Les déclarations de l'étape 1

Les déclarations de l'étape 1
Par Eurosport

Le 24/06/2005 à 18:00Mis à jour

Quelques impressions recueillies à l'issue de l'étape 1 du Rallye de Grèce, vendredi. Au programme : Loeb, Sainz (Citroën), Grönholm, Märtin, Nicolas (Peugeot), Gardemeister (Ford), Rovanperä, Galli (Mitsubishi)...

Marcus Grönholm (Peugeot 307, 2e) : "Ce fut une assez bonne journée pour moi, juste un problème de changements de vitesses au volant qui ne fonctionnait plus dans les spéciales 3 et 4. J"ai dû utiliser le levier de secours, moins rapide. J"ai aussi été gêné dans les deux passages de la longue spéciale de 32 km par mes pneus qui ont perdu de leur efficacité à partir de la mi-parcours. Enfin, je suis satisfait car j"ai fait trois meilleurs temps et je ne suis ce soir qu"à 6 secondes de Sébastien Loeb ; je pense que la journée de samedi nous conviendra mieux ; les spéciales sont les plus difficiles du rallye, cassantes et nos pneus devraient très bien fonctionner dans ces conditions. Je vais attaquer !"

Jean Pierre Nicolas (Peugeot Sport, directeur) : "Une bonne première étape pour l'équipe Peugeot : Marcus a mené une grande partie de la journée, se faisant passer par Loeb dans la dernière spéciale. Après une telle journée, nous avons démontré que notre voiture reste au sommet. Sur ce type de terrain nos pneus paraissent mieux adaptés, la voiture est très fiable, solide ce qui permet à nos pilotes de passer plus vite dans les endroits très cassants."

Toni Gardemeister (Ford Focus, 4e) : "J'ai attaqué fort dès le premier kilomètre et je suis vraiment satisfait de ma journée. Je n'ai pas modifié le moindre réglage sur ma Focus qui était parfaite. J'ai eu un seul souci, ce matin, quand le moteur a coupé deux fois brièvement. Mais je n'ai perdu que quelques secondes et le problème a été réglé en changeant une pièce électronique. Je suis toujours dans la course en tête. La journée de demain pourrait être différente. Les spéciales seront plus cassantes et beaucoup de choses pourraient se produire."

Harri Rovanperä (Mitsubishi Lancer, 6e) : "Les choses se passent bien, mais les longues spéciales (ES4/7) ont été un peu rudes pour nous. Dans celle du matin (ES6), la maniabilité de la voiture est devenue très étrange sur les 8-10 derniers kilomètres car les pneus étaient usés à la corde. Et dans celle de l'après-midi (ES7), c'est comme si les amortisseurs ne fonctionnaient pas à 100 pour cent."

Petter Solberg (Subaru, 14e) : "On a eu vraiment beaucoup de malchance, trop de choses se sont accumulées contre nous. Tout ce que nous avions envisagé n'a pas fonctionné et je suis profondément déçu. Endommager un arbre de roue à un moment aussi critique de la journée, avec trois spéciales à couvrir devant nous, ne m'a laissé aucune chance de me battre. C'est dur à accepter mais c'est comme çà. Désormais, il me reste à me reconcentrer et à finir la course du mieux que je le peux. Ce rallye a montré que beaucoup de choses peuvent se produire."

Chris Atkinson (Subaru, 18e) : "Mon objectif dans ce rallye était d'atteindre l'arrivée et c'est pourquoi je roulais sans trop prendre de risques. Les événements se déroulaient comme prévu mais nous avons effectué quelques changements de réglages à l'assistance de la mi-journée ce qui, je pense, avait rendu ma voiture trop souple. J'arrivais à m'adapter à son comportement mais à la fin de la sixième spéciale, j'ai eu un problème moteur et mon équipe a estimé qu'il valait mieux ne pas chercher à poursuivre dans ces conditions avant que les techniciens ne se penchent sérieusement sur le problème."

Stéphane Sarrazin (Subaru, 20e) : "La voiture me paraissait très bien aujourd'hui. Hormis nos crevaisons, nos chronos étaient bons et je suis donc satisfait dans l'ensemble. Les réglages de la voiture me convenaient vraiment très bien. Je suis optimiste pour demain."

0
0