Déclarations de l'étape 2

Déclarations de l'étape 2
Par Eurosport

Le 22/10/2005 à 22:00Mis à jour

Quelques impressions recueillies au cours de l'étape 2 du Rallye de France, samedi. Au programme : Loeb, Duval, Mestelan-Pinon (Citroën), Solberg, Sarrazin (Subaru), Bernardi, Nicolas (Peugeot)...

Sébastien Loeb (Citroën Xsara, leader) : "Huit spéciales, huit victoires, tout va très bien. Et tout le monde me parle de grand chelem. Ce n'est pas le but. Si en roulant comme je le fais, suffisamment vite pour que ma Xsara soit facile à mener et pour que je reste parfaitement concentré je remporte d'autres spéciales, ce sera évidemment un plus. Mais le but est d'abord et avant tout, d'essayer de gagner ce rallye et d'apporter ainsi un maximum de points à Citroën..."

Xavier Mestelan-Pinon (Citroën, ingénieur) : "François sollicite énormément les freins, nous le savons. L'hypothèse la plus vraisemblable est que la surchauffe a endommagé les joints de l'étrier avant droit, ce que nous saurons après examen de la pièce. Nous sommes passés du simple échauffement à la fuite de liquide..."

Stéphane Sarrazin (Subaru Impreza, 5e) : "La journée s"est bien passée, même si ce n"était pas fantastique car j"ai dû me battre avec un sous virage qui était trop prononcé à mon goût. Néanmoins, être cinquième aujourd"hui n"est pas mal et nous avons encore 95 kilomètres de chronos à courir. J"aimais bien les spéciales aujourd"hui. Tout pourra encore se produire dans les quatre épreuves restantes et je vais faire le maximum."

Jean-Pierre Nicolas (Peugeot Sport, directeur) : "Nous avons vécu une deuxième étape sans Marcus [Grönholm] mais nous avons découvert un Nicolas Bernardi qui est monté en puissance progressivement, réalisant des temps intermédiaires de plus en plus intéressants. Après les deux premières spéciales où ses pneus se sont écroulés, il a su beaucoup mieux les gérer l'après-midi, ce qui lui a permis d"obtenir un joli quatrième temps et de devancer tous les Pirelli, y compris Petter Solberg."

0
0