dpa

Pied léger et tête froide

Pied léger et tête froide
Par AFP

Le 12/08/2006 à 17:30Mis à jour

Sébastien Loeb (Citroën Xsara) a joué la prudence, samedi lors de l'étape 2 préservant sa place de leader tout en accordant des bons de sortie dont son dauphin et coéquipier Daniel Sordo et Marcus Grönholm (Ford Focus) ont largement su profiter.

A l'approche du terme de l'épreuve et alors qu'il s'approche inexorablement du record du nombre de victoires en Championnat du monde détenu par l'Espagnol Carlos Sainz (26) et d'un quintuplé au "Deutschland", le double champion du monde français n'a souhaité prendre aucun risque.

Malgré la menace de Sordo, seul pilote à lui avoir quelque peu résisté la veille, Loeb a levé le pied et s'est contenté d'accessits au cours des sept épreuves spéciales au programme hormis un succès dans l'anecdotique ES15, "longue" de 5,84 km. Une brèche dans laquelle le N.2 de Kronos s'est engouffré avec allégresse.

Le jeune pilote de 22 ans avait beau clamer avoir comme unique objectif de "sauvegarder son avance sur ses poursuivants" , les chiffres étaient implacables: parti dans la matinée avec 42 sec 7/10e de retard sur Loeb, il ne comptait plus que 34 sec 3/10e avant les quatre dernières portions chronométrées de dimanche.

.Grönholm reprend des couleurs

Aidé par l'absence de consigne de la part de l'écurie belge, il s'est permis de signer le scratch dans l'ES10, la plus longue spéciale du rallye (30,66 km) située dans le camp militaire de Baumholder (Panzerplatte 1). "Dani (Sordo) a poussé très fort ce matin (samedi) alors que c'était très piégeux avec de la boue, a affirmé Loeb. Il roule très bien et est très rapide. C'est important de finir avec les deux voitures. Le seul mot d'ordre c'est de ne pas endommager la Xsara

"L'important c'était de maintenir la position avec Sébastien (Loeb) a déclaré Sordo. Demain sera aussi très difficile pour la voiture et les pneus avec quatre spéciales sans assistance." La mansuétude du leader du Mondial a donné des ailes à d'autres concurrents. Le Tchèque Jan Kopecky (Skoda Fabia), le Finlandais Mikko Hirvonen (Ford Focus) et surtout son compatriote Marcus Grönholm ont ainsi ouvert leurs compteurs du week-end.

A la peine sur route mouillée vendredi, Grönholm a repris des couleurs avec le retour du soleil. Auteur du meilleur temps lors du deuxième passage à Baumholder (ES12, Panzerplatte 2) et dans la spéciale suivante, il a subtilisé la troisième place à un autre Finlandais, Toni Gardemeister (Citroën Xsara), en dépit d'un tête-à-queue dans l'ES9.

"Pas de risques"

Ce strapontin sur le podium est bien la seule récompense à laquelle Grönholm pouvait aspirer tant les deux Xsara de tête sont hors de portée. Le Finlandais accuse toujours plus de deux minutes de retard (2 min 14 sec 1/10e) mais espère que la clémence de la météo lui permettra de garder son rang au classement général.

"Si les spéciales (de dimanche) se déroulent au sec, je peux maintenir Toni (Gardemeister) derrière mais quand il pleut je suis en difficulté", a-t-il expliqué. Petter Solberg (Subaru Impreza) a, lui, déjà perdu ses dernières illusions. Victime d'une casse moteur dans l'ES9, le Norvégien est rentré directement au parc d'assistance à Bostalsee pour réparation avant d'abandonner. Un scénario que Loeb aimerait ne pas connaître: "Il ne faudra pas faire de fautes demain. On ne va pas prendre de risques inutiles."

0
0