Loeb enfonce le clou

Loeb enfonce le clou
Par AFP

Le 30/04/2004 à 20:00Mis à jour

Le déroulement de l'étape 2 a été limpide, samedi, en Italie. Sébastien Loeb (Citroën Xsara) y a fait une nouvelle démonstration en signant trois scratches en cinq spéciales.

A l'issue de la deuxième journée, le Français comptait une marge importante sur ses rivaux et notamment sur le Norvégien Petter Solberg (Subaru Impreza) relégué à plus de 55 secondes. Le Finlandais Harri Rovanpera (Mitsubishi Lancer), son compatriote Marcus Gronholm et l'Estonien Markko Martin (Peugeot 307), à la lutte pour la troisième place, pointaient quant à eux à plus de... trois minutes.

Malgré un scratch (ES8), la mission relevait de l'impossible pour Solberg. Dès la première spéciale du jour (ES7), Loeb avait frappé fort. Afin de montrer que c'était bien lui le patron.

"Petter a compris"

Solberg avait beau claironner qu'il allait "sortir" sa botte secrète l'après-midi, sous forme d'un "pneu miracle", rien ne devait y faire. Au contraire. Loeb prenait un malin plaisir à enfoncer le clou. Le plus rapide dans l'ES10, longue de 30,73 km, le Français "atomisait" le Norvégien dans la suivante, la plus longue du rallye (Tandalo, 38,77 km).

"Eviter une bêtise"

Si la victoire semblait promise au pilote Citroën et la deuxième place à Solberg, derrière la lutte s'annonçait indécise, propice à des rebondissements. Victime la veille d'une sortie de route et d'un tonneau, relégué en 22e position, Gronholm comptait bien reprendre les 13 secondes qui le séparaient de son compatriote Rovanpera pour arracher la 3e place sur le podium. "Même sans mon tonneau, nous n'aurions pas pu nous battre pour les deux premières places. Un podium serait déjà bien", avouait le Finlandais de Peugeot.

Un podium qui, avec le résultat de Martin, pourrait permettre de conforter la marque au Lion en tête du classement constructeurs, malgré Loeb...

0
0