Double vainqueur des 24 Heures du Mans en 1978 et 1980, Jean-Pierre Jaussaud est décédé à l'âge de 84 ans. "Papy Jaussaud nous a quittés, mais les souvenirs resteront intacts. Son émotion lors du podium en 1978 a marqué une génération de passionnés. Sa victoire en 1980 avec son coéquipier et ami Jean Rondeau restera à jamais comme l'un des plus grands exploits du sport automobile", a souligné Pierre Fillon, président de l'ACO dans un communiqué.
Le natif de Caen (Normandie) n'avait toutefois pas eu l'occasion de courir en Formule 1 comme d'autres grands pilotes français de sa génération comme Jean-Pierre Beltoise, Gérard Larrousse ou encore Henri Pescarolo, lui aussi une autre légende de l'épreuve mancelle. Il avait toutefois connu une belle carrière en monoplace avec une victoire au Grand Prix de Monaco de Formule 3 en 1968, le titre national dans cette même catégorie en 1970 avant de devenir vice-champion d'Europe de Formule 2 en 1972 sur une Brabham.
En treize participations aux 24 Heures du Mans entre 1966 et 1983, il a notamment couru pour Matra, Renault-Alpine (victoire en 1978) et Rondeau (victoire en 1980), terminant aussi 3e à trois reprises (1973 avec Matra, 1975 avec Mirage et 1976 sur Inaltera-Rondeau).
WEC
Ogier veut se reconvertir au Mans avec Toyota
17/07/2021 À 13:12

Génération exceptionnelle

Il faisait partie d'une génération exceptionnelle de pilotes français très éclectiques qui, à partir du milieu des années 60, ont écumé les rallyes et les circuits de la planète, dans toutes les catégories du sport automobile. Jean-Pierre Jaussaud avait remporté son premier succès au Mans avec Didier Pironi, décédé dans un accident de motonautisme en 1987, au volant d'une Alpine Renault A442. Il avait à nouveau triomphé en 1980, partageant le volant d'une Rondeau M379 avec Jean Rondeau, le constructeur de cet autre prototype 100% "made in France" et construit au Mans qui plus est.
https://i.eurosport.com/2019/06/13/2614045.jpg
Fils d'un épicier en gros et marchand de vins, il avait appris très tôt à piloter, dans les écoles fondées par l'Anglais Jim Russell, en Angleterre sur le circuit de Snetterton, puis en France sur celui de Magny-Cours, dans la Nièvre. C'est sur ce circuit, où s'est disputé longtemps le GP de France de F1, qu'il remporte le Volant Shell en 1963. Il obtient ainsi sa première voiture de course, une monoplace Cooper BMC, le "must" de l'époque.
De 1965 à 1967, il participe au début de l'aventure Matra mais c'est au volant d'une Tecno italienne qu'il gagne le GP de Monaco de F3 puis son titre de champion de France. Entre ses deux victoires au Mans, Jaussaud a également remporté le championnat de France des voitures de production. Sa seule expérience de la F1 restera cependant un rôle de pilote essayeur lors de la mise au point de la première monoplace turbo de Renault à la fin des années 1970 et une victoire à Nogaro, l'un de ses circuits préférés, lors d'une course de F1 "d'occasion", avec une Surtees. Il a aussi participé en 1982 au rallye-raid Paris-Dakar à bord d'une Mercedes et fini sur le podium, pour sa première participation. Après sa dernière participation aux 24 heures en 1983, il était devenu moniteur de pilotage.
6 Heures de Fuji
Les 6 Heures de Fuji annulées et remplacées par une course à Bahreïn
07/07/2021 À 14:32
24 Heures du Mans
Peugeot présente son hypercar pour son retour au Mans
06/07/2021 À 14:25