From Official Website

Sans-faute pour Loeb

Sans-faute pour Loeb
Par AFP

Le 24/09/2006 à 08:00Mis à jour

Dominateur depuis le début de l'épreuve, Grönholm a craqué à trois spéciales de l'arrivée, de cette deuxième étape. Loeb est désormais leader avec 21.8 sec d'avance. Le champion du monde en titre a fait preuve de régularité et de maîtrise.

Samedi soir, le double champion du monde était assis sur un matelas confortable de 21 secondes et 8/10, provoqué en partie par son choix de pneus. "C'est une histoire de pneus, on avait des pneus plus larges et ça a bien fonctionné cet après-midi", a raconté un Loeb très souriant dès son retour au parc d'assistance de Limassol.

La sélection d'enveloppes BF Goodrich ayant été effectuée avant la course, Grönholm ne pouvait pas prendre les mêmes que Loeb, comme vendredi après-midi, car ils ne figuraient pas dans son paquetage de départ. Le Finlandais a lâché du lest dès le début de l'ES14: un point de corde raté dans un virage à gauche très lent, l'obligation de passer la marche arrière et une poignée de secondes perdues, puis encore 16 secondes envolées sur les 30 km de l'ES15, la plus longue du rallye, au lieu d'un dixième seulement lors du premier passage, samedi matin (ES11).

De très gros écarts

Son copilote de beau-frère, Timo Rautiainen, a expliqué avec humour le temps perdu dans l'ES15: "Un tiers à cause des pneus, un tiers à cause de quelques glissades excessives et un tiers parce que Seb allait beaucoup trop vite". Tout avait pourtant bien commencé pour Grönholm. Samedi matin, le leader finlandais et son poursuivant français faisaient encore jeu égal, Grönholm signait les deux premiers temps scratch puis Loeb les deux suivants. A midi, l'écart était passé de 6 à 8 secondes, le suspense restait intact.

Sauf que Loeb est insatiable, implacable, inarrêtable. Il dit souvent qu'il aime la bagarre mais il fait toujours tout ce qu'il peut pour tuer le suspense, si possible en se faisant un petit plaisir: assommer Grönholm le samedi, à l'heure de la sieste.

"Ca fait un bel écart, c'est bien, mais c'est comme au Japon, il faudra quand même être vigilants dimanche car Marcus est capable de faire des coups d'éclat", a ajouté le Français. Très loin derrière, les écarts ont continué à se creuser: le Finlandais Mikko Hirvonen, troisième samedi soir sur l'autre Focus officielle, pointait à plus de quatre minutes de Loeb, devant deux privés : l'Autrichien Manfred Stohl (Peugeot 307) et le Finlandais Toni Gardemeister (Citroën Xsara).

Sordo rassuré

Sur la deuxième Xsara officielle de Kronos, Dani Sordo, inquiet pour son moteur vendredi soir, est reparti rassuré samedi matin, problème électrique résolu et moteur en parfait état de marche, pour tenter de marquer quelques points. Après un petit tonneau en souplesse et un pare-brise un peu enfoncé dans l'ES10, le jeune Espagnol a profité des problèmes de l'Australien Chris Atkinson (Subaru Impreza) et du Britannique Matthew Wilson (Ford Focus) pour remonter à la 10e place. Quant au Norvégien Petter Solberg (Subaru Impreza), il est passé en 24 heures de la 11e à la 7e place... à plus de onze minutes du leader.

Dimanche, la troisième et dernière étape, avec six chronos au programme dont une super-spéciale en ville, télévisée, pour amuser les Chypriotes, devrait ressembler à une formalité. Sauf si Loeb fait une erreur, ce qui lui arrive rarement. Et encore plus rarement le dimanche.

0
0