Loeb résiste, Sainz s'écroule

Loeb résiste, Sainz s'écroule
Par Eurosport

Le 25/10/2003 à 14:00Mis à jour

Sébastien Loeb (Citroën) a passé la 2e étape du Rallye de Catalogne a contrôler ses plus dangereux adversaires, samedi. Le Français a toutefois dû rogner son avance sur Markko Märtin (Ford), meilleur performer avec 3 scratches. Carlos Sainz (Citroën) est

ES9 : Olost 1 (23,08 km) - SAINZ LACHE PRISE

Abandon de Didier Auriol (Skoda Fabia), le vainqueur de l'édition 2001, après 3 kilomètres. Les premiers hectomètres abruptes ont eu raison de son fragile embrayage. La journée avait déjà mal commencé. Le Français avait écopé de 20 sec de pénalité pour être sorti du service avec 2 minutes de retard, à cause d'une intervention de ses mécaniciens sur le turbo.

Résultat de l'ES9

ES10 : Lluca 1 (14,04 km) - DU TRES SALE

Tout ce qui fait la spécificité de ce rallye : l'obligation de couper les cordes pour faire claquer des temps ramène énormément de terre et de gravier sur la trajectoire. "Un bon parcours pour des voitures de tourisme", résume bien le quadruple champion du monde Tommi Mäkinen (Subaru).

Le meilleur chrono va à Markko Märtin (Ford Focus), son deuxième en Catalogne puisqu'il en avait signé un vendredi (ES5). Des problèmes de freins pour Colin McRae (Citroën), 12e à 8.9 sec.

Résultat de l'ES10

ES11 : Boi de Llucanes (12,85 km) - MOUCHOIR DE POCHE

"La 1ère spéciale était propre mais pas les deux suivantes" , explique Gilles Panizzi. "J'ai dû faire de gros écarts par éviter la saleté sur la route mais la voiture marche très bien. Nous ne sommes pas aussi rapides que nous voudrions mais nous n'en sommes pas loin."

"Le set-up n'a pas vraiment bien marché pour la 1ère spéciale mais c'était bien pour les deux autres, plus tortueuses" , confie Richard Burns. "L'auto attaquait bien les virages mais je vais faire des changements au service (assistance) pour la rendre meilleure en rigidité."

Le champion du monde en titre Marcus Grönholm est lui désabusé : "Nous avons fait des changements hier soir (géometrie de suspension) et vérifié que rien n'était cassé mais je n'ai pas très confiance en la voiture."

Résultat de l'ES11

ES12 : Sant Julia 2 (26,27 km) - PANIZZI CHASSE LOEB

Premier scratch dans ce Rally Catalunya - Costa Brava du Belge François Duval (Ford Focus). Gilles Panizzi (Peugeot) suit à 0.7 sec et c'est ça le véritable événement puisque le pilote de Roquebrune prend la 2e place au général à Markko Märtin (Ford Focus) pour s'affirmer comme le challenger du leader Sébastien Loeb (Citroën), 4e sur le secteur qu'il avait dominé vendredi. L'Alsacien mène avec 28.3 sec d'avance sur son compatriote et 28.4 sec sur l'Estonien.

Résultat de l'ES12

ES13 : Taradell 2 (5,05 km) - MARTIN-PANIZZI A COUP DE DIXIEMES

Résultat de l'ES13

ES14 : Olost 2 (23,08 km) - MARTIN INSISTE

Scratch de Märtin (Ford) qui se détache de Panizzi (Peugeot) en reprenant 6.1 sec au Français. Loeb (Citroen) n'est pas loin, 2e à 3.4 sec

Résultat de l'ES14

Résultat de l'ES15

ES16 : Boi de Llucanes (12,85 km) - ENFIN !

Premier scratch du jour pour le leader Sébastien Loeb (Citroën). L'avance du Français sur Markko Märtin (Ford) avait fondu de 31.2 sec à 19.2 sec depuis ce matin. Il en a remis un petit coup pour rappeller qu'il restait bien le patron. Il termine la 2e étape avec une marge de sécurité de 20.8 sec sur Märtin (Ford) et de 36.7 sec sur Panizzi (Peugeot).

"Pour contenir mes poursuivants, je roule vraiment le plus vite possible, sans entrer toutefois dans la zone où l'on prend des risques excessifs", assure Loeb. Je m'attendais à un match difficile, je ne suis pas surpris : la bagarre est superbe !"

Pour Märtin, pas bien remis d'une sortie grosse sortie de route en Corse la semaine dernière, la journée a été moins éprouvante pour son cou que vendredi. "C'était pas trop mal ce matin mais ça empire sur les plus longues spéciales" , souligne t-il. Elles me prennent beaucoup d'énergie pour tenir mon cou mais heureusement elles n'étaient pas trop longues aujourd'hui. J'ai besoin de temps pour me remettre mais c'est impossible !"

"Mon feeling avec la voiture était bien dès le départ de la journée et j'ai pu attaquer", explique Gilles Panizzi. Cependant, ce n'était pas si bon dans les trois dernières spéciales, rendues très difficiles par le gravier."

Résultat de l'ES16

0
0