Les déclarations de l'étape 1

Les déclarations de l'étape 1
Par Eurosport

Le 13/05/2005 à 16:00Mis à jour

Quelques impressions recueillies à l'issue de l'étape 1 du Rallye de Chypre, vendredi. Au programme : Loeb, Stohl, Duval (Citroën), Solberg, Gardemeister, Kresta (Ford), Grönholm, Märtin, Nicolas (Peugeot)...

Sébastien Loeb (Citroën Xsara, leader après l'étape 1) : "Les spéciales sont telles que nous les avons laissées l'an dernier. La longue d'aujourd'hui [ES1 et 4 : 'Lagoudera/Spilia', plus de 38 kilomètres] est la pire de toutes. Horrible ! Même 'arrêtés', nous sommes secoués comme dans un shaker. Il ne reste plus de terre, nous roulons directement sur les pierres. (...) J'ai seulement calé deux fois dans l'ES1 en actionnant le frein à main, un problème immédiatement résolu. Et au deuxième passage dans ce 'champ de mines', j'ai crevé, ou plutôt j'ai terminé avec deux pneus sur la mousse ATS qui a bien joué son rôle. J'ai essayé de rouler le plus vite possible dans les passages 'potables', et je suis resté très méfiant dans les endroits détruits. Lorsque Petter a été retardé, j'ai immédiatement adopté un rythme plus sage. Mais le problème, avec nos voitures, c'est qu'on ne peut pas trop ralentir. Elles ne sont pas faites pour cela..."

Manfred Stohl (Citroën Xsara, 2e) : "J'ai eu un petit souci avec la palette de commande de boîte, mais en revanche j'ai bénéficié d'un set-up parfait, et j'ai fait un très bon choix de pneus pour la boucle de l"après-midi. Deuxième, il m'est difficile de demander mieux !"

François Duval (Citroën Xsara, 6e), sur son problème d'accélérateur dans l'ES3 : "Le temps de mettre en place une goupille de secours bloquant le régime moteur à 3000 t/min, nous avons pointé en retard au départ et reçu 1 min 10 s de pénalité. Puis nous avons concédé près de deux minutes dans le chrono lui-même. Et pour finir, une rotule de suspension arrière a pris du jeu dans la deuxième boucle de spéciales, ce qui m"a amené à lever le pied. Cela dit, compte tenu de ce qui s"est produit aujourd"hui, tout reste jouable !"

Chypre 2005 : Duval (Citroën) après l'étape 1

Henning Solberg (Ford Focus, 3e) : Je suis heureux d"être le premier de la famille Solberg ce soir, déclare le Norvégien dont le célèbre frère, Petter, a dû renoncer cet après-midi. Et je suis impatient de repartir demain car je devrais bénéficier d"une bonne position sur la route..."

Toni Gardemeister (Ford Focus, 8e), sur sa crevaison dans l'ES4 : "Compte tenu de la distance restant à couvrir, j'ai été obligé de m'arrêter pour changer la roue. Ensuite, j'ai dû rouler dans la poussière de Rovanperä. Enfin, quand j'ai fini par le doubler, je suis aussitôt parti en tête à queue ! Cette spéciale a été une vraie catastrophe pour moi."

Roman Kresta (Ford Focus, 10e) : "Cette journée a été incroyablement dure et je vais partir demain en mauvaise position. L'essentiel est que je sois encore en course."

Marcus Grönholm (FIN/Peugeot 307 N.7, abandon ES1) : "Je n"ai rien pu faire, le moteur a perdu peu à peu de sa puissance, la température d"eau s"est élevée 6 ou 7 km avant qu"il ne se taise définitivement. Auparavant et sans attaquer très fort, j"avais vu sur notre écran que j"étais en avance sur tout le monde dans les temps intermédiaires ; la voiture et les pneus fonctionnaient très bien dans les conditions assez épouvantables de ce début de spéciale qui ressemblait fort au Safari du Kenya. Je suis très déçu bien évidemment, j"aurai tant voulu marquer de précieux points ici !"

Markko Märtin (EST/Peugeot 307 N.8, 4e) : "Cette journée n'a pas été une surprise pour moi. Dès que je me suis rendu compte des conditions des spéciales pendant les reconnaissances, je savais que ce serait comme cela. J'ai perdu du temps dans la première spéciale mais je savais que si je n'avais plus de problème je pourrais revenir. L'après-midi fut exempte de soucis ce qui m'a permis de remonter jusqu'en quatrième position. Je ne peux pas dire que j'ai pris du plaisir car ici c'est une vraie loterie. Sans problème, tout est possible dans ce type de rallye."

Jean-Pierre Nicolas (Peugeot Sport, directeur) : "L'abandon de Marcus n'a rien à voir avec la réputation du rallye de Chypre qui est d'être le plus difficile du Championnat. Marcus avait 16 secondes d'avance sur Loeb et 13 sur Solberg quand il a abandonné pour un problème de courroie de distribution que l'on a jamais connu. Marcus était ici capable de gagner, on attendait tous beaucoup de ce rallye. L'analyse nous dira plus tard la cause exacte de son abandon. Quant à Markko il a crevé deux fois, perdant là 1 minute et demie mais à force de régularité il est remonté ce soir deuxième au classement constructeurs. Tout peut encore arriver, nous avons couvert seulement 37 % du rallye !"

0
0