Toyota tient sa troisième couronne au Mans. Grande favorite de cette 88e édition, l'écurie japonaise a tenu son rang sur le circuit de la Sarthe, dimanche, et mis ses deux TS050 sur le podium des 24h. La victoire est revenue à l'équipage de la n°8, piloté par le trio Sébastien Buemi-Brendon Hartley et Kazuki Nakajima. Vainqueur en 2018, 2019 et donc en 2020, la n°8 a elle réussi un superbe triplé qui permettra au constructeur japonais de repartir avec le fameux trophée chez lui. La Rebellion n°1 a pris la 2e place sur le podium et la Toyota n°7, une nouvelle fois maudite, a pris la 3e place. Un moindre mal pour l'autre trio de pilotes, frappé par un problème de turbo pendant la nuit.

24 Heures du Mans
Une nouvelle star d'Hollywood : Michael Fassbender, l'apprentissage au Mans
22/09/2020 À 08:44

C'est la deuxième fois de la saison que le trio s'impose en Championnat endurance 2019/2020 après les Six Heures de Fuji. Cette victoire avait été signée le 6 octobre 2019, soit presque un an. C'est dire si 2020 a été une année spéciale. Mais le titre de la catégorie LMP1 se jouera lors de la dernière manche lors des 8 Heures de Bahreïn, du 12 au 14 novembre prochain, entre les deux équipages Toyota. Cette course sera la dernière avant le passage à la nouvelle catégorie principale, Le Mans Hypercar à partir de 2022. Buemi et Nakajima ont signé leur troisième sacre au Mans, comme leur n°8. Brendon Hartley, remplaçant de Fernando Alonso, a lui signé sa deuxième victoire sur la mythique épreuve.

Toyota a survolé la course, mais cela n'a pas été de tout repos. Comme souvent. Comme d'habitude, serait-t-on tenté de dire. Car c'est Le Mans et ça n'est jamais gagné avant le drapeau à damiers. Le tournant de cette 88e édition a eu lieu pendant la nuit, lorsque nombre d'amoureux des 24h et de l'endurance, avaient rejoint leur lit pour se reposer. Un peu avant 3h00 du matin, la Toyota n°7, alors en tête et qui semblait enfin débarrassée de ses problèmes, est rentrée aux stands pour... n'en ressortir que 29 minutes pus tard.

Toyota voulait plus que tout au monde ce sacre : revivez l'arrivée de la 88e édition

Rebellion a animé la fin de course, pas de révolte pour Menezes

Victime d'un problème de turbo, la Toyota n°7 a vu toutes ses chances de victoire s'envoler à 11h30 du drapeau à damiers. Longtemps restée 4e après une fin de nuit et une matinée elles bien plus tranquilles, elle a profité des déboires de la Rebellion N°3, victime d'une sortie de piste en fin de matinée et d'un arrêt prolongé suite à un problème d'embrayage, pour récupérer le podium à une heure de la fin de l'épreuve. Un moindre mal. Mais la n°7 ne s'imposera pas au Mans dans sa configuration actuelle. Sa pole arrachée vendredi semble tellement loin.

Le classement général n'a connu de bouleversements que pour la 2e et la 3e place. Pour le strapontin numéro deux, c'est une bagarre à distance entre les deux Rebellion qui a animé la matinée. Victime d'un problème à l'avant peu après 9h, la n°1 a dû se résoudre un moment à ne prendre que la 3e place. Privé de bagarre peu après 11h par la direction de l'équipe suisse, qui souhaitait quitter l'endurance sur ce double podium, Gustavo Menezes a passé de longues minutes à menacer la n°3 de Romain Dumas, au point de dire que le Français pilotait mal dans le trafic et commettait des erreurs.

Recadré par son team, l'Américain a suivi les derniers relayeurs finir le boulot. Au petit jeu de l'erreur, c'est Louis Delétraz qui a craqué. Mais sa n°3 avait souffert deux fois en repartant des stands, en calant. Malgré une dernière apparition de la safety car, le coup de pouce du destin n'a pas permis à Rebellion de mettre ses deux équipages sur la boite. C'est ça, la course. C'est ça, Le Mans !

Tension chez Rebellion, Menezes se rebelle !

Le palmarès de la 88e édition

Classement général : Toyota n°8 (387 tours) / Sébastien Buemi - Brendon Hartley - Kazuki Nakajima

LMP1 : Toyota n°8 (387 tours) / Sébastien Buemi - Brendon Hartley - Kazuki Nakajima
LMP2 : United Autosports n°22 (370 tours) / Filipe Albuquerque - Paul Di Resta - Philip Hanson
LM GTE PRO : Aston Martin Racing n°97 (346 tours) / Alexander Lynn - Maxime Martin - Harry Tincknell
LM GTE AM : TF Sport n°90 (339 tours) / Jonathan Adam - Charlie Eastwood - Salih Yoluc

Buemi, Hartley et Nakajima l'ont savouré celui-là : le podium de la 88e édition

24 Heures du Mans
Le dirigeable Goodyear a plané au-dessus du Mans
21/09/2020 À 15:04
24 Heures du Mans
Buemi, Hartley et Nakajima l'ont savouré celui-là : le podium de la 88e édition
20/09/2020 À 17:02