Reuters

Grönholm la tête à l'envers

Grönholm la tête à l'envers
Par Eurosport

Le 27/10/2006 à 19:00Mis à jour

Le Finlandais de Ford est vite tombé dans le piège des rapides routes de Down Under, vendredi, confortant les chances de Loeb.

Quatre leaders se sont succédés vendredi en tête du rallye d'Australie, 14e manche du championnat du monde des rallyes, dont le Finlandais Marcus Grönholm (Ford Focus) coupable ensuite d'une sortie de route très profitable au grand absent, le Français Sébastien Loeb. Vainqueur en Turquie il y a 15 jours, Grönholm était en tête après les deux super-spéciales de jeudi soir à Perth. Alors qu'il ouvrait la route, il a heurté une pierre, bien cachée à la corde au 5e km de l'ES3, est parti en tonneau et a perdu plus de dix minutes.

"Il y a eu une petite erreur, peut-être à cause des notes" , a commenté le Belge Christian Loriaux, directeur technique chez Ford. "Marcus est sorti, mais ce n'est pas la fin du monde parce qu'il est reparti. Il faut qu'il remonte à la 3e place pour que le championnat pilotes reste ouvert".

Grönholm doit absolument terminer sur le podium dimanche pour empêcher Loeb, toujours convalescent après une chute en VTT fin septembre, d'être sacré champion du monde pour la troisième année consécutive. A bord d'une voiture au toit et aux portières enfoncées, au pare-brise étoilé, le grand Finlandais est donc reparti en serrant les dents... pour ne pas avaler trop de poussière dans une voiture "qui n'était plus hermétique" , a souri Loriaux. Il a mis 44 secondes de plus que l'Australien Chris Atkinson (Subaru Impreza) pour parcourir les 20 km de la spéciale suivante (ES4).

Atkinson fait brler le bush

Atkinson, grand amateur de bière australienne, a été le premier bénéficiaire du tonneau de Grönholm. Meilleur temps dans les trois premières spéciales du jour (ES3 à ES5), il menait la danse au premier regroupement, juste devant le Norvégien Petter Solberg, sur l'autre Subaru officielle, et loin devant Grönholm, 48e à plus de 11 minutes.

Puis Atkinson est sorti de la route dans l'ES6, sa voiture provoquant un début d'incendie dans le bush australien. Les organisateurs ont interrompu brièvement la spéciale, le temps pour Atkinson, son copilote et trois autres équipages de jouer les pompiers volontaires. "C'est vraiment dommage pour Chris, parce qu'il allait très vite", a dit Solberg, leader après l'ES7 malgré l'adhérence très limitée de sa Subaru sur les pistes australiennes. Le Finlandais Mikko Hirvonen, sur l'autre Focus officielle, était en tête après l'ES6. Il a repris l'avantage dans l'ES9 et menait vendredi soir à Perth.

Pons assure

Trois autres pilotes de pointe ont eu des soucis dans cette première boucle qui a tourné à l'hécatombe : l'Espagnol Dani Sordo, boîte de vitesses bloquée sur sa Citroën Xsara au tout début de l'ES3, le Britannique Matthew Wilson (Ford Focus) qui a heurté la même pierre que Grönholm, et le Norvégien Henning Solberg (Peugeot 307) sorti violemment contre un arbre dans l'ES6 (abandon).

L'après-midi a été plus calme, sauf pour un Grönholm déchaîné et bien décidé à revenir sur le trio de tête. Après les deux super-spéciales qui clôturaient la journée sur l'hippodrome de Perth, le Finlandais pointait à 10 minutes et 40 secondes de son nouvel objectif, la 3e place occupée par l'Espagnol Xevi Pons (Citroën Xsara).

Humble remplaçant de Loeb à bord de la Xsara numéro 1, Pons, bien dans le rythme, n'a pas pris de risques et s'est concentré sur son propre objectif: engranger le plus de points possibles pour Kronos-Citroën.

0
0