Les déclarations de l'étape 1

Les déclarations de l'étape 1
Par Eurosport

Le 26/08/2005 à 14:00Mis à jour

Quelques impressions recueillies au cours de l'étape 1 du Rallye d'Allemagne, vendredi. Au programme : Loeb, Duval, Fréquelin (Citroën), Grönholm, Märtin, Nicolas (Peugeot), Solberg, Sarrazin (Subaru), Gardemeister (Ford)...

François Duval (Citroën Xsara, 2e) : "Il faudrait vraiment que cela se passe mal pour Citroën pour redonner un peu de suspense au rallye. Maintenant, tout peut arriver. S'il venait à pleuvoir des cordes, là effectivement. Mais si cela reste sec..."

Guy Fréquelin (Citroën Sport, directeur), après l'ES3, au sujet de ses pilotes : "Si je leur ai donné une consigne ? Oui. Je leur ai dit -surtout ne faites pas les c..."

Markko Märtin (Peugeot 307, 7e) : "C'est vraiment dommage d'avoir perdu autant de temps ce matin, nous sommes juste sortis un peu large. Quelle surprise de voir le pneu entier s'échapper de la jante ! J'aime réellement ces routes dans les vignes ; quand ça marche bien, je peux adopter un bon rythme avec la voiture. Demain nous aurons l'opportunité de remonter des places ; nous allons attaquer bien que je n'aime pas vraiment les spéciales du camp militaire de Baumholder."

Jean-Pierre Nicolas (Peugeot Sport, directeur) : "Cette première étape a été telle qu'imaginée au cas où le terrain serait sec, avec les deux Citroën devant. Nous souhaitions la pluie qui nous aurait permis probablement de nous battre à égalité avec les Citroën. Dans des conditions sèches Marcus a fait une très belle étape où il devance tous les autres concurrents, ce qui était notre objectif. Markko était sur le même tableau de marche mais malheureusement il perd une trentaine de secondes et glisse en 7e position après sa touchette. Nous n'avons eu aucun souci sur les voitures hormis le remplacement du pivot arrière droit et les amortisseurs sur la voiture de Markko, après son accident."

Stéphane Sarrazin (Subaru Impreza, 14e) : "J'étais très heureux de mes premiers chronos. Mais j'ai eu un problème de frein à main puis j'ai de nouveau perdu du temps en restant bloqué après être sorti dans la cinquième spéciale. Je n'attaquais pas trop, mais la route était sale à cet endroit et j'ai commis une petite faute. Je suis parti en tête-à-queue. Nous avons eu besoin de l'aide des spectateurs pour pouvoir reprendre la route et continuer. J'avais fait de bons choix de pneus et la cadence était bonne."

Toni Gardemeister (Ford Focus, 5e) : "Vingt kilomètres environ après le départ, je suis sorti dans les vignes dans un virage gauche, en haut d"une colline. Mon embardée a duré un bon moment et je voyais les grappes s"écraser contre le pare brise. Quand la voiture s"est enfin arrêtée, j"ai dû actionner les essuie-glace pour nettoyer la vitre. Je peux vous dire que les raisins étaient blancs car il y en avait aussi beaucoup dans la voiture (...) Cette première journée est mitigée. Je n"ai pas pu être aussi rapide que je le souhaitais. Je manque peut-être de pratique avec la Focus sur asphalte. Demain, l"étape sera plus longue et j"espère pouvoir augmenter la cadence pour remonter au classement."

Roman Kresta (Ford Focus, 6e) : " J'ai freiné trop tard à l'entrée d'un enchaînement de virages gauche droite (ES4). J'ai eu de la chance de ne pas perdre plus de temps dans cet incident et, en même temps, je me dis que j'aurais pu finir a la quatrième place si je n'avais pas fait cette faute, analyse Kresta, lui-même classé de telle sorte qu'il vivra une étape très disputée demain."

0
0