passé en moins d'une semaine du statut de remplaçant à celui de pointu star de la sélection: "Il y a quelque chose qui s'est créé là sur le terrain, une âme qui s'est créée et ça nous a permis de marcher sur l'eau et d'aller arracher cette qualification. Ce qu'on a fait pendant ces cinq jours c'est quand même incroyable, c'est un truc de fou".

L'équipe de France de volley en demi-finale du TQO

L'équipe de France de volley en demi-finale du TQOGetty Images

"Comme des guerriers"

Leur force collective, les Français l'ont puisée en grande partie dans leur demi-finale épique: "Avec cette grosse victoire contre les Slovènes, on a abordé la finale comme des guerriers, en se disant qu'on ne pouvait pas gâcher ce qu'on avait fait hier", a raconté Nicolas Le Goff. "Maintenant nous avons six mois pour préparer les Jeux, et digérer la qualification, ce qu'on n'avait peut-être pas fait en 2016 du fait de la qualification tardive".

Car à Tokyo cet été, la bande à Ngapeth voudra faire oublier la désillusion carioca, une élimination dès la phase de groupe alors qu'ils étaient arrivés au Brésil avec un titre de champion d'Europe en 2015 et une Ligue mondiale 2015. Un échec brésilien qu'ils ont gardé en mémoire pendant toute l'olympiade. Le coach Laurent Tillie, en larmes de longues secondes sur son banc après la cérémonie protocolaire, avait fait des choix forts pour cette finale, laissant le capitaine Benjamin Toniutti, passeur titulaire depuis près de huit ans chez les Bleus, sur le banc, lui préférant Antoine Brizard, époustouflant.

"Tellement miraculeux"

"Je n'arrive plus à penser tellement je suis comblé. C'est tellement miraculeux, tellement fantastique pour les joueurs", a-t-il lâché, entre rire et émotion, quelques minutes après la victoire: "Contrairement à hier (jeudi) on est rentrés de suite dans le match. On voyait la concentration énorme des joueurs. Et en plus, les consignes de jeu tactiques ont marché immédiatement, je crois que ça a donné de la confiance."

Interrogé sur les ambitions français aux JO, le coach a renvoyé la question à plus tard: "Chaque chose en son temps. Les Jeux de Tokyo, on va essayer de les préparer le mieux possible, on va voir. On va déjà essayer de digérer cette qualification, et puis après on espère sortir des poules et alors on verra. Là, on digère. Ne commencez pas à me parler d'exploit à Tokyo, on a fait un exploit ici, à Berlin", a-t-il lancé en riant. Cette qualification intervient quelques mois après une décevante quatrième place à l'Euro en France. Tokyo offre désormais à Tillie et à ses hommes une nouvelle aventure.