Loeb met la gomme

Loeb met la gomme
Par AFP

Le 29/04/2005 à 14:00Mis à jour

Sébastien Loeb (Citroën Xsara) a pris vendredi la tête de la 5e manche du Mondial WRC, disputée en Sardaigne. Le Norvégien Petter Solberg (Subaru Impreza) est relégué à près de 32 secondes.

Le Français pouvait afficher sa satisfaction à l'arrivée au parc d'assistance. Il venait de reléguer son plus dangereux rival, le Norvégien Petter Solberg (Subaru Impreza) à près de 32 secondes (31 sec 7/10), dans un scénario à peu près identique à celui de la Nouvelle-Zélande il y a moins de trois semaines.

Derrière, le vide

Le Finlandais Marcus Grönholm (Peugeot 307), dominateur aux premières heures, s'était retrouvé quant à lui éliminé de la course à la victoire dès l'ES3. Une chute de 40 mètres, plusieurs tonneaux peu avant la mi-spéciale, Gronholm perdait une nouvelle fois ses illusions, et se trouvait dès lors contraint de se lancer dans une folle remontée pour accrocher quelques points.

Gronholm et Duval à la faute, l'Australien Chris Atkinson (Subaru Impreza) roue arrière gauche arrachée, l'Italien Gigi Galli (Mitsubishi Lancer) aux prises avec des ennuis de suspension, le vide se faisait derrière Loeb. Pourtant, le Français avait connu une première spéciale difficile, concédé une grosse poignée de secondes à Gronholm, mais aussi à Solberg.

"C'était très sablonneux, expliquait Loeb le midi. Nos adversaires de Pirelli avaient opté pour des pneus étroits et puis nous avions des réglages de suspension que nous avions trouvé la veille au shakedown, qui semblait nous procurer plus d'adhérence, et qui, finalement, n'étaient pas adaptés. Trop souples. J'ai donc remodifié les règlages pour l'ES2. Dès lors, ça allait".

"Pourvu que ça dure"

"Pour la deuxième boucle de l'après-midi, avec la chaleur, nous allons mettre les pneus de Nouvelle-Zélande. Cela devrait aller mieux", avertissait-il. Effectivement, le pilote Citroën allait faire le trou. Le Finlandais Mikko Hirvonen (Ford Focus), qui utilisait ces mêmes pneus dès le matin en raison d'un ordre de départ favorable, confirmait la supériorité de la gomme Michelin en se plaçant en troisième position juste derrière Solberg, son coéquipier de l'an passé chez Subaru. Devant les Finlandais Harri Rovanpera (Mitsubishi Lancer) et Toni Gardemeister (Ford Focus), l'Estonien Markko Martin (Peugeot 307) et... Grönholm remonté vendredi soir à la 7e place.

Solberg maté et marqué psychologiquement, Loeb se voulait toutefois prudent dans la perspective des deux journées restant au programme, d'une longue deuxième étape samedi. "Pourvu que ça dure. C'est un rallye piégeux, il ne faut pas faire de faute" , soulignait le champion du monde français. Mais l'optimisme était plutôt de rigueur. "Le terrain des spéciales de samedi est àpeu près le même que celui de vendredi. Il faut continuer comme ça" , insistait Loeb.

0
0