Les déclarations de l'étape 3

Les déclarations de l'étape 3
Par Eurosport

Le 28/08/2005 à 13:00Mis à jour

Quelques impressions recueillies à l'issue de l'étape 3 du Rallye d'Allemagne, dimanche. Au programme : Loeb, Duval, Fréquelin (Citroën), Grönholm, Märtin, Kresta (Peugeot), Nicolas (Ford)...

Guy Fréquelin (Citroën Sport, directeur) : "Lorsque vous creusez d'entrée un écart important, chacun pense que c'est facile, et vous créez ainsi très vite une sorte d'obligation de résultat. Dès lors, il vous faut l'obtenir, sous peine de donner l'impression d'être passé à côté. Les incidents qui nous ont touchés en début de deuxième étape ont rappelé qu'en rallye, tout peut arriver. Cependant, nous avons conclu sans commettre d'erreur, et nous décrochons le meilleur résultat possible. J'en félicite toute l'équipe, Seb et Daniel (Elena) bien sûr, mais aussi François et Sven, pour leur superbe course et pour avoir accepté d'assurer le doublé. Le fait que François ait retrouvé sa confiance me semble très important. Nous en aurons besoin..."

Markko Märtin (Peugeot 307, 4e) : "Ce rallye s'est passé de façon simple. J'ai perdu du temps le premier jour quand un pneu a déjanté mais le lendemain matin je suis revenu en 4e position. Je n'avais plus qu'à m'y maintenir. Je me suis un peu excité dimanche matin lorsque la Ford de Sola m'a gêné, j'ai pu le dépasser. A part cela, pas de problème. Toute l'équipe et nous-mêmes avons fait du bon travail."

Jean-Pierre Nicolas (Peugeot Sport, directeur) : "Notre objectif est atteint dans ces conditions de route très sèches. Nous savions qu'il serait difficile de lutter à armes égales avec les Citroën. La solution de sagesse était de se concentrer sur les 3e et 4e places. Nos pilotes ont fait une course sans problème technique. Nous avons 6 points de retard au championnat. Nos équipages vont aborder la prochaine épreuve, la Grande-Bretagne, avec un moral qui leur permettra de se battre pour la victoire."

Roman Kresta (Ford Focus, 6e) : "J'aurais pu attaquer plus, mais cela aurait été au prix de risques supplémentaires, ce que je ne voulais pas. J'ai préféré assurer la sixième place plutôt que de risquer de tout perdre. Je tenais vraiment à marquer des points pour moi et pour mon équipe. Le match avec Galli a dû être sympa à suivre pour les spectateurs mais, pour moi, il n'était pas si facile à vivre... J'étais quatrième à l'issue de la première étape et je crois que j'aurais pu finir à cette place si je n'avais pas commis d'erreur. Ma voiture a vraiment été parfaite sur la totalité du week-end."

0
0